Mike Condon rêve d'être numéro un

Pierre Dorion a laissé entendre en début de... (Archives, Associated Press)

Agrandir

Pierre Dorion a laissé entendre en début de semaine que les négociations avec l'agent de Mike Condon n'avaient pas très bien débuté.

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mike Condon n'est pas un gars trop compliqué. À un mois d'obtenir le statut de joueur autonome sans compensation, le gardien du Massachusetts n'a qu'un souhait. Il veut s'entendre avec une organisation qui lui donnera la chance de jouer.

«C'est aussi simple que ça. Mike veut jouer. Il se plaît beaucoup à Ottawa, mais il veut jouer. Il aime travailler avec Andy, mais il veut jouer», a confié son agent Michael Wulkan, lorsque joint au téléphone, mercredi.

L'homme, qui travaille depuis la région de Buffalo, est bien conscient d'offrir une réponse très vague.

Ça veut dire quoi, au juste, «jouer»?

«Tous les gars qui évoluent dans la LNH rêvent de décrocher un poste de gardien de buts numéro un. Mike n'est pas différent des autres. Tous les gardiens croient qu'ils peuvent réussir si on leur donne seulement une belle opportunité», précise-t-il.

Voilà. C'est clair.

Condon, qui est âgé de 27 ans, vient de connaître une très bonne saison devant le filet des Sénateurs. Il a sauvé les meubles en l'absence de Craig Anderson.

Il a conservé une fiche de 19-14-6 et une moyenne de buts alloués de 2,50 en 40 parties.

Il aurait possiblement fait mieux, encore, s'il n'avait pas été autant sollicité. Au plus fort de la saison, il a fracassé un record d'équipe en participant à 27 parties consécutives.

En début de semaine, lors de sa conférence de presse de fin de saison, Pierre Dorion a laissé entendre que les négociations avec l'agent de Condon n'avaient pas très bien débuté.

«Parfois, vous savez quand des pourparlers ne s'en vont nulle part. Ils n'ont pas été très bons jusqu'à maintenant, a-t-il déclaré. S'il n'aime pas notre offre, il n'a qu'à dire non.»

Michael Wulkan a été mis au parfum. Il préfère ne pas répondre publiquement au directeur général des Sénateurs.

«Je n'offrirai même pas de commentaires à ce sujet. Je ne travaille pas de cette façon», réagit-il.

M. Wulkan ne veut pas non plus chiffrer les demandes de son client.

Il est cependant permis de croire que Condon ne se contentera pas d'une entente de courte durée. Après avoir porté les couleurs de sept clubs différents au cours des cinq dernières saisons, le sympathique athlète aimerait bien obtenir un peu de stabilité.

Lundi, Dorion a laissé entendre qu'il est prêt à redonner le poste de gardien de buts numéro deux à Andrew Hammond la saison prochaine. Le Hamburglar a passé le plus clair de la saison 2016-17 sur la liste des blessés, mais il serait sur le point de recommencer à patiner.

Il reste une année à écouler à son contrat.

Tout cela ne signifie pas, pour autant, que Condon est prêt à lancer la serviette. Il est conscient que les Sénateurs pourraient lui offrir, avant longtemps, la chance dont il rêve.

Anderson ne rajeunit pas. Il a fêté ses 36 ans durant les séries éliminatoires de la coupe Stanley.

Les Sénateurs ne comptent pas de «valeurs sûres» dans leur système. Les deux gardiens qui ont évolué avec le club école de Binghamton au cours des deux dernières années, Chris Driedger et Matt O'Connor, ont déçu. Le Suédois Marcus Högberg obtiendra sa chance l'automne prochain.

«Nous sommes ouverts à toutes les éventualités, maintient Wulkan. Mike adore l'entraîneur des gardiens à Ottawa. Pierre Groulx l'a vraiment aidé à progressé. Nous continuons de croire que nous pouvons nous entendre avec les Sénateurs.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer