Boucher garde sa combinaison gagnante

À son grand bonheur, Alexandre Burrows se retrouvait... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

À son grand bonheur, Alexandre Burrows se retrouvait sur le même trio que Jean-Gabriel Pageau à l'entraînement de lundi.

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

NEW YORK - C'est maintenant chose bien connue à la fin de sa première saison à la barre des Sénateurs, Guy Boucher adore jongler avec ses trios.

Il le fait de match en match et même à l'intérieur de ceux-ci, autant pour récompenser ses joueurs qui méritent plus de temps de glace parce qu'ils sont à leur meilleur que pour s'ajuster aux stratégies de ses adversaires.

Alexandre Burrows ne savait donc pas trop lundi combien de temps il se retrouverait aux côtés de Jean-Gabriel Pageau et de Mike Hoffman, mais il entendait savourer le moment, alors que c'est son jeu en sortie de zone qui avait envoyé le Gatinois sur une descente à deux contre un où il a compté son fameux quatrième but du match dans le gain de 6-5 de samedi au Centre Canadian Tire.

L'attaquant québécois acquis des Canucks de Vancouver à la date limite des transactions semble fait pour s'entendre avec Pageau puisqu'il a confié au Droit qu'il affectionne lui aussi le poulet parmesan comme repas d'avant-match.

« C'est ça que je mange moi aussi, a-t-il révélé. Non, mais quel match de ''Page'', c'était extraordinaire, légendaire comme performance. Depuis que je suis arrivé ici, je me suis rendu compte que tout le monde aime ''Page'', c'est le gars préféré dans la chambre, tout le monde l'adore, aime son éthique de travail. Il ne triche jamais offensivement et c'est un des préférés pour faire des blagues aux dîners d'équipe, il est tout le temps drôle. C'est le fun de le voir avoir du crédit comme ça pour sa performance lors du deuxième match. »

Burrows a dit qu'il était content de voir son nom aux côtés de celui de Pageau sur le tableau dans le vestiaire lundi. « Mais ça peut changer vite, on le sait, Guy aime ça changer ses trios au courant d'un match », a-t-il noté.

Boucher a justement parlé lundi de ce qu'il tente d'accomplir quand il change ses lignes au milieu d'une partie. « Ça a toujours à voir avec qui est à son meilleur ou non. Aussi, parfois c'est pour changer le momentum, ou je dois mettre un grinder avec des joueurs habiles parce qu'ils jouent trop dans le périmètre. C'est toujours différent, ça dépend de l'évolution d'un match. Ils sont toujours différents, je cherche donc juste à m'adapter », a-t-il expliqué.

Burrows a joué avec Pageau et Tommy Wingels lors du but gagnant de samedi « parce que c'était ma ligne du moment, a aussi indiqué Boucher. Alexandre est un gars qui fait tous les petits détails importants durant les moments de pression. Les buts et les passes qu'il a obtenus, les fois où il a voilé le gardien pour des gros buts, mais aussi ses sorties de zone... Avec lui, la rondelle, elle sort. En le mettant avec Pageau, c'est certain que c'est une bonne combinaison, ce sont deux gars fiables. »

L'effet Alain Vigneault

C'est sous les ordres d'Alain Vigneault, maintenant l'entraîneur des Rangers, que Burrows a appris à jouer de cette façon, au cours de la décennie qu'ils ont passée ensemble à Vancouver. Il le crédite d'ailleurs pour sa longétivité dans la LNH.

« Il a eu un impact incroyable sur moi. À la fin de ma deuxième saison, ma première complète (avec les Canucks), je n'avais pas eu une grosse année. Alain m'avait fait venir dans son bureau et m'avait parlé 15-20 minutes, il m'avait dit que je devais vraiment prendre les bouchées doubles pendant l'été parce que je n'étais pas assez bon, j'étais pour retourner dans la Ligue américaine. Il n'était pas obligé de faire ça, il aurait pu dire, ''On se revoit en septembre''. Il a pris le temps de me faire comprendre que ce n'était pas assez, que je devais en donner plus. J'avais compris le message puis, quelques années plus tard, il m'a donné la chance de jouer avec les jumeaux Sedin, ce qui m'a fait éclore offensivement. Je dois une bonne partie de ma carrière à Alain Vigneault », a-t-il raconté.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer