Marc Méthot à son meilleur

Souvent dans l'ombre parce qu'il joue aux côtés... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Souvent dans l'ombre parce qu'il joue aux côtés du capitaine Erik Karlsson, Marc Méthot s'est attiré les éloges de ses coéquipiers au lendemainde son but contre les Penguins de Pittsburgh. Il a terminé la rencontre avec un rendement de plus-4.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Appelé à toujours jouer dans l'ombre de son partenaire, Erik Karlsson, Marc Méthot a attiré les feux des projecteurs sur lui dans cette finale de l'Est pour autre chose que la possibilité qu'il tente de s'en prendre à Sidney Crosby pour lui avoir arraché le bout de l'auriculaire il y a quelques semaines.

Le défenseur franco-ontarien à caractère défensif a connu un gros match mercredi avec le but gagnant et une passe, un différentiel de plus-4 et quatre mises en échec, alors que lui et Karlsson ont blanchi le 87 des Penguins à cinq contre cinq pour un troisième match de suite.

«Honnêtement hier, il a été une force. Il joue avec Erik et souvent, le monde oublie le travail qu'il fait pour Karlsson. Ils ont une bonne chimie, ils s'entendent bien en dehors de la glace. Je l'ai vu garder des rondelles en zone offensive (mercredi), il est dur à battre à un contre un. Pour que notre équipe se rende en finale, il va falloir qu'il continue à jouer comme ça, un défenseur dominant avec sa présence physique, a noté son ami Derick Brassard, qui a partagé le podium avec lui après le gain de 5-1 des Sénateurs contre les Penguins. C'est le meilleur match que je l'ai vu jouer, il m'a vraiment impressionné.»

C'est un beau compliment venant d'un coéquipier qui a joué avec Méthot depuis qu'ils étaient dans l'organisation des Blue Jackets de Columbus à leurs débuts chez les professionnels, d'abord dans la Ligue américaine puis dans la LNH. «J'ai toujours cru en son potentiel», a ajouté Brassard.

Méthot a fait rire ses coéquipiers avec une drôle de célébration de son deuxième but des présentes séries, après une saison régulière où il n'avait pas secoué les cordages une seule fois.

«On ne me paie pas pour compter des buts, donc ça ne me dérange pas», a-t-il dit à ce sujet après le match, alors qu'il en a profité pour donner des nouvelles de son doigt lacéré par le coup de bâton de Crosby aux médias nationaux. «Plus que tout, ce qui cause de l'obstruction maintenant, c'est le gant que j'ai, avec les deux doigts attachés ensemble. La douleur est pas mal toute partie. Je pense que ça s'est recalcifié, une bonne partie a repoussé, mais je n'ai pas beaucoup de sensation. C'est encore engourdi, mais à part ça, j'ai été entre bonnes mains, les gens de l'équipe ont bien pris soin de moi. Ça s'améliore, a-t-il dit. Pour ce qui est de mon but, je suis allé près du filet et j'ai été chanceux qu'il y ait un retour. J'ai essayé de lancer haut vu que Fleury était sur la glace et la rondelle a rebondi sur cinq gars. Je vais le prendre.»

«C'est incroyable qu'il fasse ça (avec son doigt amoché). Il n'a pas compté de l'année, donc on savait qu'il était dû. Quand il a compté son premier (dans le gain de 6-5 contre New York où Jean-Gabriel Pageau a compté quatre buts), c'est comme si un poids avait été enlevé de ses épaules. Maintenant, il prend plus de chances offensivement parce qu'il a une bonne sensation. C'était une blessure affreuse, tout le monde le sait. C'est bien de le voir être récompensé», a noté l'attaquant Bobby Ryan, qui a joué avec plusieurs blessures aux mains au cours des deux dernières saisons.

«Tout le monde regarde Erik aller, il a fière allure avec ses cheveux qui volent au vent sur la glace à pleine vitesse. Mais il peut faire toutes ces choses-là parce que Meth est là derrière pour l'appuyer. Ils ont une belle chimie ensemble», notait le défenseur Chris Wideman.

Pour Guy Boucher, Méthot n'a pas nécessairement joué son meilleur match de la saison mercredi. «C'est juste celui que plus de monde a vu, mais il a joué des parties comme ça. J'ai trouvé qu'il a eu une année fantastique. Ce qu'il a donné hier est ce qu'il nous a donné toute l'année. Il n'obtient pas autant d'attention parce qu'il joue avec Erik. Sa mobilité et sa taille font qu'il peut réduire l'espace avec les attaquants adverses rapidement. Toute l'année, lui et Erik ont joué contre les adversaires les plus rapides, alors que Dion (Phaneuf) et Cody (Ceci) sont plus physiques, ils jouent contre les gars plus robustes», a dit l'entraîneur-chef, qui utilise donc Méthot et Karlsson contre Crosby, alors que Phaneuf et Ceci affrontent surtout le trio d'Evgeny Malkin.

Smith récompensé

Guy Boucher a indiqué jeudi que s'il avait modifié ses trios la veille pour promouvoir Zack Smith de centre de la quatrième ligne à ailier gauche aux côtés de Jean-Gabriel Pageau, c'était autant pour surveiller Sidney Crosby que pour le relancer en offensive, lui qui a marqué son premier but des séries. « Je l'ai moins utilisé lors des dernières séries, j'avais besoin de lui au centre sur la "quatre", c'était le seul que je voyais là. Il n'avait pas la glace qu'il méritait, parce qu'on était contraint à ça. Mais là, on avait besoin de lui. La troisième période à Pittsburgh, on n'avait pas de drive avec la rondelle en zone offensive, on jouait en périmètre. Pour avoir de la drive, je dois mettre ceux qui en ont avec les autres... Pageau a beaucoup de choses à penser parce qu'il est matché contre Crosby, donc ça prenait quelqu'un avec lui pour driver », a expliqué Boucher.

Ryan et Crosby

Bobby Ryan est lié à tout jamais à Sidney Crosby parce qu'il a été repêché au deuxième rang derrière lui en 2005, mais il n'y a pas de lien d'amitié entre les deux parce que le repêchage de cette année-là, après une saison perdue à un lock-out, avait été différent. « Nous n'étions que 20 joueurs qui étaient venus ici (à Ottawa) la veille de ce repêchage bizarre, et on était reparti le lendemain. Je suis parti dans l'Ouest (à Anaheim) et il était dans l'Est. C'est la première fois vraiment que les gens en parlent. Nous avions été sur la glace une fois, et c'était le "vieux" Chris Phillips qui était là avec nous. J'ai blagué à ce sujet avec lui quand j'ai été échangé ici », a relaté Ryan jeudi.

Entre les lignes

Les Sénateurs ont une fiche à vie de 14-12 lors des quatrièmes matches de séries... Les Penguins ont une fiche de 11-2 lors des matches suivant une défaite au cours des séries des deux dernières années... Evgeny Malkin va disputer son 140e match en carrière en séries vendredi, égalant Jaromir Jagr pour le plus de parties disputées dans l'uniforme des Penguins en séries. Sidney Crosby va aussi rejoindre Jagr s'il est en mesure de jouer le cinquième match de la série, dimanche après-midi à Pittsburgh.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer