Deux autres trophées pour Thomas Chabot

Après avoir été le joueur le plus utile... (Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Après avoir été le joueur le plus utile du Championnat mondial junior 2017 avec Équipe Canada, Thomas Chabot a soulevé la coupe du Président avec ses Sea Dogs de Saint-Jean mercredi soir à Boisbriand.

Olivier Jean, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

BOISBRIAND - L'organisation des Sénateurs d'Ottawa a le droit de se bomber le torse en ce mois de mai 2017.

Derniers survivants parmi les clubs canadiens dans le carré d'as des séries éliminatoires de la LNH, les Sénateurs peuvent aussi envisager l'avenir avec enthousiasme puisqu'ils ont sans doute le meilleur joueur de hockey junior au monde qui cogne à leur porte.

Après avoir été le joueur le plus utile du Championnat mondial junior 2017 avec Équipe Canada, Thomas Chabot a soulevé la coupe du Président avec ses Sea Dogs de Saint-Jean mercredi soir à Boisbriand. Juste avant, il avait reçu le trophée Guy-Lafleur décerné au meilleur joueur des séries éliminatoires de la LHJMQ.

C'était la première fois en 15 ans qu'un défenseur réalisait l'exploit. Premier choix des Sénateurs en 2015, Chabot a terminé les séries avec une récolte de 23 points en 18 matches. Il venait aussi de disputer un 37e match consécutif avec un différentiel positif (+50 pendant cette séquence).

Le directeur général des Sénateurs, Pierre Dorion, s'en frottait les mains jeudi. «Thomas Chabot a connu une excellente série. Son club a balayé l'Armada de Blainville-Boisbriand. On m'a rapporté qu'il avait été exceptionnel. Ça démontre que nous avons une bonne équipe en ce moment. Avec des gars comme Colin White et lui, nous avons des espoirs de première classe qui vont se joindre à notre organisation.»

En pleine euphorie de la victoire, le Beauceron n'avait pas entièrement la tête à son équipe professionnelle mercredi soir. Avant tout, il tenait à savourer le moment présent.

«Quand nous ne jouons pas les mêmes soirs, c'est certain que j'essaie de suivre les Sénateurs, mais j'essaie surtout de penser à ce qui se passe en ce moment», a-t-il déclaré en recevant l'accolade de son frère sur la glace du Centre d'excellence Sports Rousseau mercredi soir.

Quand la médaille d'or du Championnat mondial junior lui échappé dans la fusillade de la finale en janvier dernier, Chabot s'était fait une promesse. «Quand je n'ai pas gagné la médaille d'or, je me suis dit qu'il n'y avait aucune chance que je perde deux championnats dans la même saison.»

Les Sea Dogs ont été incisifs dans leur balayage de l'Armada pour gagner une troisième coupe en sept ans. «On ne voulait pas leur donner d'espoir. En gagnant la finale en quatre matches, ça va nous donner une chance de nous reposer parce qu'il nous reste une autre coupe à aller chercher. Nous avons la coupe Memorial dans notre mire, mais nous allons y penser un peu plus tard. Ce soir, nous allons profiter de ce qui vient de se produire.»

Selon le confrère Stéphane Leroux de RDS qui s'est amusé à calculer le temps de glace du joueur vedette des Sea Dogs, Chabot a été utilisé pendant 36:31 dans le troisième match de la série et pendant 30:37 dans le quatrième où il a été épargné quand son club a pris une avance de 5-1 en troisième période. Malgré cette charge de travail, Chabot assure qu'il n'avait pas encore atteint la limite de ce qu'il pouvait donner.

«J'avais encore du jus. J'aurais pu pousser si nous avions eu à jouer une prolongation. Depuis le début de l'année, je veux tout faire pour que mon équipe gagne, peu importe le nombre de minutes», a dit le défenseur de 20 ans qui a conduit les siens à une fiche de 16 victoires et deux défaites pendant les séries.

En finale, les Sea Dogs ont limité l'Armada à seulement quatre buts. C'est un nouveau record. C'est aussi pour ça que Chabot a demandé à ses coéquipiers de l'accompagner pour aller chercher le trophée Guy-Lafleur. «Sans mon équipe, je n'aurais jamais eu ce trophée. Nous avons connu des séries extraordinaires.»

Reste à voir s'il sera l'heureux élu pour gagner la coupe Memorial parmi les espoirs des Sénateurs, qui seront représentés par trois joueurs au tournoi disputé à Windsor. Là-dessus, Pierre Dorion avait de la difficulté à se ranger derrière une équipe en particulier. «On lui souhaite bonne chance (à Chabot). On souhaite aussi bonne chance aux Spitfires de Windsor de Logan Brown, qui sont les hôtes du tournoi. Je ne peux pas dire quelle équipe j'encouragerai. Je me rangerai peut-être derrière Filip Ahl, des Pats de Régina.» 

Avec Sylvain St-Laurent




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer