Encore place à amélioration

Pierre Dorion et Guy Boucher ont dressé le... (La Presse canadienne)

Agrandir

Pierre Dorion et Guy Boucher ont dressé le bilan de leur première saison ensemble chez les Sénateurs d'Ottawa. Ils sont déterminés à revenir en force l'an prochain.

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Leur association vieille d'un an a donné des résultats très positifs, leurs Sénateurs d'Ottawa passant à un but près de participer à la finale de la coupe Stanley, mais Pierre Dorion et Guy Boucher n'ont pas l'intention de se laisser aveugler par le succès.

En dressant le bilan d'une saison 2016-2017 où leur club a largement dépassé les attentes, le directeur général et l'entraîneur-chef des Sénateurs ont clairement laissé entendre qu'ils réalisent que tout sera à recommencer l'automne prochain et que la prochaine saison morte sera une occasion de chercher à améliorer l'équipe encore plus qu'ils ne l'ont déjà fait.

« Ça a été une excellente année, nous avons traversé beaucoup d'épreuves et je pense que l'équipe a fait un grand pas vers l'avant. Nous pensons tous dans notre équipe de direction que ce pas va nous permettre de connaître du succès dans l'avenir », a dit Dorion d'entrée de jeu lors d'un point de presse conjoint avec son entraîneur, où il a remercié les joueurs et les partisans de l'équipe d'abord, puis Boucher et le propriétaire Eugene Melnyk qui lui a donné la chance de diriger le club de son patelin.

Boucher a pour sa part parlé d'un « pas gigantesque dans la bonne direction, parce que tu veux établir une culture au début de la saison, développer des habitudes, bâtir des joueurs inviduellement et bâtir le collectif pour arriver au point où tout le monde était rendu en séries. C'est arrivé plus vite que je le pensais et c'était très spécial. En regardant en arrière, c'est assez impressionnant ce que nous avons réussi à faire en une année, à tous les niveaux de l'organisation. Il y a eu une excellente synergie, et c'est pourquoi ça a fait si mal à la fin », a-t-il souligné.

Celui-ci estimait que ses joueurs ont acquis une expérience qui sera très utile en traversant trois rondes de séries puis en s'inclinant en deuxième prolongation contre les champions en titre de la coupe Stanley, les Penguins de Pittsburgh.

« Les gars devraient en bénéficier individuellement et comme groupe. Ça ne vous rend pas moins affamé, tu veux vivre ça encore. Le défi, et je l'ai vécu, est de ne pas oublier où tu as commencé. Comme on l'a fait de match en match, il faut rebâtir à partir de zéro. La réalité de la LNH maintenant est qu'il est extrêmement difficile de participer aux séries d'une année à l'autre, on l'a vu avec des clubs de notre division. Des équipes vont s'améliorer, nous devons le faire aussi. Les joueurs réalisent ce qu'ils ont fait, mais en revenant, il faut recommencer. Notre mentalité ne pourra pas être que nous sommes où nous étions à la fin de cette année... Mais parce que la culture est établie et que les joueurs ont grandi, ça ne devrait pas prendre autant de temps pour reprendre tes habitudes et retrouver ton identité », estime Boucher.

L'entraîneur québécois avait aussi mené le Lightning de Tampa Bay à la finale de l'Est en 2011 avant de s'incliner 1-0 lors d'un septième match contre Boston, puis ce club ne s'était pas qualifié pour les séries l'année suivante avant qu'il ne soit congédié au milieu de la campagne 2012-2013.

Boucher a confiance qu'il ne revivra pas le même scénario, précipité parce que son gardien (Dwayne Roloson) était arrivé au bout du rouleau à 42 ans, et le club avait perdu sept joueurs qui n'ont pas été remis sous contrat.

Son patron a laissé entendre qu'il ne jettera pas d'argent par les fenêtres pour tenter d'aller chercher une pièce manquante, devant toujours respecter un budget interne. « Nous allons dans la bonne direction, mais on peut toujours s'améliorer. J'aime nos gardiens... À la défense, nous allons discuter pour être à l'aise avec ce que nous avons. On a un des meilleurs défenseurs en dehors de la LNH en Thomas Chabot qui va aspirer à un poste l'an prochain. Je suis impressionné par Ben Harpur. En avant, nous avons pris un peu d'âge, mais j'aime la direction que nous avons prise alors que tout le monde connaît son rôle. Nous allons tenter de mettre sous contrat des joueurs qui seront agents libres. On aimerait ajouter un joueur comme Sidney Crosby, mais c'est impossible à faire. On ne cherche pas quelque chose de spécifique », a-t-il noté.

Vegas : Anderson assurément protégé

À quelques semaines du repêchage d'expansion pour les Golden Knights de Las Vegas, Pierre Dorion a gardé ses cartes bien cachées sauf pour une.

« Craig Anderson va être le gardien que nous allons protéger, il n'y a aucun doute à ce niveau », a-t-il dit lors de son point de presse au sujet du cerbère de 36 ans.

« Nos dépisteurs professionnels sont ici pour des réunions et j'ai des rencontres avec les entraîneurs aujourd'hui. Nous allons avoir une meilleure idée à la fin de la semaine, parce qu'il y a beaucoup de discussions, bien des choses qui se passent concernant l'expansion. Mais il est clair que Craig Anderson sera le gardien que nous protégerons... Et nous allons perdre un joueur, c'est la réalité. Nous avons assez de profondeur que ça ne voudra pas dire des changements radicaux à cette équipe », a-t-il ajouté, notant qu'il avait déjà tenu des pourparlers préliminaires avec son homologue des Golden Knights, George McPhee, pour conclure une transaction potentielle pour éviter qu'ils sélectionnent un joueur en particulier.

Dorion a été pas mal moins catégorique quant à ce qui pourrait arriver dans le dossier de l'adjoint à son cerbère américain.

Mike Condon, qui a probablement sauvé la saison de l'équipe après son acquisition de Pittsburgh contre un choix de cinquième ronde alors qu'Anderson a dû s'absenter pour être au chevet de son épouse atteinte d'un cancer, pourrait devenir joueur autonome sans compensation le 1er juillet.

« Parfois, vous savez quand des pourparlers ne s'en vont nulle part et ils n'ont pas été très bons jusqu'à maintenant », a dit Dorion au sujet des discussions amorcées cet hiver avec son représentant, Michael Wulkan.

« Il aimerait revenir et on aimerait qu'il revienne. Mais s'il n'aime pas notre offre, il a juste à dire non... Si on ne peut pas s'entendre avec lui, peut-être qu'Andrew Hammond sera de retour comme substitut », a-t-il ajouté, ramenant sur le tapis le nom du cerbère qui a raté la majorité de la saison pour cause de différentes blessures.

Les deux Chris

Parmi les joueurs dont les contrats arrivent à échéance cet été, Dorion a dit qu'il entendait parler personnellement à Chris Neil et Chris Kelly, les deux vétérans qui ont peu joué en séries, de leur avenir d'ici deux semaines, « pour voir quels sont leurs plans et voir s'ils concordent avec ceux de l'organisation », a-t-il dit. 

Il tiendra des discussions avec les agents des « joueurs de location » acquis au fil de la dernière campagne, les Viktor Stalberg et Tommy Wingels, en plus de Tom Pyatt, qui n'était sous contrat que pour un an.

Après le 1er juillet, il pourrait discuter avec Anderson pour une prolongation de contrat, alors qu'il reste seulement une autre saison à son pacte.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer