Ryan pas inquiet d'aboutir à Vegas

Bobby Ryan... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

Bobby Ryan

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il a beau avoir connu des séries éliminatoires où il a racheté une saison décevante, Bobby Ryan se doute bien qu'il ne sera pas protégé par les Sénateurs au prochain repêchage d'expansion pour la nouvelle franchise des Golden Knights de Las Vegas.

L'attaquant américain qui se réfugie en Idaho l'été ne craint cependant pas trop de se retrouver au Nevada l'an prochain.

« Est-ce qu'ils vont prendre (un salaire) de 7 millions $ ? Non, je suis correct », a lancé Ryan en riant lorsqu'il s'est fait demander si cette possibilité l'inquiétait.

Meilleur attaquant des siens en séries avec 15 points, dont 6 buts (3 buts gagnants), Ryan a une clause de non-mouvement dans son pacte bon pour encore cinq ans à 7,25 M$ par année, mais celle-ci n'oblige pas le DG Pierre Dorion à le protéger quand il soumettra sa liste avec un gardien, trois défenseurs et cinq attaquants, ou encore un gardien et huit patineurs indépendamment de la position. L'encan aura lieu le 21 juin et chaque équipe de la LNH perdra un joueur à la nouvelle formation.

Le défenseur Dion Phaneuf est le seul qui doit obligatoirement être protégé parce qu'il a une clause de non-échange, mais il y a beaucoup de spéculation que l'équipe pourrait lui demander de lever celle-ci vu qu'il y a peu de chances qu'il soit réclamé avec son salaire annuel de 7 M$ pour encore quatre saisons.

« La chose qui est difficile quand on prend une bière après de longues séries comme on vient de connaître, c'est de ne pas savoir qui ne sera pas là l'an prochain. On sait qu'il y a des changements chaque année. Ce groupe était spécial, mais on peut garder notre tête haute vu qu'on a tout donné. Aujourd'hui, c'est un temps pour dire au revoir aux gars et savourer tout ce qu'on a accompli. Le repêchage d'expansion va être intéressant, ça fait longtemps qu'il n'y en a pas eu un, mais je n'y ai pas vraiment pensé », a dit le vétéran défenseur, qui parlait de comment il serait facile de se motiver à l'entraînement en vue de la prochaine saison cet été en étant passé si près du but ultime.

Marc Méthot, qui devrait être protégé, a touché au sujet lui aussi brièvement. « Tout le monde parle, il y a des rumeurs et tout ça. Mais moi, honnêtement, mon focus est de rester avec l'équipe. Je veux rester ici, c'est (Ottawa) mon patelin, c'est où ma famille demeure et je suis content d'être un Sénateur. Je vais parler avec Pierre (Dorion) et notre coach (Guy Boucher) et voir ce qui va arriver », a-t-il indiqué.

Un des principaux dossiers qui se retrouve sur le bureau de Dorion à la fin de cette saison est le cas du gardien substitut Mike Condon, qui avait fait un boulot admirable en relève de Craig Anderson pendant son absence. Il sera joueur autonome sans compensation le 1er juillet, mais il a réitéré samedi qu'il souhaiterait rester dans la capitale.

« J'ai été pas mal clair que je veux rester ici. J'aime ce qui se passe ici, j'aime l'équipe, j'adore travailler avec Andy et (l'entraîneur des gardiens) Pierre Groulx a été fantastique pour mon jeu, on s'entend bien, a noté Condon. Je ne sais pas ce qui va se passer dans les prochaines semaines. L'équipe doit s'occuper de certaines choses en ce qui a trait au repêchage d'expansion et je respecte que le club fasse ses devoirs pour traiter de la situation des gardiens. J'espère juste faire partie de l'équation. »

Neil et Kelly à la croisée de chemins

Les deux Chris, Neil et Kelly, sont arrivés à la croisée des chemins avec l'élimination des Sénateurs en finale de l'Est.

Très peu utilisés en séries, ces vétérans qui avaient des rôles importants quand l'équipe a atteint la finale pour la coupe Stanley en 2007 pourraient bien avoir disputé leurs derniers matches dans l'uniforme de l'équipe, et peut-être également en carrière. Neil a parlé samedi d'un « changement de la garde ».

Il était cependant trop tôt pour leur parler de retraite, de la possibilité d'accrocher leurs patins pour de bon.

« J'aime le hockey, j'adore tout ce qui y a trait. Ça me passionne aussi. C'est évident que je veux jouer à nouveau l'an prochain, de la façon dont je me sens. On va voir ce qui va se passer », a dit Neil, le dur à cuire de 37 ans qui est devenu le troisième Sénateur à jouer 1000 parties pour la concession.

Celui-ci a joué 53 parties en saison régulière cette saison avant de se casser une main lors d'un combat avec Shawn Thornton en Floride. Il est revenu pour jouer deux matches dans la série contre les Rangers de New York, ses coéquipiers lui ayant donné beaucoup de crédit pour leur avoir redonné du courage en s'en prenant à Tanner Glass.

À 36 ans, Chris Kelly a joué toutes les 82 parties du calendrier régulier, mais il n'a presque pas joué en séries, étant utilisé pendant 3:41 minutes lors du septième match contre Pittsburgh. Il aurait pu voir sa carrière prendre fin l'an passé quand il s'est cassé la jambe alors qu'il portait les couleurs des Bruins de Boston, avec qui il a gagné la coupe Stanley en 2011.

« En revenant, il y avait des points d'interrogation. C'est normal quand tu te casses le fémur. Je suis content d'avoir eu la chance de jouer, je ne voulais pas que ma carrière prenne fin en étant transporté hors de la glace. Je suis heureux que ça ne se soit pas terminé comme ça », a-t-il confié, notant qu'il devra maintenant discuter avec son épouse de la suite des choses.

« Tu ne veux pas écarter aucune possibilité. Dire ou non (à une option) maintenant serait injuste envers moi-même », a-t-il ajouté.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer