De quoi célébrer en Norvège

Les Allemandes ont dominé 27-4 au chapitre des... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Les Allemandes ont dominé 27-4 au chapitre des tirs au but. Mais une deuxième demie agressive a permis aux Norvégiennes de rester dans le match.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ce n'était certainement pas le résultat souhaité par l'équipe numéro un au monde, mais un match nul de 1-1 contre la Norvège jeudi soir a pratiquement assuré l'Allemagne du premier rang du groupe B.

Pour se hisser en première position, la Norvège devra compter plus de 10 buts contre la Côte-d'Ivoire lundi prochain. Even Pellerud, entraîneur des Scandinaves, a rapidement admis que cela ne serait pas l'objectif de son club dans sa conférence d'après match. « Notre plan de match ne tournera pas autour des 10 buts qu'il nous faudrait marquer. Ce n'est pas la donne qui sera la plus importante. »

Dans son for intérieur, Pellerud savait que ses protégées avaient été chanceuses de s'en tirer avec un match nul devant 18 987 spectateurs à la Place TD hier.

Après tout, les Allemandes ont dominé 27-4 dans les tirs au but et 8-3 dans les tirs cadrés. La Mannschaft avait commencé le match sur les chapeaux de roue quand Anja Mittag a compté son quatrième but du tournoi dès la sixième minute. Les championnes d'Europe avaient toujours le ballon et la Norvège avait de la difficulté à remonter le terrain.

Plus menaçantes

En deuxième demie, les Scandinaves ont montré un tout autre visage. Pellerud n'a pas nié avoir « brassé la cage » de ses joueuses à la mi-temps. « Nous avions un plan de match bien établi. Les filles ne l'ont pas appliqué en première demie. J'ai utilisé un langage différent à la mi-temps. Elles ont compris. Elles m'ont écouté. Nous n'avons rien changé au plan. Seulement l'attitude a changé. Et nous avons eu une bien meilleure deuxième demie. »

Plus menaçantes dans la deuxième portion du match, les Norvégiennes ont vu Maren Mjelde niveler la marque à 1-1 à la 61e minute sur un tir parfait sur un coup franc. La buteuse a explosé de joie sur le terrain.

Et comment ? Dans le premier match contre la Thaïlande dimanche, elle avait raté un pénalty.

« C'était une délivrance. J'ai beaucoup pensé à ce pénalty raté cette semaine. Je suis très contente que c'était un coup franc au lieu d'un pénalty cette fois », a-t-elle rigolé après le match.

Pour elle, le verdict nul contre l'Allemagne avait une saveur de victoire. « Nous avons été mauvaises en première demie, mais nous avons été tellement meilleures en deuxième demie. Contre la meilleure équipe au monde, ce point a des allures de victoire. Ça va nous donner confiance pour le reste du tournoi. »

Déception

Dans le camp allemand, Célia Sasic aurait aimé triompher pour une deuxième fois à Ottawa. « Nous voulons toujours gagner. Nous avons très bien joué. Il nous reste un match à disputer. Une victoire devrait suffire pour nous placer au sommet de notre groupe. »

À son premier match en Coupe du monde, Dzsenifer Marorzan aura tout fait sauf marquer pour l'Allemagne. Elle a dirigé huit tirs au but à elle seule. L'attaquante de 20 ans a été choisie joueuse du match. « J'étais plus nerveuse qu'à l'habitude avant de commencer, mais ça s'est replacé rapidement. J'ai eu du plaisir sur le terrain. Nous avons connu un départ fulgurant. Nous aurions dû mener par plus d'un but à la mi-temps. Le pointage final n'est pas un indicateur de l'allure de la rencontre. »

L'Allemagne affrontera la Thaïlande à son dernier match de la phase des groupes à Winnipeg

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer