Mondial de soccer féminin: l'état des forces

Le parc Landsdowne accueillera deux des trois grandes... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le parc Landsdowne accueillera deux des trois grandes puissances mondiales du soccer au cours du prochain mois.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'équipe canadienne ne passera pas par Ottawa pendant la ronde préliminaire de la Coupe du monde féminine de la FIFA, mais le parc Landsdowne accueillera quand même deux des trois puissances mondiales du soccer au cours du prochain mois.

L'Allemagne, classée numéro un, disputera deux rencontres de la phase préliminaire au stade de la Place TD. À moins d'un effondrement improbable, elle y jouera aussi en huitièmes de finale. Troisième au classement mondial, la France sera aussi à Ottawa pour se frotter au Mexique à son troisième match de la phase des groupes.

Deux scénarios pourraient amener le Canada à la Place TD. Dans le premier cas, il faudrait que l'équipe nationale soit la troisième équipe la mieux classée parmi toutes les équipes de troisième place dans les six groupes. À ce moment, elle affronterait probablement l'Allemagne. Mais l'équipe canadienne vise mieux que cette troisième place et voudra plutôt se retrouver à Ottawa en quarts de finale, probablement contre les États-Unis, le 26 juin. Ce n'est pas un hasard s'il ne reste qu'une poignée de billets pour ce match.

Pour arriver à ce scénario idéal, le Canada devra terminer au deuxième rang du groupe A complété par la Chine, la Nouvelle-Zélande et les Pays-Bays. Les représentantes des l'unifolié devront ensuite gagner leur match des huitièmes de finale. Classée 11e au monde, la Norvège devrait aussi fouler le terrain de la Place TD à trois reprises pendant le tournoi.

À trois jours du programme qui opposera la Norvège à la Thaïlande et l'Allemagne à la Côte-d'Ivoire, LeDroit dresse un portrait des huit équipes qui animeront le spectacle à Ottawa dans les prochaines semaines.

Après le match des quarts de finale, les gens de la capitale nationale devraient avoir vu 12 des 24 équipes du tournoi à l'oeuvre.

À surveiller dans la capitale nationale

Allemagne (1er rang)

Gagnante des coupes du monde de 2003 et 2007, l'Allemagne a vu le prestigieux trophée lui glisser entre les mains sur son propre terrain en 2011 quand les Japonaises ont remporté le premier Championnat du monde de leur histoire. Menées par Sylvia Neid, les Allemandes ont facilement obtenu leur ticket pour la Coupe du monde 2015 en démolissant leurs adversaires par un pointage combiné de 62-4 dans 10 victoires consécutives. Huit fois championnes d'Europe, elles débarquent à Ottawa avec une jeune formation. La Mannschaft a participé à chacune des six premières coupes du monde. Celia Sasic a marqué 57 buts en 103 matches internationaux.

France (3e rang)

Les Bleues ont obtenu leur ticket pour Ottawa après une balade dans le parc du groupe 7. La France a remporté ses 10 parties par un pointage combiné de 54-3. Gaétane Thiney a compté 13 buts et Louisa Necib a fourni 13 passes pendant les qualifications. Les Françaises en seront à leur troisième participation à la Coupe du monde. Elles ont pris le quatrième rang en 2011, mais elles ont gagné le championnat U-17 de la FIFA en 2012 et l'équipe nationale senior a vaincu l'Allemagne 2-0 en 2014 à Offenbach.

Norvège (11e rang)

La Norvège est en perte de vitesse depuis les débuts de la Coupe du monde féminine en 1991. Deuxièmes en 1991, elles ont été championnes en 1995 avant de tomber au quatrième rang en 1999 et 2007. Dirigée par l'ancien entraîneur de l'équipe canadienne Even Pellerud, la Norvège a connu un parcours presque parfait dans le groupe 5 des qualifications européennes. Elles ont gagné neuf de leurs 10 parties par un pointage combiné de 41-5. Comme l'Allemagne, elles en seront à leur septième participation à la Coupe du monde. L'attaque est l'affaire de Solveig Gulbrandsen, auteure de 53 buts en 155 matches internationaux.

Espagne (14e rang)

Première du groupe 2 d'Europe avec une fiche de 9-0-1, l'Espagne a devancé l'Italie par trois points. Dans leur parcours des qualifications, les Espagnoles n'ont accordé que deux buts en 10 parties en plus d'en avoir compté 42. Natalia Pablos a été prolifique en attaque en fournissant 12 buts. Profitant du passage de 16 à 24 équipes en Coupe du monde, «La Roja» fera une première apparition au Mondial. Le milieu du sport féminin est truffé d'obstacles en Espagne, mais cette équipe nationale est sur la pente montante du soccer féminin.

République de Corée (18e rang)

C'est une deuxième participation pour la formation des «Taeguk Ladies». Elles avaient subi trois défaites à leur premier passage en 2003. Quatrièmes derrière l'Australie en Coupe d'Asie, les Coréennes misent sur Park Eunsun, une «striker» prolifique, qui n'avait que 16 ans lorsqu'elle a fait ses débuts en Coupe du monde en 2003. Elle forme un trio explosif avec Ji Soyun et Yeo Minji.

Mexique (25e rang)

Les Mexicaines doivent leur troisième participation en Coupe du monde à une victoire in extremis contre le Trinidad et Tobago pour prendre le troisième rang de la zone CONCACAF. Elles tiraient de l'arrière 2-1 avec 10 minutes à faire au match décisif, mais Veronica Charlyn Corral a complété une remontée en inscrivant le but vainqueur dans les arrêts de jeu. Âgée de 23 ans aujourd'hui, cette dernière avait réussi l'exploit de jouer un premier match senior dès l'âge de 13 ans. Comme il n'y a pas de circuit féminin national en place au Mexique, les meilleures joueuses évoluent régulièrement aux États-Unis. «Las Tri» sera à la recherche d'une première victoire en Coupe du monde. Le Mexique a deux matches nuls en six matches.

Thaïlande (29e rang)

Cinquième en coupe d'Asie, la Thaïlande profite grandement de l'ajout de huit équipes en Coupe du monde pour prendre part à ce grand tournoi pour la première fois de son histoire. La Thaïlande mise sur une équipe expérimentée qui a gagné son match ultime 2-1 contre le Myanmar grâce à deux buts de Kanjana Sung-Ngoen. Taneckarn Dangda est une joueuse vedette, en partie parce qu'elle est la soeur de Teerrasil, héros de l'équipe nationale masculine. L'équipe est contente d'être ici. Elle arrive à Ottawa sans pression.

Côte-d'Ivoire (67e rang)

Les «Éléphantes» sont au Canada pour apprendre. À leur première participation en Coupe du monde, elles auront les mains pleines contre l'Allemagne en lever de rideau. L'équipe s'est classée pour le tournoi en prenant la mesure de l'Afrique du Sud au compte de 1-0 sur un but d'Ida Guehai dans les cinq dernières minutes de jeu. C'était un accomplissement historique pour cette équipe qui ne compte aucune véritable vedette, mais qui mise sur un travail d'équipe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer