Les Américaines passent en demi-finale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La séquence américaine est intacte. Pour la septième fois en autant d'éditions de la Coupe du monde féminine de la FIFA, l'équipe nationale des États-Unis va participer à la demi-finale.

Devant une salle comble de 24 141 spectateurs majoritairement vendue à leur cause à la Place TD, les Américaines ont facilement accédé au prochain tour avec une victoire de 1 à 0 contre la Chine vendredi soir. Il ne fallait pas se laisser berner par le pointage serré. La victoire américaine a été sans équivoque. Les protégées de Jill Ellis ont dominé le match de A à Z. Les Chinoises ont bien dirigé deux tirs au filet défendu par la gardienne étoile Hope Solo, mais rien pour menacer sa séquence record de 423 minutes sans accorder de but dans ce tournoi.

Carli Lloyd a fait bondir la foule à la 51e minute de jeu en inscrivant le seul but du match à l'aide d'un coup de tête. Drapés des couleurs bleu, blanc et rouge, les partisans américains étaient déchaînés. Ils attendaient ce but depuis longtemps. Les Chinoises avaient été chanceuses de sortir de la première demie avec un pointage de 0-0. Les Américaines ont tout fait sauf marquer pendant que leurs adversaires peinaient à toucher au ballon.

«La foule a été incroyable pendant ce match. Elle nous a aidées à pousser au fond de nous-mêmes», a indiqué la joueuse par excellence de la rencontre, Carli Lloyd.

Celle-ci a avoué que son équipe venait de disputer son meilleur match du tournoi malgré les absences de Megan Rapinoe et Lauren Holiday, qui servaient un match en raison d'une accumulation de cartons jaunes.

«Il nous manquait deux joueuses importantes. Nous avions besoin d'un effort de toutes les partantes, de celles qui ont remplacé nos deux régulières et de celles qui sont entrées en fin de match. Du haut jusqu'en bas, tout le monde a joué un match magnifique. Ça devrait nous permettre de survoler le prochain match!»

Ce prochain match sera plus compliqué puisqu'il ressemblera davantage à une finale. Les États-Unis, deuxièmes au monde, affronteront les Allemandes, premières au monde, dans un match de demi-finale à Montréal mardi. L'Allemagne a eu raison de la France en tirs de barrage vendredi.

Pour Carli Lloyd, le plan de match de l'entraîneuse Jill Ellis a été appliqué à la lettre vendredi.

«Il fallait mettre beaucoup de pression sur les Chinoises. Il fallait les avoir à l'usure. Elles commençaient à faire des bourdes avec le ballon quand nous avions la pédale au plancher.»

Dans le camp perdant, l'entraîneur Wei Hao n'est pas passé par quatre chemins pour expliquer l'élimination de son équipe.

«Je voudrais féliciter les Américaines pour leur victoire. Elles ont joué un excellent match. Nous avons aussi joué un bon match. Si nous avons perdu, c'est à cause de moi. Les joueurs ont fait ce qu'elles pouvaient. C'est moi qui ai employé la mauvaise tactique. Notre objectif était d'atteindre la demi-finale. C'est raté.»

Hao avait demandé à ses joueuses d'attendre les Américaines dans le but de contre-attaquer, mais visiblement, la tactique n'a pas fonctionné. Les contre-attaques chinoises ont été inexistantes.

Son opposante, Jill Ellis, a trouvé que les Chinoises avaient été de «nobles adversaires», mais que sa troupe avait fait une sortie énergique qui a étouffé tout le rythme que ses adversaires auraient pu pendre.

Le rideau est ainsi tombé sur la portion ottavienne de la Coupe du monde de la FIFA. Le tournoi a attiré 127 958 spectateurs en six programmes à la Place TD, une moyenne de 21 326 spectateurs par match. Le stade a été rempli à 99,0 % de sa capacité pour cet événement de la FIFA.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer