Dure soirée pour les Penguins

Evgeni Malkin a été chassé du match en... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Evgeni Malkin a été chassé du match en fin de troisième période pour conduite antisportive.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marc-André Fleury avait blanchi les Sénateurs, deux soirs auparavant. Cette fois-ci, il n'a même pas été capable de compléter le match.

Le gardien des Penguins de Pittsburgh a dû céder sa place à Matt Murray après seulement neuf tirs et 12 minutes et 52 secondes de jeu, mercredi, au centre Canadian Tire. Et surtout après avoir accordé quatre buts, dont les deux derniers en l'espace de 24 secondes.

« Nous avons connu un mauvais début de match. Tu ne veux jamais tirer de l'arrière dans une partie, encore moins 4-0... Nous nous sommes creusé un très gros trou », a avoué le capitaine Sidney Crosby.

Le premier signe que rien ne fonctionnerait possiblement pour Fleury et ses coéquipiers par cette plus chaude journée de mai à Ottawa ? Quand Mike Hoffman, posté derrière la ligne des buts, a fait dévier une rondelle sur le patin droit du joueur québécois.

La partie n'était vieille que de 48 secondes.

« Il faut être prêt à jouer dès que la mise au jeu initial. Quand tu accordes un but si tôt contre un club qui joue à domicile, ça va donner à leur joueur beaucoup d'énergie, a soutenu l'entraîneur-chef Mike Sullivan.

Puis il y a eu ce deuxième but, celui de Marc Méthot. Fleury a poussé la rondelle dans sa propre cage avec son patin gauche.

«Ils (Sénateurs) ont eu quelques bonds favorables, a soutenu le gardien des Penguins.

«Ils ont été chanceux sur quelques buts», a-t-il ajouté.

«Il faut l'oublier ce match-là», a-t-il lancé plus tard durant la mêlée de presse.

La bonne nouvelle ? Murray a bien paru à sa première sortie depuis le 6 avril. Il ressemblait au gardien qui a mené à la conquête de la coupe Stanley l'an dernier, stoppant 19 des 20 rondelles dirigées vers lui.

On devine rapidement la question posée à Sullivan après la défaite.

Est-ce que Murray sera son gardien vendredi lors de la quatrième partie ?

«Je n'ai même pas eu le temps de réfléchir à cela», a répondu Sullivan.

Le problème le plus pressant pour ses Penguins ? Marquer des buts. Les champions en titre n'ont déjoué Craig Anderson que trois fois en trois matches jusqu'ici.

Les attaquants les plus dangereux chez les visiteurs ont été le vieux Matt Cullen et le peu connu Carter Rowney. 

L'autre truc qui doit inquiéter Sullivan et compagnie ? Ses défenseurs.

Déjà privés de Kristopher Letang, les Penguins ont dû se débrouiller mercredi sans Justin Schultz, blessé. Leur solution ? Aligner sept défenseurs. Trevor Daley a quitté l'infirmerie pour dépanner tandis que le vétéran Mark Streit a disputé un premier match éliminatoire.

Les deux n'ont pas bien paru.

D'abord Daley, qui a été battu de vitesse à quelques reprises. Il a notamment dû prendre une pénalité pour ralentir Derick Brassard en deuxième période.

Daley avait manqué les deux premiers matches contre Ottawa et les deux derniers de la série précédente contre Washington, victime d'un bobo au bas du corps. «Sur le coup, quand je me suis fait mal, j'étais frustré. J'avais manqué déjà beaucoup de temps durant la saison régulière», a-t-il rappelé en matinée, lui qui a été limité à 56 parties en raison d'une blessure à un genou subi en février.

Quant à Streit, l'ancien défenseur des Canadiens de Montréal a surtout été inséré afin de diriger le jeu de puissance des Penguins. Ses deux premiers tirs de la pointe en avantage numérique auront manqué le filet. En revanche, il a récolté une passe sur le seul but des siens inscrit par Crosby pendant que Hoffman était au cachot en troisième période.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer