• Le Droit > 
  • Sports > 
  • Soccer 
  • > Mondial féminin: retombées de 28,6 millions $ à Ottawa 

Mondial féminin: retombées de 28,6 millions $ à Ottawa

Près de 200 000 partisans ont assisté aux matches... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Près de 200 000 partisans ont assisté aux matches présentés à Ottawa.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La présentation de six matches de la Coupe du monde féminine de soccer de la FIFA en juin dans la capitale nationale a généré 28,6 millions $ en retombées économiques à Ottawa, annonce l'Alliance canadienne du tourisme sportif.

Le secrétaire général de Soccer Canada, Peter Montopoli, et le maire Jim Watson ont dressé le bilan financier de l'événement, jeudi après-midi, lors d'un point de presse à l'hôtel de ville.

«Les statistiques sur les retombées économiques, qui ont fait l'objet d'une analyse par une tierce partie, sont très encourageantes pour notre ville. Il y a eu un véritable boom économique», a commenté M. Watson.

Qui plus est, le maire a rappelé que la municipalité a investi un peu moins qu'un million de dollars pour accueillir l'événement. «[Le 28 millions $] est un bon retour sur notre investissement», a-t-il blagué.

Par ailleurs, la ville d'Ottawa s'est particulièrement distinguée des cinq autres villes hôtes du Mondial au chapitre des assistances, même si le Canada n'a pas joué un seul match au stade du parc Lansdowne. Malgré tout, la Place TD a attiré les plus grandes foules du tournoi. Un total de 189 460 partisans s'y sont présentés.

«Ottawa a excédé nos objectifs en matière de revenus et de spectateurs grâce à un taux d'assistance de 95% aux six matches présentés dans notre ville», a signalé M. Watson.

Sur l'échelle nationale, l'événement de l'été dernier, combiné à la Coupe du monde féminine U-20 de la FIFA, présenté en 2014, ont surpassé toutes les attentes financières.

Prévisions dépassées

«Ces compétitions ont soutenu une activité impressionnante de 493,6 millions à travers le pays, dépassant de 46% les projections préliminaires de 337 millions faites en février 2014», a constaté Peter Montopoli, chef de la direction du comité organisateur national de la Coupe du monde féminine pour l'édition 2015.

Ce dernier a ajouté que plusieurs autres secteurs économiques ont bénéficié de l'achalandage des touristes.

«L'activité économique nette (PIB) a été affectée et Statistique Canada a rapporté que le secteur des arts et du divertissement a augmenté de 6,9% au mois de juin. Cette hausse est largement attribuable à Coupe du monde féminine. Il s'agit d'une statistique impressionnante pour un événement sportif dans notre pays», a souligné M. Montopoli.

«L'industrie du tourisme en a aussi grandement profité. Au mois de juin, nous avons attiré le plus grand nombre de touristes américains depuis le mois de mai 2008», a-t-il ajouté. L'étude de l'Alliance canadienne du tourisme sportif démontre que 96 000 partisans des États-Unis ont traversé la frontière.

Les hommes en 2026?

Fort de ces succès, Soccer Canada rêve toujours d'accueillir la Coupe du monde masculine en 2026.

«À ce jour, le Canada a été l'hôte de toutes les compétitions de soccer de la FIFA à l'exception de la Coupe du monde masculine. C'est certainement sur notre radar, a indiqué M. Montopoli. Nous voulons certes faire une demande pour cette compétition, mais nous attentons toujours les critères avant de procéder. Mais manifestement, nous avons prouvé que nous sommes capables de présenter un événement sportif majeur d'une côte à l'autre. Nous croyons qu'il s'agit de notre tour puisque nous sommes le seul pays du G8 à ne pas avoir accueilli la Coupe du monde.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer