Une vraie tornade offensive

Kristian Nicht regarde le ballon passer lors du... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Kristian Nicht regarde le ballon passer lors du deuxième but d'Ottawa, le premier du capitaine Richie Ryan.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y avait danger de tornade dans le sud d'Ottawa, hier après-midi, mais les météorologues n'avaient pas prévu qu'il y en aurait une à la Place TD.

Anémique en saison printanière, l'attaque du Fury d'Ottawa a explosé dans un gain facile de 4-2 contre l'Indy Eleven, au grand plaisir des 4372 amateurs qui ont bravé la chaleur torride. Il s'agissait d'un huitième match de suite sans défaite pour la troupe de Marc Dos Santos.

Le capitaine Richie Ryan a dirigé l'attaque des siens avec un doublé, deux buts marqués de façon similaire, sur des tirs courbés «à la Beckham» lors de coups francs accordés près de la surface de réparation sur des fautes flagrantes des visiteurs.

Son premier, réussi à la 36e minute, est survenu moins de trois minutes après que Don Smart ait surpris la défensive locale en s'amenant au centre du terrain pour déjouer le gardien Romuald Peiser à sa droite.

Un but qui mettait fin à sa séquence de 393 minutes sans allouer de filet à domicile.

Ryan a ensuite fait 4-1 à la 65e minute, prenant le gardien allemand Kristian Nicht à contre-pied.

«Je ne pratique pas ces tirs tous les jours comme certains gars de l'équipe. Je ne fais que viser une cible et espérer pour le mieux», a dit le capitaine irlandais, qui secouait les cordages pour la première fois cette saison, en cinq parties. «Ça ne m'arrive pas souvent de compter, ce n'est pas vraiment mon travail de compter des buts pour ce club.»

Le défenseur Rafael Alves avait ouvert le pointage en profitant lui aussi d'un coup franc, redirigeant de la tête la passe de Sinisa Ubiparipovic avant de célébrer en embrassant le tatouage de son fils sur son bras deux fois plutôt qu'une.

Alves a aussi préparé le but d'assurance de Tom Heinemann en début de deuxième demie avec une très longue remise qui lui a permis de s'amener sur le flanc pour marquer un troisième filet en trois parties. «J'ai un peu raté mon tir, mais ça m'importe peu. Je pense que j'ai lancé une enjambée avant qu'il (le gardien Nicht) ne s'y attendait. On avait le vent et quand j'ai vu [Alves] dégager, je suis parti et c'était une course pour le ballon», a relaté Heinemann, retiré après 70 minutes pour le ménager en vue du prochain match, mercredi, lorsque les Silverbacks d'Atlanta seront en ville.

En marquant ces quatre buts, une première à la Place TD, le Fury a éclipsé sa production à domicile de toute la première moitié de saison (trois).

Pas encore satisfait

L'entraîneur-chef Marc Dos Santos s'en réjouissait, mais il n'était pas tout à fait satisfait: «Notre deuxième demie a été bien meilleure que la première, nous avons été brouillons et on manquait d'énergie, les gars ont dit que c'était difficile d'être sur le terrain avec la chaleur et l'humidité. En deuxième demie, nous sommes revenus à nos habitudes d'être très compacts en défensive», analysait-il.

«Gagner 1-0 ou 5-4, pour moi, ce sont les trois points qui importent le plus. On accorde plus d'importance au résultat qu'à essayer de jouer comme le Cirque du Soleil pour faire plaisir aux gens», a-t-il ajouté, ne faisant pas de cas du but accordé en fin de match à Judson McKinney sur un coup de pied de coin, peu après un arrêt de Peiser contre Victor Pineda sur un tir de pénalité.

Par précaution, à cause des conditions difficiles, le milieu de terrain vedette Julian De Guzman a été retiré du jeu après la deuxième demie et Dos Santos a parlé de la possibilité de donner des départs à différents joueurs mercredi si ses réguliers éprouvent de la difficulté à récupérer.

Le match contre Atlanta est «le plus important de l'histoire du club», selon Dos Santos, étant donné qu'un gain contre le pire club de la NASL pourrait permettre à Ottawa (4-6-3) de se hisser au premier rang du classement de la saison automnale, ainsi que parmi les quatre premiers du classement général. Le Fury accuse un point de recul sur Edmonton, qui a cependant joué un match de plus.

mbrassard@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer