Pageau signe un contrat de 9,3 M$ pour trois ans

Le hockeyeur gatinois Jean-Gabriel Pageau s'est entendu avec... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Le hockeyeur gatinois Jean-Gabriel Pageau s'est entendu avec les Sénateurs jusqu'à la fin de la saison 2019-2020.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jean-Gabriel Pageau a consacré les cinq dernières années de sa vie à prouver qu'il était à sa place dans la Ligue nationale de hockey. Il n'a jamais, au grand jamais, pris le temps de penser qu'il pouvait en arriver là.

Le grand jour est pourtant arrivé. En fin de matinée, lundi, les Sénateurs d'Ottawa ont annoncé qu'ils ont consenti un contrat de trois ans à leur centre gatinois.

En vertu de ce pacte, Pageau touchera 2,6 millions $ US la saison prochaine. Il gagnera 3,3 millions $ US en 2018-19 et 3,4 millions $ US en 2019-20.

Il occupera donc 3,1 millions $ US sous le plafond salarial.

Il s'agit d'un salaire très généreux pour un joueur qui a récolté des statistiques modestes - 12 buts et 33 points - la saison dernière.

« Je vais prendre ça comme une belle marque de confiance », a-t-il déclaré dans une conférence téléphonique, en milieu de journée.

« Quand je regarde en arrière et que je pense au début de ma carrière, ça n'a pas toujours été facile. Je devais apprendre à devenir plus constant dans ma façon de jouer. En vieillissant, c'est quelque chose que j'ai appris. »

Ce nouveau contrat lui apportera de la stabilité financière, tout en solidifiant sa place parmi les jeunes leaders à Ottawa. Il jure que ça ne changera rien à sa façon de penser, de travailler, de jouer.

« Je demeure quelqu'un de super compétitif. Je ne veux pas m'arrêter là. Je veux pousser encore plus haut. »

Le directeur général Pierre Dorion se défend bien d'avoir été trop généreux envers un joueur qu'il aime depuis longtemps. « Jean-Gabriel mérite pleinement ce contrat », insiste-t-il, tout en évoquant le - frais - souvenir des séries éliminatoires du printemps 2017.

En plus de surveiller les meilleurs éléments des Bruins de Boston, des Rangers de New York et des Penguins de Pittsburgh, l'attaquant à caractère défensif a trouvé le moyen de marquer huit buts en 19 parties.

« Ce n'est rien de nouveau. Il a toujours su élever son jeu en séries. Il a fait ses preuves dans les rangs juniors et dans les ligues mineures avant de le faire au plus haut niveau, dans la Ligue nationale. »

Dorion serait bien content que Pageau atteigne de nouveaux sommets durant la durée de son prochain contrat.

Il a déjà démontré un potentiel offensif intéressant, connaissant une saison de 32 buts et 79 points chez les Olympiques de Gatineau, dans la LHJMQ.

S'il veut continuer à s'améliorer, il doit forcément regarder du côté de ses statistiques.

« Défensivement, il n'a pas beaucoup de lacunes, note le DG. Il est efficace lors des infériorités numériques, il se comporte très bien quand nous lui demandons d'affronter le premier trio adverse. S'il veut s'améliorer, il peut lever son jeu un tout petit peu défensivement. Il ne faudrait quand même pas que cette amélioration se fasse au détriment de son jeu défensif. »

« Jean-Gabriel est quand même bien parti. Il finira par devenir un sérieux aspirant au trophée Selke s'il garde le cap. »

Dzingel et cie

En signant son nouveau contrat lundi, Jean-Gabriel Pageau a surtout évité le douloureux processus d'arbitrage salarial.

La date de l'audience avait été conclue. Il aurait été obligé de s'y soumettre le 28 juillet. « J'ai toujours voulu jouer à Ottawa. J'étais confiant qu'on réussirait à s'entendre. », dit-il.

Puisque ce dossier est réglé, Dorion pourra consacrer ses énergies dans les prochains jours à négocier avec un autre joueur autonome avec compensation.

Ryan Dzingel est aussi susceptible de passer par l'arbitrage. Il doit comparaître ce vendredi, le 21 juillet, à Toronto.

« J'ai fait comprendre à son agent, Don Meehan, que je préférerais éviter l'arbitrage », dit Dorion.

Lorsque le cas de Dzingel sera réglé, l'homme de hockey franco-ontarien pourra souffler un peu. Mais pas trop.

« On ne sait jamais ce qui peut arriver. Je discutais justement d'une possible transaction avec un de mes homologues, pas plus tard que ce matin... »

La fin pour Campbell

Brian Campbell a évolué avec les 67's d'Ottawa... (Archives, Associated Press) - image 3.0

Agrandir

Brian Campbell a évolué avec les 67's d'Ottawa lors de ses années juniors en 1998-99.

Archives, Associated Press

CHICAGO - Le défenseur Brian Campbell prend sa retraite à l'âge de 38 ans après avoir joué pendant 17 saisons dans la LNH et remporté la coupe Stanley avec les Blackhawks de Chicago en 2010.

Les Blackhawks ont révélé qu'il demeurera avec l'équipe au sein du département des activités commerciales, communautaires et du marketing.

«Je suis ravi de passer à la prochaine étape de ma carrière professionnelle et de ma vie, a précisé Campbell dans un communiqué. Je suis reconnaissant à mes nombreux coéquipiers, entraîneurs, membres du personnel et aux partisans que j'ai côtoyés tout au long de ma carrière de joueur à Chicago, à Buffalo, en Floride et à San Jose. L'organisation des Blackhawks m'a permis de relever ce défi, et je suis reconnaissant de cette nouvelle chance.»

Campbell a marqué 87 buts et obtenu 417 passes pour un total de 504 points en 1082 matches en saison régulière avec les Sabres, les Sharks, les Blackhawks et les Panthers. Les Sabres l'ont réclamé en sixième ronde du repêchage en 1997, et Campbell a pris part à quatre Matches des étoiles.

Le défenseur à caractère offensif a disputé 423 matches consécutifs de 2011 à 2016. Cette séquence a pris fin en décembre non en raison d'une blessure, mais lorsque l'entraîneur Joel Quenneville l'a retranché de la formation.

Avant d'atteindre la LNH, il a connu quatre très belles saisons dans la LHOntario chez les 67's d'Ottawa.

En 1998-99, il a inscrit 87 points en 62 parties régulières. Il a terminé son stage junior en soulevant la coupe Memorial sur la patinoire du Centre municipal.

Les Blackhawks lui ont fait signer un contrat de huit ans pour 57,14 millions $ US en 2008 et il était utilisé pendant presque 20 minutes par match l'année de la conquête de la coupe Stanley avant que les contraintes du plafond salarial n'entraînent son transfert aux Panthers de la Floride en 2011. Il a terminé sa carrière à Chicago et il continuera de vivre dans la région avec sa famille.

«Après une brillante carrière sur la patinoire, Brian demeurera un membre important de notre organisation», a déclaré le président des Blackhawks, John McDonough.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer