Choc de titans en demi-finale de la NASL

Le capitaine Richie Ryan devrait être en mesure... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le capitaine Richie Ryan devrait être en mesure de reprendre son poste.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a 20 ans que la capitale nationale n'a pas savouré le championnat d'une de ses équipes professionnelles sportives.

Le Fury d'Ottawa n'est qu'à deux victoires de mettre fin à cette disette qui s'étire depuis le championnat des Lynx d'Ottawa dans la Ligue internationale de baseball AAA en 1995.

Pour remporter les honneurs du «Soccer Bowl» de la NASL, le Fury devra d'abord régler le cas du FC United du Minnesota dans un match de demi-finale présenté au stade de la Place TD dimanche après-midi.

N'ayons pas peur de mots. Il s'agit d'un choc de titans. Le Fury est champion de la saison d'automne de la NASL. Le FC United l'a suivi au deuxième rang. Au classement combiné des saisons printanières et d'automne, Ottawa a eu le meilleur par trois maigres points.

Dimanche, les partisans auront droit à une confrontation entre la meilleure attaque de la ligue et la meilleure défensive de la ligue. Qui cédera? Le FC United a inscrit un record de 54 buts en saison régulière (42 pour le Fury), mais pendant la saison d'automne, celle où le Fury a pris son envol, la troupe de Marc Dos Santos n'a marqué que deux buts de moins que cette machine offensive. En revanche, les Ottaviens n'ont accordé que 23 buts pendant la saison contre 39 pour les «Loons».

À leur avant-dernière journée de préparation vendredi, la fébrilité commençait à gagner les membres du Fury. Il semble que les partisans s'emballent aussi puisque plus de 6000 billets avaient déjà été écoulés et que la direction du club commençait à vendre des billets dans ses gradins nord.

«Je suis plus anxieux que nerveux. Nous avons tous hâte à dimanche», a avancé le défenseur américain Ryan Richter.

Celui-ci avait surtout hâte de voir l'allure de son équipe en santé parce que le capitaine Richie Ryan et le défenseur Colin Falvey devraient être en mesure de reprendre leurs postes.

«Ce sera seulement le deuxième match de la saison où nous aurons Richie Ryan, Sinisa Ubiparipovic et Julian De Guzman au milieu du terrain. Nous sommes excités d'avoir enfin une formation complète.»

La demi-finale sera sans merci. Le vainqueur accédera à la finale. Le perdant videra ses casiers. «Quand votre sort repose sur un seul match, tout peut survenir. Ça peut se jouer sur une petite erreur. Le Minnesota a une grande attaque, mais nous pouvons aussi marquer des buts. Nous avons une grande défensive», a raconté l'entraîneur-chef Marc Dos Santos.

S'il n'y a pas de maître après 90 minutes, deux prolongations complètes de 15 minutes suivront. Au besoin, le gagnant sera déterminé aux tirs de barrage. Le Fury a pratiqué cet aspect du jeu vendredi.

Dans l'autre camp, l'entraîneur Manny Lagos s'attendait aussi à un duel au sommet. «Les deux équipes ont connu des saisons spectaculaires. Nous avons créé des attentes chez nos partisans parce que nous avons déjà gagné ce championnat. Le Fury a toutefois l'avantage de jouer à la maison et de prouver qu'il peut continuer le travail amorcé durant la saison.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer