Le Fury perdra son entraîneur-chef Marc Dos Santos

L'entraîneur-chef Marc Dos Santos aurait préféré attendre un peu... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

L'entraîneur-chef Marc Dos Santos aurait préféré attendre un peu avant d'annoncer son départ. Mais, en bon joueur d'équipe, il s'est toutefois plié à la décision de la direction.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

John Pugh redoutait cette journée. Devant la rapide ascension du Fury d'Ottawa dès sa deuxième saison dans la NASL, le président du club s'attendait à ce que son entraîneur-chef passe au niveau supérieur, tôt ou tard.

Il aura fallu moins de deux saisons à Marc Dos Santos pour attirer l'attention d'une équipe de la Major League Soccer (MLS). Mardi, dans une conférence de presse fort courue au stade de la Place TD, le club a annoncé que le principal architecte de ses succès quitterait son poste à l'issue de la prochaine saison. Dos Santos va compléter la saison 2015 avec le club ottavien, après quoi, il fera le saut avec une équipe non identifiée en MLS. Le Québécois de 38 ans a cependant été très ferme. Il ne sera pas le prochain entraîneur-chef de l'Impact de Montréal.

«Nous avons été approchés par une équipe de la MLS qui souhaite amorcer des négociations avec le premier entraîneur-chef de notre courte histoire. Marc a eu beaucoup de succès avec ici avec des ressources inférieures à plusieurs équipes de notre ligue. D'autres clubs en ont pris conscience et il poursuit son trajet avec l'intention de grimper les rangs du sport», a d'abord expliqué John Pugh.

Des spéculations

Le départ de Marc Dos Santos n'est pas une surprise en soi. Avec ce qu'il a accompli en peu de temps au sein du club d'expansion, il était évident que le Fury allait avoir des difficultés à retenir ses services encore bien longtemps. Le moment choisi pour en faire l'annonce est plus surprenant.

L'équipe est en pleine course aux séries éliminatoires avec huit parties à jouer à la saison automnale. Le Fury s'apprête aussi à disputer trois parties cruciales en huit jours à l'étranger, mais la direction du club tenait à ce que l'information soit rendue publique même si Dos Santos va écouler son contrat jusqu'au 30 novembre.

«Le contrat de Marc se terminait cette année et il y avait de plus en plus de spéculations sur le sujet. C'était important pour nous d'assurer une transparence autant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'organisation afin de poursuivre notre chemin sans autres distractions d'ici la fin de la saison. Je réponds aux questions aujourd'hui. Après, on tourne la page», a ajouté John Pugh.

Visiblement, Marc Dos Santos aurait préféré attendre un peu avant d'annoncer son départ, d'autant plus qu'il n'a pas encore signé son prochain contrat. En bon joueur d'équipe, il s'est toutefois plié à la décision de la direction.

«Je ne suis pas ici pour faire des adieux. Je ne veux pas remercier les gens encore. Ce n'est pas le temps. L'organisation sentait le besoin de sortir avec cette information. De mon côté, je considère que les deux prochains mois seront les plus importants pour notre club. Je suis plus déterminé que jamais à conduire cette équipe aux séries éliminatoires.»

«Le meilleur de moi-même»

Dos Santos a ajouté qu'il aurait pu quitter l'équipe dès la fin de sa première saison avec le Fury et qu'il été approché à nouveau durant la saison en cours, mais qu'il tenait à honorer son contrat de deux ans. «Je ne suis pas un tricheur. Je vais continuer à donner le meilleur de moi-même. Les joueurs s'attendaient à ce que je parte. L'annonce de mon départ ne devrait pas causer de distraction. On fait du sport professionnel. Ce n'est pas comme 'si papa n'est plus mon coach, je ne jouerai pas'. Je ne suis qu'un morceau de l'équipe.»

Le Montréalais qui parle le français, l'anglais, l'espagnol et le portugais a indiqué qu'il allait collaborer pleinement avec la direction du Fury pour dénicher son successeur.

Des joueurs heureux, mais contrariés par le moment choisi

La majorité des joueurs du Fury d'Ottawa aspirent à accéder à l'échelon supérieur du soccer en Amérique du Nord. Mardi, les équipiers de Marc Dos Santos étaient donc bien placés pour comprendre sa décision de vouloir accéder à la MLS la saison prochaine.

Si les joueurs se réjouissaient pour leur entraîneur, certains ont avoué avoir été contrariés par le moment choisi pour annoncer son départ. «Je trouve que le moment choisi est un peu bizarre, mais c'est la décision du club de procéder ainsi. Ça ne devrait pas affecter les joueurs. Nous avons un match à préparer samedi», a avancé le capitaine Richie Ryan.

Ce dernier a déjà vécu une situation similaire lorsqu'il jouait en Belgique. L'entraîneur-chef avait annoncé son départ au beau milieu de la saison même s'il était resté en poste jusqu'à la fin de son contrat. Et la suite?

«Ça n'a pas très bien été après. J'espère que ce sera différent cette fois.»

Pour le gardien étoile Romuald Peiser, le départ annoncé de Marc Dos Santos n'est pas une surprise. «La plus grande surprise, c'est que ça sorte du vestiaire alors qu'il n'y a rien de signé. Je gravite dans le monde du soccer depuis assez longtemps pour savoir que rien n'est officiel tant qu'il n'y a pas de contrat signé. J'espère que notre club est assez solide pour continuer de grandir sans lui même si je ne suis pas convaincu qu'il va partir. Peut-être que si nous gagnons le titre de la ligue, il va décider de rester!»

Le gardien français a ajouté que Marc Dos Santos était la raison principale de sa venue à Ottawa et qu'il demeurait la personne la plus importante du club. On a aussi compris qu'il se serait passé de cette annonce «prématurée» et maladroite mardi.

«Si le club veut l'annoncer, c'est son choix. Nous ne sommes que des employés. Pour nous, ça ne change pas grand-chose. Il faut profiter le plus possible des deux derniers mois. Nous avons une grosse semaine de trois matches devant nous. Si nous perdons les trois, les gens vont questionner la décision du club. Si on gagne les trois, nous aurons notre place assurée dans les séries.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer