«Un vraiment bon coup de pied»

L'attaquant brésilien Oliver Minatel espère être en uniforme... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

L'attaquant brésilien Oliver Minatel espère être en uniforme pour le match de dimanche contre le Indy Eleven.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Oliver Minatel peut prétendre au titre de joueur le plus malchanceux de la North American Soccer League cette saison. Clairement, jusqu'ici, 2015 n'est pas son année.

Il y a d'abord eu ce terrible incident dans lequel un passager déranger a essayé de l'étrangler durant un vol entre Ottawa et Atlanta, au début du mois d'avril.

Il y a ensuite eu cette déchirure à un muscle d'une cuisse, qui l'a tenu à l'écart du jeu pendant une bonne partie de la saison printanière.

Comme si ce n'était pas suffisant, l'attaquant brésilien du Fury d'Ottawa n'a pas été capable de compléter son premier match de la saison automnale.

Il a quitté le terrain avec le visage ensanglanté, à la 68e minute... après avoir reçu la chaussure d'un rival en plein sur le nez.

«J'essaie de me dire que ça pourrait être pire», dit, le plus sérieusement du monde, le combatif athlète.

Son dernier coup de malchance lui a pourtant laissé un nez fracturé, quelques ecchymoses et un oeil au beurre noir.

Ça pourrait être pire, c'est vrai. Il aurait pu subir une facture de la mâchoire ou une commotion cérébrale.

«C'était vraiment un bon coup de pied...»

Oliver se croit capable d'enfiler son maillot pour participer au match opposant le Fury au Indy Eleven, ce dimanche, à la Place TD.

Il est même prêt à porter un masque protecteur pour se retrouver parmi ses coéquipiers pour le début d'une séquence de trois matches consécutifs à domicile. «Parfois, dans la vie, il se produit des choses qu'on peut difficilement expliquer. Ce sont souvent des choses qui nous font grandir, qui nous rendent plus forts. Avec tout ce qui m'est arrivé jusqu'à maintenant, je commence à croire que de très belles choses nous attendent d'ici la fin de la saison.»

L'entraîneur-chef du Fury, Marc Dos Santos, voit les choses un peu différemment.

Il trouve «injuste» que le malheur s'acharne sur «le joueur le plus intelligent dont le Fury dispose dans le dernier tiers du terrain».

«Oliver a le don de trouver l'ouverture sur le terrain. La preuve, c'est qu'il a reçu le coup de pied au visage parce qu'il avait justement trouvé une brèche où se faufiler dans la défensive adverse.»

Dos Santos ne croit pas non plus que de belles choses finiront par arriver au Fury.

Il est d'avis que de bonnes choses se produisent en ce moment.

Selon lui, une équipe brouillonne ou désorganisée n'aurait pas réussi à obtenir un match nul contre le Minnesota United FC, la fin de semaine dernière.

«Le club du Minnesota dispose d'un budget trois fois plus important que le nôtre», souligne l'entraîneur.

«Nous avons battu le United FC à la maison et nous avons réussi à faire match nul contre eux sur leur terrain. Nous avons donc obtenu deux très bons résultats contre un club dont le seul objectif est de remporter le championnat de la NASL.»

Un attaquant turc à l'essai

Même si Oliver est de retour en santé, le Fury continue de chercher des solutions de s'améliorer à l'attaque.

Depuis hier, un polyvalent attaquant d'origine turc est à l'essai dans la capitale. Ugur Albayrak a été formé en Allemagne, avec le FSV Francfort. Il vient d'avoir 27 ans. Il a déjà évolué dans la deuxième division de la Bundesliga.

«Il se joindra probablement à l'équipe» annonce Dos Santos.

«S'il passe les tests médicaux et s'il se comporte bien à l'entraînement, prévient cependant l'entraîneur. «Il peut évoluer à droite, au centre ainsi qu'à gauche.».

sstlaurent@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer