Pageau opte pour l'arbitrage

Un des joueurs les plus utiles aux Sénateurs... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

Un des joueurs les plus utiles aux Sénateurs d'Ottawa pendant les dernières séries éliminatoires, Jean-Gabriel Pageau n'est pas encore parvenu à s'entendre avec le club pour son prochain contrat.

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Son entraîneur, Guy Boucher, a souvent dit de lui qu'il était le « soldat parfait ». Son directeur général, Pierre Dorion, n'a jamais caché que le centre gatinois faisait partie de ses joueurs préférés.

Pourtant, Jean-Gabriel Pageau et les Sénateurs d'Ottawa n'ont pas été capables de s'entendre sur les modalités de son troisième contrat dans la LNH. Son dernier pacte de deux ans d'une valeur de 1,8 million $ étant arrivé à échéance, Pageau devait s'entendre avec le club avant 17 heures mercredi. Dans le cas contraire, le Gatinois de 24 ans avait l'option d'opter pour l'arbitrage.

L'ancienne vedette des Olympiques de Gatineau a gagné 1,1 million $ la saison dernière, mais il a prouvé toute son utilité pendant les dernières séries éliminatoires où il s'est même payé un match de quatre buts contre les Rangers de New York. Le temps est maintenant venu pour lui de passer à la caisse.

Dans son entourage, on dit qu'il cherche un pacte à long terme, mais que les Sénateurs ne voudraient pas lui consentir un contrat de plus de trois ans.

Ni Pageau ni son agent Craig Oster n'ont rendu les appels du Droit jeudi, mais il est clair que Pageau sera au prochain camp d'entraînement des Sénateurs. Il restera à déterminer son salaire et la durée de l'entente.

Pendant la saison régulière, il a récolté 12 buts et 33 points en 82 matches. Pendant les séries éliminatoires, il a fourni huit buts et 10 points en 19 matches. Agent libre avec restriction, il était en droit de demander l'arbitrage, mais il s'agirait surtout d'une formalité. Les négociations entre son clan et les Sénateurs vont se poursuivre au cours de prochaines semaines et les deux parties pourront toujours s'entendre avant la tenue d'une séance devant un arbitre.

Au cours des dernières saisons, Jean-Gabriel Pageau a brillé dans un rôle de troisième centre avec des partenaires moins offensifs, mais il a toujours été en mesure de produire davantage dans un rôle accru.

En 2015-16, il avait inscrit 19 buts et récolté 43 points alors qu'il avait été appelé à remplacer Kyle Turris, blessé.

Au début de la prochaine saison, il pourrait se retrouver encore sur un deuxième trio avec l'opération qu'a dû subir l'autre centre gatinois de l'équipe, Derick Brassard.

Les Sénateurs ont tout à gagner à s'entendre avec ce produit local à long terme. À Ottawa, il est déjà un des favoris de la foule qui aime chanter le « Pageau, Pageau, Pageau » lorsqu'il marque des buts importants.

Après une saison où il avait présenté des statistiques similaires à la saison 2015-16 de Pageau, Mika Zibanejad (20 buts et 46 points), avait obtenu un contrat de deux ans d'une valeur de 5,25 millions $ (2 625 millions $ par année). Pageau pourrait certainement exiger un salaire annuel dans ces eaux-là.

Dzingel aussi

Ryan Dzingel a imité Pageau mercredi en demandant lui aussi une séance devant un arbitre.

Le rapide patineur a été moins utilisé par Guy Boucher en fin de saison, mais il a quand même récolté 14 buts et 32 points en 81 matches. En séries éliminatoires, il a participé à 15 des 19 matches des Sénateurs, récoltant deux buts et trois points. Âgé de 25 ans, il est aussi agent libre avec restriction.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer