Les Penguins ont tout fait sauf marquer

Sidney Crosby cherche une ouverture pour déjouer Craig... (Étienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Sidney Crosby cherche une ouverture pour déjouer Craig Anderson.

Étienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ils étaient déçus, mais loin d'être abattus ces Penguins de Pittsburgh, qui ont manqué une première chance d'accéder à la finale de la coupe Stanley.

« La bonne nouvelle, nous avons une autre chance dans quelques jours », a souligné le vétéran défenseur Trevor Daley après la défaite de 2-1 subie, mardi soir, aux mains des Sénateurs au centre Canadian Tire.

La finale de l'Est est maintenant égale 3-3. Il y aura un septième et décisif match jeudi soir à Pittsburgh.

Le gagnant affrontera les Prédateurs de Nashville en grande finale.

« Je ne suis pas inquiet pour notre équipe. Nous avons plusieurs joueurs d'expérience. Puis nous sommes habitués à disputer un septième match », a rappelé Daley.

Les Penguins ont battu Tampa Bay dans une septième partie l'an dernier en finale de l'Est. On connaît la suite. Ils ont gagné la coupe Stanley deux semaines plus tard. Puis plus tôt en mai, Pittsburgh a éliminé Washington en sept matches.

Daley et ses coéquipiers devront trouver toutefois une façon de battre Craig Anderson. Le gardien des Sénateurs a stoppé 45 tirs mardi soir.

L'entraîneur-chef Mike Sullivan a refusé de dire qu'Anderson avait volé la victoire pour Ottawa. « Je ne sais pas... Je peux dire qu'il a bien joué pour eux. Il a effectué des arrêts à des moments importants », a-t-il soutenu.

« Nous avons obtenu plusieurs bonnes occasions de marquer. Nous avons tout fait sauf marquer », a souligné le capitaine Sidney Crosby.

« Nous avons fait de belles choses. »

Le mot d'ordre dans le vestiaire des champions en titre ?

Ce n'est pas le temps de paniquer.

« Nous avons disputé une bonne partie, a rappelé Sullivan. Nous avons passé beaucoup de temps dans le territoire des Sénateurs. Nous avons tiré souvent au filet. Nous avons voilé le gardien. Nous avons longtemps contrôlé la rondelle. Si nous jouons à nouveau de la même façon lors du prochain match, nous allons obtenir un résultat différent. »

Un autre qui pensait de la sorte ?

Matt Murray. Le gardien des Penguins a vu sa séquence sans accorder un but s'arrêter quand Bobby Ryan l'a déjoué au milieu de la deuxième période.

Murray avait blanchi les Sénateurs lors des 98 minutes et 16 secondes précédentes.

Mike Hoffman l'a ensuite déjoué, tôt en troisième période, avec un tir précis et foudroyant. « Je n'ai rien vu », a confirmé le jeune gardien, qui ne pouvait rien sur la séquence.

Ce dernier a quand même bien paru pendant cette soirée, repoussant 28 rondelles.

Un autre qui a encore bien paru chez les Penguins ? Scott Wilson, qui a tiré trois fois en plus de distribuer trois autres mises en échec.

L'ailier gauche a récolté un troisième point en trois matches aux côtés de Malkin et Kessel au sein du deuxième trio des Penguins. « C'est très bon pour la confiance de jouer avec deux gars de la sorte », a avoué Wilson en matinée, quelques heures avant le sixième match au centre Canadian Tire.

L'attaquant ontarien s'avère un autre de ces trouvailles de l'organisation de la Pennsylvanie. Il a été un choix de septième ronde en 2011.

Seulement deux joueurs ont été sélectionnés après lui cette année-là.

Wilson n'avait pas eu l'occasion de goûter aux éliminatoires l'an dernier lorsque les Penguins ont gagné la coupe Stanley. Il avait subi une fracture à une cheville quelques semaines avant le début des séries.

« Je savoure chaque moment cette année », a-t-il soutenu.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer