Dos Santos promet que le Fury sera des séries

Vendredi matin, Marc Dos Santos s'est risqué dans une... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Vendredi matin, Marc Dos Santos s'est risqué dans une autre prophétie qui fera plaisir aux partisans du Fury. «Ce sera une longue route ardue [...], mais je vous garantis que nous allons participer aux séries éliminatoires.»

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marc Dos Santos n'est pas du type à parler sans connaissance de cause.

Franc et direct, il ne passe jamais par quatre chemins pour exprimer le fond de sa pensée. Il a déjà garanti une victoire de son club alors qu'il traversait une mauvaise séquence. Il avait visé juste. Les médias ont tenté de lui faire prédire d'autres victoires par la suite et il répondait toujours ceci. «Je garantis seulement les certitudes.»

Vendredi matin, sur les ondes de TSN 1200, l'entraîneur-chef du Fury se sentait d'attaque avant de s'envoler vers le Texas où son équipe a rendez-vous avec les Scorpions à San Antonio samedi soir. Il s'est risqué dans une autre prophétie qui fera plaisir aux partisans du club.

«Ce sera une longue route ardue [...], mais je vous garantis que nous allons participer aux séries éliminatoires.»

Boum!

Pour y arriver, le Fury devra conserver son premier rang de la saison automnale ou terminer parmi les quatre premières équipes de la NASL au classement combiné printemps/automne de la ligue. Le Fury (6 victoires, 3 nulles, 1 défaite) détient deux points d'avance sur New York en deuxième moitié de saison. Au classement combiné, Ottawa (8-8-4) occupe le troisième rang, cinq points devant les équipes de quatrième et cinquième places.

Au Droit, Dos Santos a expliqué qu'il avait fait des calculs. Il reste 10 parties à écouler à la saison avec un maximum de 30 points à l'enjeu. Il pense avoir besoin de 12 points pour sécuriser une place en séries dès la deuxième année d'existence du Fury.

«Je pense que nous luttons directement avec trois équipes pour une place en séries. New York (champions de la saison printanière) est assurée de sa place. Nous avons un horaire difficile jusqu'à la fin, mais une douzaine de points devrait suffire, car nos rivaux ont aussi des calendriers difficiles.»

L'entraîneur n'a pas tort lorsqu'il parle de son horaire laborieux. Le Fury jouera cinq matches en septembre, mais un seul au stade de la Place TD. Heureusement, les Ottaviens n'ont pas perdu à l'étranger depuis le 2 mai à New York. «Nous avons été bons sur la route. L'important, c'est de mettre notre anxiété de côté pour nous concentrer sur les 10 matches qui restent à jouer», ajoute Dos Santos.

Sur ses gardes

En consultant le classement, on pourrait croire que trois points seront à la portée du Fury samedi soir à San Antonio (5-6-8) puisque les Scorpions occupent la cave du classement combiné, mais l'entraîneur-chef du Fury ne veut pas se laisser berner.

«Les Scorpions sont les champions de 2014. Sur papier, ils ont un meilleur club que l'an dernier à mon avis. Ils n'ont toutefois pas obtenu les résultats souhaités. San Antonio, c'est un lion qui dort. Le classement de la ligue est tellement serré que personne n'est réellement dernier. Le plus important sera de savoir où chaque équipe se situera après 30 matches.»

La tâche du Fury sera également un peu plus compliquée samedi soir. Ils seront privés d'éléments importants. Julian De Guzman est avec l'équipe canadienne qui dispute une série contre le Bélize dans les qualifications à la Coupe du monde 2018. L'attaquant Ugur Albayrak est sur le carreau tout comme le défenseur Drew Beckie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer