Nouvelle saison, nouveaux défis pour le Fury

Le gardien Romuald Peiser n'est pas le seul... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Le gardien Romuald Peiser n'est pas le seul membre du Fury d'Ottawa qui a hâte que la saison de la NASL commence.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La date était encerclée depuis longtemps à leur calendrier. Romuald Peiser et ses coéquipiers du Fury d'Ottawa entameront une deuxième saison dans la NASL, samedi après-midi à Cary, contre les RailHawks de la Caroline. Un premier match officiel depuis novembre dernier.

Alors un club d'expansion, Ottawa avait terminé au huitième rang du classement général avec une fiche ordinaire de sept victoires, six verdicts nuls et 14 défaites.

«Je suis très impatient, avoue au bout du fil Peiser.

«L'an dernier, tout était nouveau, autant pour le club que moi, a enchaîné le gardien français. Nous étions heureux de faire partie de la ligue, de produire du jeu. Maintenant, nous avons une obligation de résultat. La pression est plus grande.»

Plus d'expérience

L'entraîneur-chef Marc Dos Santos, avec l'appui de ses patrons, a ajouté huit nouveaux morceaux à l'alignement. Tout ça avec le but avoué de participer aux éliminatoires.

«Tu retrouves beaucoup d'expérience maintenant au sein de l'équipe, souligne le capitaine Richie Ryan.

«Ça ne peut que nous aider. La saison dernière, nous avons laissé filer beaucoup trop de points en fin de match en raison d'erreurs niaiseuses

Le milieu de terrain irlandais est le premier à l'admettre. Le Fury s'attendait à beaucoup mieux à son entrée dans la NASL en 2014.

«Personne n'était heureux de cette huitième position», martèle Ryan.

Parmi les joueurs embauchés, il y a le capitaine de l'équipe canadienne, Julian De Guzman. Il est le seul qui n'a pas eu l'occasion de prendre part au camp d'entraînement du Fury, qui a commencé en février.

Son contrat n'a été officialisé que la semaine dernière.

La formation de la capitale s'est quand même bien débrouillée sans lui, demeurant invaincue en cinq parties hors-concours contre des équipes universitaires et le FC Montréal, club-école de l'Impact. Tous ses joueurs semblent bien heureux que le camp soit enfin terminé, que la saison prenne son envol.

«On voit un peu la lumière au bout du tunnel, lance Romuald Peiser.

«Je suis revenu à Ottawa à la mi-janvier. J'ai fait beaucoup de travail de musculation avant de commencer le camp d'entraînement. J'ai tout fait pour être en bonne forme pour cette saison.»

Le Fury se dirigera vers Atlanta la semaine prochaine afin d'affronter les Silverbacks. Son premier match local est prévu le 18 avril à la Place TD contre les champions en titre de la saison régulière, le FC United du Minnesota.

Hanté par des cartons

Trois joueurs suspendus. Un autre qui a le bras fracturé. Le Fury misera sur des effectifs réduits pour ce premier match de la nouvelle saison.

L'attaquant Oliver et le milieu de terrain Nicki Paterson rateront le match, car ils ont accumulé trop de cartons jaunes en 2014. Quant à Mauro Eustaquio, il doit purger une suspension d'une partie après s'être vu décerner un carton rouge lors de la joute finale en novembre dernier à Fort Lauderdale.

Le trio sera disponible la semaine suivante à Atlanta.

Davies blessé

Ce ne sera pas le cas du milieu de terrain québécois Philippe Davies. Il manquera à l'appel pour un minimum de six semaines en raison d'une fracture à un bras.

Une blessure subie il y a une semaine dans un match pré-saison contre Syracuse.

Le Fury pourrait devoir se débrouiller aussi sans son capitaine. Richie Ryan traîne quelques bobos. «Ça ne regarde pas bien en ce moment pour moi, confie-t-il. «Mais des fois, un état de santé peut s'améliorer drôlement en 24 heures. On verra bien si la douleur s'estompe.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer