Chris Neil et les Sens, c'est fini

Chris Neil a marqué un but et récolté trois... (Etienne Ranger, archives Le Droit)

Agrandir

Chris Neil a marqué un but et récolté trois mentions d'aide en 53 matches à sa dernière saison avec les Sénateurs d'Ottawa.

Etienne Ranger, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un record pourrait bien ne jamais être battu chez les Sénateurs d'Ottawa. Avec les bagarres qui sont en voie d'extinction, dans le futur, aucun joueur de l'équipe ne devrait passer autant de temps au banc des pénalités que Chris Neil.

En 1026 matches en rouge et noir, Neil aura passé 2522 minutes à l'ombre.

Le compteur s'arrête là pour lui.

D'un commun accord, les Sénateurs et leur policier de longue date ont décidé de se séparer.

L'agent de Neil, Todd Reynolds, a rencontré le directeur général Pierre Dorion en début de semaine.

« La rencontre s'est déroulée mardi. Selon ce que je comprends, la direction du club a laissé les entraîneurs décider du sort de Chris. Les entraîneurs ont conclu qu'ils n'auraient pas un grand rôle à lui confier la saison prochaine. S'il avait choisi de poursuivre sa carrière à Ottawa, Chris serait essentiellement devenu une roue de secours », raconte Reynolds.

« Le rôle de roue de secours ne lui convenait pas. Il se pense toujours capable de jouer. »

À quelques jours de son 38e anniversaire de naissance, le « vieux » Neil n'est pas prêt à tirer un trait sur sa carrière. Il se croit encore capable d'aider un club de la LNH.

Son agent est convaincu qu'il sera capable de lui trouver du boulot, quelque part. Il jure qu'il a déjà reçu quelques coups de fil au sujet de son tout nouveau joueur autonome.

« L'information circule très rapidement, de nos jours, dans le monde du hockey. Des gens trouvent la perspective d'ajouter un Chris Neil à leur formation très intrigante. Il n'y a rien de concret à expliquer pour l'instant, mais certaines personnes ont l'intention de poursuivre la conversation. »

Neil entend vivre à Ottawa au terme de sa carrière. Sa famille devrait quand même l'accompagner dans la ville où il relèvera son prochain défi. Il devra probablement se contenter d'un contrat d'une seule saison.

Écrit dans le ciel

Cette annonce n'a surpris personne.

Le contrat de Neil sera échu dans une quinzaine de jours. La dernière campagne ne fut pas la plus glorieuse de sa carrière. Il a été utilisé dans 53 matches, à peine. Il a marqué un but et récolté trois petites mentions d'aide. Pour la première fois de sa carrière, il a perdu sa place parmi les 12 attaquants réguliers de l'organisation.

Dans les séries éliminatoires, on ne l'a presque pas vu. On l'a inséré dans la formation pendant deux parties, durant la deuxième ronde, contre les Rangers de New York. Les Sénateurs cherchaient alors à répondre à l'intimidateur adverse, Tanner Glass, qui en menait large.

Il n'a pratiquement pas touché à la glace.

Il ne s'est jamais plaint de son sort.

Pas publiquement, en tous cas.

« Des membres de la direction des Sénateurs m'ont souvent contacté, durant la saison, pour me dire que Chris se comportait toujours comme un vrai pro. Il était particulièrement agréable envers les plus jeunes joueurs. Ça ne m'a pas vraiment surpris. J'étais très fier de lui », raconte Todd Reynolds.

« Il a quand même vécu toute la gamme des émotions durant les derniers mois. Il n'est pas différent des autres joueurs. Il est si compétitif. Il veut faire une différence. Il a donc vécu des moments de frustration et de découragement. »

Par ailleurs, un autre client de Reynolds a découvert dans les derniers jours qu'il n'obtiendra pas de nouveau contrat avec l'organisation des Sénateurs. Après deux saisons décevantes dans les ligues mineures, le jeune gardien Matt O'Connor devra relancer sa carrière ailleurs.

Karlsson opéré

On savait qu'Erik Karlsson jouait en dépit de fractures à une jambe durant les séries éliminatoires de la coupe Stanley. On ne savait pas qu'il avait aussi des tendons déchirés au pied gauche.

Cette blessure lui a d'ailleurs valu un voyage aux États-Unis. Le capitaine des Sénateurs a subi une intervention chirurgicale, jeudi, en Caroline du Nord.

«Les déchirures sont survenues durant les séries de la Coupe Stanley. Elles ont été décelées lors d'un examen d'imagerie par résonnance magnétique dans le cadre d'un examen médical approfondi après la saison», a indiqué Pierre Dorion dans un communiqué.

Karlsson passera quatre mois en convalescence. Les Sénateurs croient que, si tout va bien, il sera de retour au jeu au début de la saison régulière 2017-18.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer