Bon duel en perspective devant le filet

Craig Anderson durant l'entraînement des siens, mercredi... (La Presse canadienne)

Agrandir

Craig Anderson durant l'entraînement des siens, mercredi

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir eu le meilleur sur Tuukka Rask, Craig Anderson sait que ce ne sera pas plus facile maintenant que Henrik Lundqvist prendra place devant le filet à l'autre bout de la patinoire lors de la série contre les Rangers.

Le gardien des Sénateurs avait été un témoin privilégié quand le « King » avait éliminé Ottawa en première ronde en 2012, effectuant 26 arrêts dans un gain de 2-1 lors du septième match au Madison Square Garden, dont six lors des sept dernières minutes de jeu.

« Tous les gardiens qui restent en séries sont de bons gardiens, comme tous les gardiens dans la ligue en fait, a noté le cerbère américain des Sénateurs mercredi, à la veille du premier match contre New York. Ça va être un bon défi. Nos joueurs vont devoir être à leur meilleur, et c'est la même chose pour moi. Quand tu sais que tu affrontes un gardien qui joue bien, tout comme son équipe, tu dois être encore plus motivé à te préparer afin d'être prêt, que tous les cylindres du moteur soient bien huilés. »

Les Rangers, et en particulier l'attaquant Chris Kreider, sont reconnus pour faire la vie dure aux gardiens, ne se gênant pas trop pour les bousculer quand l'occasion se présente. Anderson peut en témoigner, ayant déjà raté plusieurs matches en février et mars 2013 quand Kreider lui est rentré dedans à la fin d'un match le 21 février au Centre Canadian Tire. Il n'était revenu qu'en avril de cette saison écourtée par un lock-out, Ben Bishop et Robin Lehner combinant leurs efforts pour aider les Sénateurs à se qualifier pour les séries.

Il ne s'attend cependant pas à ce que les New-Yorkais utilisent une telle stratégie plus qu'un autre club.

« Toutes les équipes envoient des rondelles vers le filet et foncent ensuite sur celui-ci. C'est comme ça, ce ne sont pas toujours des beaux buts qui te permettent de gagner des matches. On l'a prouvé dans la dernière ronde. Il faut être prêt à tous les genres de jeu, que ce soit de belles pièces ou des retours devant le filet. Tu ne sais jamais trop à quoi t'attendre, donc tu dois t'attendre à tout », estime le cerbère qui a présenté d'excellentes statistiques au premier tour (moyenne de 1,94, taux d'efficacité de ,921).

Avec plusieurs médias nationaux en ville pour couvrir la série, le finaliste au trophée Bill-Masterton pour l'esprit sportif et la persévérance a dû revenir sur l'épreuve traversée par sa famille cette saison, alors que son épouse Nicholle est traitée depuis le mois d'octobre pour une forme rare de cancer de la gorge. Il s'est fait demander comment il a pu revenir en force après une absence de deux mois au milieu de la campagne pour être au chevet de celle qui était dans les gradins dimanche à Boston pour le match décisif contre les Bruins.

« Tout est une question d'état d'esprit. On peut être pessimiste ou optimiste, et il vaut toujours mieux d'être optimiste. Le même résultat va possiblement arriver, mais en étant optimiste, tu as la sensation de pouvoir changer les choses pour le mieux. Je n'ai pas toujours regardé le verre à moitié plein. Mais quand les choses ne vont pas bien pour toi, tu peux aider à renverser la tendance. Quand tu te retrouves dans une situation qui change ta vie, ça change ta perspective de la vie, du hockey, de la famille, des amis. Tu deviens un gars qui regarde le verre à moitié plein quand tu traverses quelque chose comme ça », a-t-il philosophé.

Le défenseur Dion Phaneuf pense que cette série donnera lieu à tout un duel de gardiens : « Nous avons un très bon gardien et eux aussi. On sait qui on affronte (Lundqvist), il faut le traiter comme tous les autres bons gardiens de la ligue, ça prend de la circulation devant lui parce que les gardiens qui voient la rondelle vont l'arrêter... Andy a été incroyable pour nous, et ils disent probablement la même chose de leur côté », a souligné Phaneuf, qui aura comme tâche de protéger Anderson contre les charges de Kreider et de Rick Nash.

Les Sénateurs en bref

Wideman au purgatoire

À l'entraînement de mercredi, la troisième paire de défenseurs était composée de Fredrik Claesson et Ben Harpur comme lors du dernier match à Boston, ce qui laisse croire que le séjour dans les gradins de Chris Wideman pourrait se poursuivre. « C'est difficile quand tu ne joues pas, mais nous avons la chance d'avoir de la profondeur. On a gagné et on avance, maintenant c'est à moi de travailler fort dans les pratiques et de demeurer positif », a dit Wideman. Il a révélé avoir envoyé un message à David Krejci, des Bruins, blessé quand il l'a mis en échec lors du cinquième match. « Je ne veux pas commenter ce qui a été dit (les propos de Bruce Cassidy, qui auraient motivé les Bruins), je ne voulais pas lui manquer de respect, c'est certain », a-t-il ajouté.

Pyatt prend du mieux

L'attaquant Tom Pyatt, partenaire de trio assez régulier de Jean-Gabriel Pageau, s'est entraîné avec ses coéquipiers alors qu'il se remet de blessures au haut (on suspecte une commotion cérébrale) et au bas du corps. « J'ai été chanceux de jouer les 82 parties en saison régulière et là, j'ai eu une malchance en me faisant blesser en séries. Parfois, ça peut faire du bien de regarder et de reprendre son souffle, en attendant de recommencer à jouer. Le haut du corps était plus inquiétant, mais là le bas m'a ralenti un peu. J'espère que ça va aller encore mieux demain et il y a de bonnes chances que je puisse jouer », a-t-il confié. Mark Borowiecki a patiné avant la pratique, lui, mais il a été vu rentrant au vestiaire en boîtant.

Entre les lignes

En plus de Mika Zibanejad, il ne faut pas oublier que les Rangers alignent un autre ancien Sénateur, Matt Puempel, acquis au ballottage en novembre dernier. Il n'a cependant pas joué dans la série contre Montréal, après avoir récolté six buts et neuf points en 40 parties cette saison... Les Rangers ne tiennent pas d'entraînement matinal, sauf pour leurs joueurs qui seront retranchés... C'est la première fois depuis 1937 que les Rangers affrontent deux équipes canadiennes au cours des séries éliminatoires. Ils ont remporté leurs six dernières séries contre des clubs canadiens, remontant à la finale de 1994 contre les Canucks de Vancouver.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer