Phaneuf avec Karlsson?

La perte de Marc Méthot ne semble pas... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

La perte de Marc Méthot ne semble pas sonner d'alarme dans le vestiaire des Sénateurs. Guy Boucher, de son côté, préfère voir les choses d'un bon oeil. Les jeunes espoirs seront paliers son absence croit-il.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Guy Boucher se prépare à disparaître dans la nature, allant recharger ses batteries à son chalet dans les bois de la région du Bas-du-Fleuve la semaine prochaine.

Là-bas, l'entraîneur-chef des Sénateurs d'Ottawa aura quand même le temps de penser à la meilleure façon de compenser pour la perte du vétéran défenseur Marc Méthot, perdu au repêchage d'expansion des Golden Knighs de Vegas, qui l'ont ensuite refilé aux Stars de Dallas. 

En entrevue avec Le Droit jeudi, Boucher donnait l'impression qu'il a déjà sa petite idée là-dessus, évoquant notamment la possibilité de donner Dion Phaneuf comme partenaire pour Erik Karlsson en début de saison, à condition évidemment que celui-ci soit prêt pour le début de la saison régulière après son opération pour réparer des tendons déchirés dans son pied gauche.

« La saison dernière, on s'est bien débrouillé quand on a eu des blessés. En ce moment, on a Karlsson et (Derick) Brassard qui sont blessés (opération à l'épaule pour ce dernier), on espère qu'ils seront prêts pour le début de la saison. La récupération nous laisse croire qu'ils pourront commencer au début de l'année, mais on verra », a-t-il raconté.

« Mais c'est bien important qu'on n'essaie pas de remplacer quelqu'un. Chaque joueur a ses propres attributs, ses propres qualités. Les autres joueurs qui remplacer les trous, qui vont faire en sorte qu'on ait des paires à la défense, des lignes en attaque, ils doivent apporter ce qu'eux apportent, pas essayer de remplacer quelqu'un d'autre. Marc était capable de jouer contre les meilleurs joueurs à cause de sa vitesse et sa grandeur, il était capable de jouer avec Erik aussi, ils avaient une bonne connexion, un compensait pour l'autre. Mais durant l'année, Phaneuf a joué aussi avec Erik, (Fredrik) Claesson aussi et Erik aime jouer avec lui », a ajouté Boucher, estimant que les Sénateurs ont assez de profondeur à la défensive avec l'émergence aussi de Mark Borowiecki et Ben Harpur pour colmater les brèches à la ligne bleue.

Il serait un peu ironique que Phaneuf se trouve à hériter de la place de choix aux côtés de Karlsson alors que c'est son refus de lever sa clause de non-mouvement pour être exposé au repêchage d'expansion qui a mené au départ de Méthot.

Boucher pense qu'il pourrait séparer Phaneuf de son partenaire de la dernière saison et demie, Cody Ceci, parce que ce dernier « a pris toute une coche... À la fin de l'année, on lui faisait confiance contre n'importe qui. C'était ça le but... Défensivement, dans l'ensemble, c'est un vrai top-4, mais pour se défendre dans notre zone, c'est un top-2. Lui, il va prendre une partie de la job de Méthot », affirme-t-il en parlant du défenseur droitier de 23 ans originaire d'Ottawa lui aussi.

Il y a aussi le grand espoir Thomas Chabot qui « va cogner à la porte, tout comme (Christian) Jaros et il y a d'autres bons espoirs, ça va nous aider à palier à ça », estime Boucher.

Dans le cas de l'arrière québécois qui a disputé un match dans la LNH en début de saison dernière avant d'être renvoyé dans les rangs juniors où il a été dominant, il pense que l'organisation a fait le bon choix. 

« L'an passé, il est passé très proche de rester. On est convaincu que c'était la bonne chose à faire, notre saison l'a montré et la sienne aussi. On a fait preuve de beaucoup de sagesse, il aurait été facile de le garder, mais ça aurait été la mauvaise chose à faire pour son développement. Il est retourné (à Saint-Jean) et il a été LE gars avec toute la pression. Son club a gagné (la coupe du Président), il a été le meilleur défenseur de tout le tournoi au Championnat mondial junior alors que le Canada s'est incliné en finale. Ça a été plus formateur que de rester et d'attendre sa chance dans la LNH. Cette année, la décision va être très simple, est-ce qu'il est prêt maintenant ? Si la réponse est oui, il va rester. Si c'est non, il va passer du temps dans la Ligue américaine », a indiqué Guy Boucher, qui a passé une partie des derniers jours à surveiller les espoirs de l'organisation à leur camp de développement.

Des options pour Dorion le 1er juillet

Guy Boucher a répété souvent la saison dernière qu'il laisse la gestion des Sénateurs, toutes les questions de contrats, à son patron, le d.g. Pierre Dorion. Il l'a réitéré encore jeudi.

Mais l'entraîneur-chef des Sénateurs refile à l'occasion une liste d'épicerie à Dorion, comme l'an dernier quand il a rapatrié l'attaquant Tom Pyatt de Suisse, un pari qui a rapporté alors que ce dernier a signé un autre contrat de deux ans cette semaine.

À travers la planète hockey qui se prépare pour l'ouverture officielle de la chasse aux joueurs autonomes du 1er juillet, soit samedi, plusieurs observateurs pensent que Boucher pourrait recommander cette fois un autre de ses anciens protégés, le défenseur Dmitry Kulikov, qu'il a dirigé lors de la saison 2008-2009 avec les Voltigeurs de Drummondville.

Kulikov, qui n'a que 26 ans, vient cependant de connaître une saison difficile avec les Sabres de Buffalo, étant limité à deux buts et trois passes en 47 parties où il a présenté un différentiel de moins-26. L'ancien des Panthers de la Floride touchait un ronflant salaire de 4,3 millions $ et on peut présumer que les Sénateurs lui offriront une diminution de salaire, eux qui ne voudront pas dépenser tout d'un coup les 4,9 M$ sauvés avec le départ de Marc Méthot pour le remplacer, dans l'optique où ils devront consentir des augmentations à leurs joueurs autonomes avec restriction, Jean-Gabriel Pageau et Ryan Dzingel. Sans compter que l'an prochain, ils devront commencer à penser à offrir des prolongations de contrat aux Erik Karlsson, Kyle Turris, Mark Stone, Craig Anderson et Cody Ceci.

Selon l'informateur de TSN Darren Dreger, les Sénateurs ont décidé de retirer Dion Phaneuf du marché des échanges qui bouillonne parallèlement au marché des agents libres, et ils se seraient informés auprès des Golden Knights de Vegas du prix à payer pour l'ancien défenseur du Canadien Alexeï Emelin, qui empochera 4,1 M$ à la dernière année de son contrat en 2017-2018.

Le frère de Mark Stone, Michael, pourrait représenter une autre possibilité, lui qui faisait 3,1 M$ l'an passé en jouant avec l'Arizona et Calgary.

« Nos dépisteurs professionnels sont en ville et nous allons discuter des possibilités d'améliorer notre équipe, a dit Dorion cette semaine. Notre priorité est de garder nos propres joueurs pour l'instant. Pour ce qui est du marché des agents libres du 1er juillet, je doute que l'on fasse un gros splash. »

Dorion continuait aux dernières nouvelles les pourparlers avec les agents des attaquants Viktor Stalberg et Tommy Wingels.

Dans l'éventualité où ces joueurs décidaient d'aller voir ailleurs, une possibilité pour ajouter de la profondeur en attaque pourrait être l'attaquant de l'Est ontarien Benoit Pouliot, dont le nom a été placé au ballottage jeudi par les Oilers d'Edmonton avec comme objectif de racheter son contrat s'il n'est pas réclamé. Quand il avait paraphé un pacte de cinq ans pour 20 millions $ le 1er juillet 2014, Pouliot avait étudié une offre pour un contrat de trois ans déposée par les Sénateurs, qu'il avait visités. Âgé de 30 ans, l'ancien du Wild du Minnesota, du Canadien de Montréal et du Lightning de Tampa Bay, où il a été dirigé par Guy Boucher, n'a récolté que 8 buts et 14 points en 67 parties la saison dernière avec les Oilers, étant aussi blanchi en 13 parties de séries.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer