Appel de détresse aux gens d'affaires

Le président des Sénateurs d'Ottawa, Tom Anselmi... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Le président des Sénateurs d'Ottawa, Tom Anselmi

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Conférencier invité au déjeuner du maire Jim Watson mardi matin, le président des Sénateurs Tom Anselmi a lancé un appel de détresse à la communauté des affaires de la région de la capitale nationale qui était présente pour l'occasion.

À l'approche du début du camp d'entraînement de son équipe et quelques jours après avoir annoncé une réduction de la capacité au Centre Canadian Tire en plaçant des toiles sur 1500 sièges des hauteurs de l'amphithéâtre de Kanata, Anselmi a parlé du besoin pour son club de vendre 1000 abonnements saisonniers de plus que l'an dernier pour la présente campagne, et le même nombre pour la suivante.

« C'est simple, nous avons besoin que plus d'entre nous viennent à plus de parties, plus souvent », a-t-il déclaré.

« Il faut que la communauté soit à 100 % derrière le club, pas à 80 %. Je sais que la communauté des gens d'affaires est petite à Ottawa, mais il faut qu'elle se range derrière l'équipe pour que ça marche. C'est notre défi de rallier les troupes et d'aller chercher un plus grand pourcentage d'abonnements au sein de cette base qui a plus de moyens », a-t-il ajouté un peu plus tard en répondant aux questions du public dans la salle du conseil, à l'hôtel de Ville d'Ottawa.

Celui qui a succédé à Cyril Leeder en janvier dernier pense qu'il est possible d'atteindre ces attentes élevées « parce que la communauté l'a déjà fait, le club a eu 39 matches à guichets fermés en 2007-2008 à ce qu'on me dit... Ottawa est une excellente ville de hockey, capable de rayonner sur la scène mondiale. C'est la seule ville qui peut se targuer d'être la capitale du pays qui a inventé le hockey », a-t-il lancé.

Les Sénateurs refusent depuis déjà plusieurs années de chiffrer leur nombre d'abonnements saisonniers, se limitant à dire qu'il est un des plus bas de la Ligue nationale de hockey. Ils sont probablement sous la barre des 10 000 billets de saison, alors qu'ils en ont déjà eu 13 000 à leur sommet.

Les baisses d'assistance enregistrées la saison dernière malgré les succès de l'équipe sur la patinoire - elle a atteint la finale de l'Est après avoir attiré 16 744 amateurs en moyenne par partie, 21e dans la LNH - coïncident avec les efforts du club pour déménager ses pénates plus près du centre-ville, sur les plaines LeBreton. Anselmi dit que les négociations avec la Commission de la capitale nationale et la Ville d'Ottawa se poursuivent, ayant été « probablement » retardées par son arrivée dans le portrait. Dans le meilleur des scénarios, l'équipe déménagerait dans l'amphithéâtre qui sera au coeur du projet RendezVous LeBreton en 2021, « mais il reste encore beaucoup de négociations avant d'en arriver à la construction, qui ne prend que deux ans, elle. C'est un énorme projet, très compliqué », a-t-il noté.

Le chef de la direction de la CCN, Mark Kristmanson, a dit mardi que son organisme souhaite avoir une entente de principe pour le développement des plaines LeBreton d'ici la fin de l'année 2017. Les Sénateurs devront ensuite s'entendre avec la Ville d'Ottawa pour une foule de choses, incluant des changements de zonage.

Francophones

En réponse à une question d'un intervenant quant à ce que son organisation compte faire pour attirer plus de francophones, Tom Anselmi n'avait pas de réponse concrète à offrir. « Je suis assez nouveau pour savoir ce que je ne sais pas. Une des premières questions que j'ai posées à mon arrivée en poste était 'Quelle est notre proportion de francophones par rapport aux anglophones ?' et on m'a répondu que c'était 5 %, ce qui n'est pas assez élevé considérant la présence (francophone) dans cette communauté... Nous devons mieux comprendre ce marché. La proximité est un facteur, la majorité habite dans l'est de la ville et c'est plus long pour se rendre (à Kanata). Mais Pierre (Dorion, le DG qui réside à Orléans) s'y rend chaque soir. Il doit juste traîner une couple de milliers d'amateurs avec lui. On doit craquer ce code, mais je n'ai pas la réponse à cette question », a-t-il affirmé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer