Anderson tourne la page

Bryan Rust déjoue Craig Anderson.... (Archives, Agence France-Presse)

Agrandir

Bryan Rust déjoue Craig Anderson.

Archives, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Craig Anderson n'est pas le genre de gardien qui va se flageoler sur la place publique quand il connaît un mauvais match.

Il ne fallait donc pas se surprendre d'entendre le vétéran gardien des Sénateurs dire lundi qu'il a déjà tourné la page sur sa sortie cauchemardesque de dimanche à Pittsburgh. Dans ce match, il a alloué quatre buts sur 14 tirs en première période avant d'être remplacé par Mike Condon. Tout ça, alors qu'il célébrait son 36e anniversaire de naissance.

« Il est pas mal plus facile de laisser ces parties dans le passé qu'une défaite de 1-0. C'était une de ces journées... Tu dois regarder vers l'avant, passer à autre chose et te préparer pour le prochain match, a-t-il raconté après le léger entraînement des siens, lundi. Nous avons tous des mauvais jours, et dimanche a été une mauvaise journée pour nous tous. »

Anderson n'avait rien à redire sur la stratégie de son entraîneur-chef, Guy Boucher, de le retirer de la partie puis de le renvoyer, dans l'espoir de faire tourner le vent dans cette rencontre où rien n'allait plus.

Craig Anderson et Mike Condon... (Archives, Associated Press) - image 2.0

Agrandir

Craig Anderson et Mike Condon

Archives, Associated Press

« S'ils ne marquent pas ce quatrième but, je pense que l'histoire aurait été différente. La chance n'était tout simplement pas en ma faveur dans ce match. La rondelle ne bondissait pas pour moi. Je vais y aller de l'avant et je ne veux plus y penser. Boucher m'avait dit de me tenir prêt, qu'il songeait à me renvoyer. Je ne sais pas trop ce que ça veut dire, je ne sais pas c'est quand, ou si... Ça a tourné comme ça, tu ne peux rien y changer maintenant. Comme joueur, tu fais ce qu'on te dit et tu fais de ton mieux pour aider ton club à gagner », a-t-il souligné.

Anderson a noté qu'il s'est servi de l'entraînement commandé lundi pour « tirer la chaîne » sur ce match à oublier.

Ses coéquipiers assurent qu'ils lui offriront un meilleur appui, mardi.

« Il ne méritait pas ça, a indiqué l'attaquant Zack Smith. Je pense qu'on l'a laissé à lui-même à quelques reprises sur certains jeux. Il s'est battu pour nous toute l'année. Donc nous devons être meilleurs devant lui. Ça commence avec les attaquants. Ça passe ensuite par les défenseurs. Il va avoir beaucoup plus d'aide lors du prochain match, c'est certain. »

Boucher était parfaitement d'accord et il n'a jamais hésité quand il s'est fait demander si Anderson serait d'office mardi.

« Lors des trois premiers matches, notre gardien a été excellent. Les deux derniers matches, je ne pense pas que nous avons assez bien joué devant lui pour espérer gagner. Hier, je l'ai retiré pour ralentir le match, puis je l'ai rembarqué, mais c'était un de ces matches, a noté Boucher. Tout le monde doit être à son meilleur demain : le gardien comme les défenseurs et les attaquants. Anderson n'est pas différent du reste du groupe. Il est une des grandes raisons pourquoi nous avons connu une très bonne saison et de bonnes séries. Il a été capable de finir deux séries serrées, et c'est pourquoi il est notre numéro un. »

À l'autre bout, les Sénateurs devront tenter de solutionner le gardien Matt Murray, qui ne leur a alloué que trois buts en deux parties et deux tiers. « Il est un gardien plus solide techniquement que Fleury, qui est athlétique et fait des arrêts spectaculaires. On doit essayer de le voiler et être dans son espace, mais on n'a pas eu la rondelle assez lors des derniers matches pour faire ça contre lui », estime l'attaquant Mark Stone.

Les Sénateurs en bref

Repos pour Karlsson

Erik Karlsson n'est pas revenu au jeu en troisième période dimanche, tout comme Derick Brassard après une collision avec Chris Kunitz et Cody Ceci également. Les trois ont eu congé d'entraînement lundi, mais Guy Boucher a assuré qu'ils seraient à leurs postes mardi soir.

Karlsson, qui a été montré par les caméras grimaçant au banc après avoir cogné son pied gauche lors d'une collision avec Scott Wilson en deuxième, a assuré après le match qu'il aurait pu revenir au jeu. «C'est comme lors de la série contre les Rangers (cinquième match), même mentalité, même chose. Le pointage n'était pas ce qu'on voulait, on a décidé de raccourcir le banc», a-t-il déclaré, lui qui n'est pas passé par le vestiaire après la pratique de lundi pour rencontrer les médias.

Entre les lignes

L'attaquant Tommy Wingels s'en est tiré à bon compte alors que la LNH a décidé de ne pas réviser un coup de coude qu'il a assené à Scott Wilson en troisième période du match de dimanche. Ce dernier n'a pas patiné lundi lors de la pratique optionnelle des Penguins, mais son entraîneur Mike Sullivan a dit qu'il n'a pas été blessé sur la séquence...

Les Sénateurs ont une fiche de 6-6 dans les sixièmes matches de séries au fil de leur histoire, eux qui ont gagné leurs deux derniers dans les séries précédentes contre Boston et New York...

Les Sénateurs ont pratiqué leur attaque à cinq, qui n'a pas marqué à ses 29 dernières chances, lundi. «Si on avait une réponse à nos problèmes, on l'aurait déjà appliquée. J'imagine qu'on doit juste simplifier les choses, lancer au filet et aller pour les retours», a noté Mark Stone.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer