Les héros oubliés de la dernière ligne

Marc Dos Santos n'hésite pas à souligner la... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Marc Dos Santos n'hésite pas à souligner la grandeur, l'agressivité, la vitesse et la technique de Ryan Richter, Rafael Alves, Colin Falvey et Mason Trafford.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Joueur par excellence de la NASL du mois de juin, Romuald Peiser a récidivé cette semaine en se voyant décerner le titre du mois de septembre.

Le gardien français de 36 ans a aidé le Fury d'Ottawa a gagné quatre matches en plus de faire match nul à une reprise dans le dernier mois où il a signé trois autres jeux blancs pour égaler un record de ligue avec 13 blanchissages pour l'ensemble de la saison.

Devant ce mur de brique, un Américain, un Brésilien, un Irlandais et un Canadien forment son mur coupe-feu. Ils jouent dans l'ombre sur la dernière ligne de front, mais Ryan Richter, Rafael Alves, Colin Falvey et Mason Trafford remplissent des rôles cruciaux dans les succès du club. Marc Dos Santos sait qu'il n'est peut-être pas le plus objectif pour évaluer le travail de ses défenseurs, mais il croit diriger la meilleure brigade défensive de la NASL.

Le Fury mène la ligue avec 20 buts accordés en 26 rencontres. Le Cosmos de New York vient au deuxième rang... avec 29 buts alloués.

«Je pense avoir les meilleurs de la ligue sous la main. Nous avons de la grandeur, de l'agressivité, de la vitesse et de la technique. Combinez ces éléments à leur grande capacité de communication et vous avez un groupe solide. Les gens regardent les statistiques et pensent automatiquement à Romuald et à nos défenseurs, mais ils oublient que devant, nous avons des ailiers qui en travaillent un coup pour défendre l'équipe.»

Deux membres du «Fabulous four» étaient avec le Fury l'an dernier. Ryan Richter était arrivé du FC Toronto pour la saison automnale. Mason Trafford était un arrière central. Il a été déplacé au poste de défenseur latéral gauche cette saison. Marc Dos Santos a greffé Rafael Alves et Colin Falvey à l'équipe en 2015. Le quatuor a été rassemblé pour la première fois dans le sixième match de l'année alors que le club n'avait qu'une seule victoire. La combinaison n'a pas été retouchée depuis. La fiche du club avec Richter/Alves/Falvey/Trafford dans la formation partante? Douze victoires, huit verdicts nuls et une seule défaite.

Continuité

Peiser, Falvey (6' 1") et Richter (6' 2") sont les seuls à avoir été employés dans chacune des 2340 minutes de jeu du Fury. Alves (6' 3") a joué dans 2274 minutes. Trafford (6' 2") broyait du noir sur le banc en avril, mais depuis sa rentrée dans ce fameux sixième match du 9 mai qui a relancé la saison du Fury, il a disputé 1890 minutes consécutives de jeu.

Pour le Canadien, cette continuité représente une grande partie du succès du quatuor défensif. «L'an dernier, 16 joueurs différents ont joué à la défense pour nous. Cette année, il y a eu plusieurs permutations à l'attaque, mais à l'arrière, nous sommes le même groupe de quatre depuis 21 matches», raconte Trafford.

Ce dernier se dit impressionné par la complicité entre les nouveaux venus, Colin Falvey et Rafael Alves. Ils se complètent si bien qu'on surnomme leur duo «Falves»! «Ils sont toujours au courant de ce que l'autre va faire. Derrière nous, Romuald est notre pilier. Il fait de gros arrêts. Devant nous, nos attaquants viennent constamment nous aider. C'est plaisant de jouer dans notre environnement.»

Encore plus réconfortants pour le Fury, trois des quatre défenseurs sont encore sous contrat pour la saison 2016. Ne reste qu'à convaincre Alves pour assurer sa pérennité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer