Les Penguins pour une 5e fois

Sidney Crosby, Marc-Andre Fleury et les Penguins de... (Agence France-Presse)

Agrandir

Sidney Crosby, Marc-Andre Fleury et les Penguins de Pittsburgh ont éliminé les Capitals de Washington mercredi soir.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour avoir les meilleures chances possibles en finale de l'Est, contre les Penguins de Pittsburgh à ce qu'il en retourne après leur gain de mercredi soir à Washington, les Sénateurs d'Ottawa savaient qu'ils devaient en finir avec les Rangers de New York dès le sixième match de mardi.

«On savait qu'il fallait faire le travail (mardi), d'abord parce que tu ne veux pas courir le risque de retrouver dans une septième partie avec un club comme eux, avec toute leur expérience. Puis si tu gagnes ce prochain match, tu t'en vas dans la fosse aux lions dans la ronde suivante, sans repos, sans temps pour guérir des petites blessures. Maintenant, nous avons droit à ça et il faut en profiter au maximum», a confié le vétéran attaquant Clarke MacArthur tard mardi soir.

«Dès le début de l'année, c'était l'objectif (le carré d'as). Il n'est pas difficile d'acheter ce que les entraîneurs vendent, mais c'est dur de croire tant que tu n'avances pas dans la saison. Nous avons été en mesure de le faire et maintenant tu commences vraiment à y croire. On ne sait jamais ce qui peut arriver. Nous sommes une équipe jeune et excitée qui est prête à s'attaquer à quiconque va s'en venir vers nous. On sait que ce ne sera pas facile, mais quelle belle chance qui s'offre à nous», a aussi mentionné MacArthur.

La finale de l'Est, la troisième de l'histoire des Sénateurs après leur victoire de 2007 contre Buffalo et leur revers de 2003 contre le New Jersey, va débuter samedi à 19 h au Consol Energy Center de Pittsburgh, où la deuxième rencontre aura aussi lieu lundi. Les Sénateurs seront ensuite les hôtes des troisième et quatrième matches, mercredi et samedi prochains, des parties dont les billets ont été mis en vente dès mercredi.

C'est la cinquième fois que les deux équipes vont s'affronter pendant la danse du printemps. Les Sénateurs l'ont emporté en cinq parties en 2007 au début de leurs parcours vers la finale de la coupe Stanley, alors que Sidney Crosby et compagnie ont signé des gains au premier tour en 2008 (balayage), au deuxième en 2010 (4-2) et au premier en 2013 (4-1). C'est le club qu'Ottawa a affronté le plus souvent, après Toronto et Buffalo (quatre fois chacun).

Les champions en titre de la coupe Stanley, avec leur entraîneur adjoint Jacques Martin qui a déjà dirigé les Sénateurs, ont terminé au deuxième rang du classement général avec 111 points, 13 de plus que les Sénateurs.

L'entraîneur-chef Guy Boucher, qui a donné congé à ses joueurs mercredi et fera de même jeudi sauf pour quelques réunions d'équipe, a bien ri après le gain de 4-2 à New York mardi quand il s'est fait demander s'il entendait jouer à nouveau la carte des négligés, peu importe l'adversaire - Pittsburgh ou Washington - au prochain tour.

«Je pense que je n'ai pas besoin de répondre à cette question. Tant que nous sommes dans le ring et qu'on peut se battre, au moins on est là», a-t-il lancé dans un éclat de rire.

Celui-ci apprécie les quelques jours pour recharger les batteries de ses joueurs avant le début de la finale d'association.

«Je l'ai vécu auparavant (à Tampa Bay en 2011), il y a beaucoup d'émotions en première ronde, les équipes sont généralement en santé et ont beaucoup d'énergie. Puis au milieu de la deuxième ronde, vous voyez de plus en plus de gars qui sont blessés, qui sont fatigués. Il y a une usure physique et émotionnelle. Mais ce n'est rien comparé à la troisième ronde, de ce que je me souviens. Quelques jours de repos font une grosse différence. Je l'ai dit, le repos est une arme. Nous sommes relativement en santé, mais nous sommes amochés. La troisième ronde est la ronde où tu es amoché, et chaque jour est important, et c'est la même chose pour l'adversaire», a dit Guy Boucher après avoir perdu les services de l'attaquant Viktor Stalberg après la première période mardi.

Son club a généralement bien fait en trois parties contre les Penguins cette saison: après un revers de 8-5 à Pittsburgh le 5 décembre (dernier match du gardien Craig Anderson avant son absence pour être au chevet de son épouse), ils ont remporté des gains de 4-1 à Ottawa le 12 janvier et de 2-1 en tirs de barrage le 23 mars, également au CCT.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer