Dorion épaté par ses joueurs

Clarke MacArthur est une source d'inspiration pour toute... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Clarke MacArthur est une source d'inspiration pour toute l'organisation des Sénateurs, avoue le DG Pierre Dorion.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pierre Dorion avait le sourire facile lundi à son retour dans la capitale nationale.

Au lendemain de la victoire en prolongation de 3-2 de ses Sénateurs d'Ottawa pour éliminer les Bruins de Boston en six parties, le directeur général de l'équipe a tenu un point de presse où il a pu lancer des fleurs à gauche et à droite, notamment en direction des vedettes individuelles de cette série, les Clarke MacArthur, l'auteur du but gagnant, Erik Karlsson, Bobby Ryan et Derick Brassard, mais également envers les autres joueurs ainsi que le personnel d'entraîneurs mené par Guy Boucher.

MacArthur, qui est revenu au jeu de façon bien improbable à la fin de la saison régulière après avoir vu sa carrière être menacée par sa quatrième commotion cérébrale en 18 mois, a resserré les liens au sein de cette équipe qui a aussi dû composer avec la maladie affligeant l'épouse du gardien Craig Anderson.

« Il y a bien des bonnes histoires dans ce vestiaire, mais il y en a une qui est meilleure que toutes les autres. On a vu ce qu'il a traversé cette année, beaucoup de gens pensaient que c'était fini, peut-être même lui à un certain moment. Mais il n'a pas abandonné et il a dit "Je reviens, coach, je vais être disponible pour les séries" », s'était souvenu Boucher dimanche.

« Clarke est une grande inspiration pour nous. Personne n'a été plus déçu que moi quand j'ai eu l'appel que Clarke ne reviendrait pas en janvier. On pensait tous qu'il reviendrait à ce moment-là. On se parlait et on était déçu l'un pour l'autre, moi pour l'organisation, lui pour sa carrière. Qu'il compte deux gros buts en séries... Je ne sais pas combien de fois dans ma carrière je vais vivre un moment comme ça. Que quelqu'un qui a travaillé aussi fort que ça pour revenir ait un moment où tout tombe en place pour qu'il mette la rondelle dans le filet, tu es tellement content pour lui... Le côté humain qu'il apporte à la chambre aide beaucoup », a souligné Dorion lundi, rappelant qu'il a eu de longues discussions avec son joueur à savoir s'il était prudent pour lui de tenter un retour au jeu.

Karlsson a été spectaculaire au cours de la série contre les Bruins, amassant six passes tout en passant plus de 30 minutes par match sur la glace. Ce l'est d'autant plus qu'il a révélé avoir joué avec un pied gelé afin de masquer la douleur de deux « microfractures » au pied gauche, ce qui l'avait forcé à rater trois des cinq dernières parties de la saison régulière. « Il est une machine », a dit Boucher à son sujet dimanche.

« On dit que le Bon Dieu a pris congé au septième jour, et moi je pense qu'au huitième, il a créé Erik Karlsson. Nous sommes chanceux de l'avoir, a lancé Dorion. Erik a parlé de la douleur qu'il ressentait, c'est un signe de son caractère, mais aussi du fait qu'il est presque rétabli. Ce n'était pas un gros secret, il avait de la protection supplémentaire sur son patin, les gens pouvaient deviner qu'il y avait quelque chose. C'était moins pire (en séries) que lors des matches contre Detroit en fin de saison, alors qu'il a joué avec beaucoup de douleur pour nous aider à assurer notre place en séries. »

Boucher a mentionné dimanche que Ryan est revenu dans le match après avoir raté quelques présences en troisième période pour subir une radiographie. Dorion a refusé de dire quelle partie du corps était visée, se limitant à dire que l'auteur de quatre buts et trois passes devrait jouer jeudi quand la série contre les Rangers se mettra en branle au Centre Canadian Tire. « Bobby a été malmené par Zdeno Chara dans cette série, mais il ne s'est jamais plaint, il a continué à aller au filet pour compter des gros buts. Il mérite beaucoup de crédit, même si plusieurs gars ne sont pas à 100 % dans ce vestiaire », a noté Dorion.

Une première pour Phaneuf

Dion Phaneuf participera au deuxième tour des séries... (Archives, AFP) - image 3.0

Agrandir

Dion Phaneuf participera au deuxième tour des séries pour la première fois de sa carrière.

Archives, AFP

Les Sénateurs ont obtenu un congé complet lundi et ils ne patineront pas non plus mardi, même s'ils vont commencer à tenir des réunions pour parler de leurs prochains adversaires, les Rangers de New York.

Avant de porter leur attention envers la troupe d'Alain Vigneault, le DG Pierre Dorion tenait à rendre hommage aux Bruins de Boston, qui ont donné énormément de fil à retordre à son club lors d'une première ronde où les six parties se sont soldées par la marge d'un seul but, quatre filets gagnants survenant en prolongation.

« J'espère que je ne briserai pas le lien de confiance avec Dion Phaneuf en répétant ça, mais il m'a dit dans l'avion de retour (dimanche) que cette série a été la plus difficile qu'il a jamais traversée au cours de sa carrière », a relaté Dorion.

Le vétéran défenseur acquis des Maple Leafs de Toronto la saison dernière dans une mégatransaction impliquant neuf joueurs et un choix de repêchage sortait gagnant du premier tour pour la première fois en six tentatives, après quatre éliminations hâtives avec Calgary et une autre particulièrement mémorable avec les Leafs, au septième match d'une série contre les Bruins en 2013 quand ils ont échappé une avance de 4-1 dans les 10 dernières minutes de jeu.

« Ça efface un peu ça, a dit Phaneuf quand il s'est fait relater que Clarke MacArthur estimait que c'était un peu une revanche personnelle pour lui. Mais je suis sur une équipe différente maintenant. Mes clubs ont perdu des gros matches dans différents édifices. Mais cette victoire-là représente une bonne sensation, je peux vous dire ça. »

L'auteur du but gagnant en prolongation lors du deuxième match ne s'est pas gêné pour dire devant les médias une variation de ce qu'il a dit plus tard à Dorion.

« Ça a été toute une série et c'était une belle façon de finir ça (sur le but de MacArthur). Les deux équipes ont bataillé de façon absolue et ont repoussé leurs limites. Ils ont poussé, nous avons poussé, et j'ai tellement de respect pour leurs joueurs. Ils nous ont poussés au maximum même quand ils ont perdu des joueurs. Il a fallu que les gars dans cette chambre soient très résilients et montrent du caractère pour trouver un moyen de gagner », a dit l'arrière de 32 ans.

Les quelques jours de repos entre les deux séries seront donc les bienvenus chez les Sénateurs. « On va récupérer, se reposer, utilisez le mot que vous voulez. On va savourer cette victoire (dimanche soir), puis on va se préparer pour New York. Mais ça reste toute une sensation, quelle série incroyable. Il y a eu de tout, vraiment. Comme joueur, ça a été une dure série. Ils ont beaucoup de joueurs de talent, et les joueurs qu'ils ont insérés dans l'alignement finissaient toutes leurs mises en échec. Ils ont fait que ça a été une longue série pour chaque gars dans notre chambre, mais on a trouvé un moyen », a souligné Phaneuf.

Dorion, qui a surveillé la série opposant les Rangers aux Canadiens de près, estime que les prochains adversaires de son club vont leur en donner tout autant pour leur argent.

« Nous sommes un des derniers huit clubs dans la ligue, je l'aurais pris si vous m'aviez dit ça le 8 avril dernier... Nous avons tous regardé la série (Montréal-New York) et les Rangers ont un bon club, ils sont rapides, ils patinent, ils compétitionnent. Ça a été dur contre Boston, ça va l'être encore plus contre les Rangers. Ils ont un gardien de niveau élite (Henrik Lundqvist), plusieurs joueurs de niveau mondial et un excellent entraîneur. Mais c'est une série de sept parties, on ne prendra rien pour acquis et on va espérer pouvoir faire encore un peu plus de bruit », a souligné Dorion.

Ce dernier estimait que l'expérience acquise en première ronde, autant par les vétérans de l'équipe que les plus jeunes joueurs, devrait contribuer à les souder encore plus alors que la danse du printemps va se poursuivre jusqu'en mai pour eux, une première depuis 2013 pour eux.

Retours des blessés ?

Pierre Dorion a fait une mise à jour de l'état des blessés de son club lundi, en tout cas de ceux dont les maux ont nécessité un séjour sur la liste des blessés, soit Tom Pyatt (haut du corps) et Mark Borowiecki (bas du corps).

« Nous espérons avoir un alignement complet pour jeudi, on pourrait être en pleine santé... Mais en séries, personne n'est à 100 % vraiment, a-t-il indiqué. Pyatt a patiné dimanche et il devrait être disponible pour le premier match (contre les Rangers), et Borowiecki doit patiner (mardi) et il pourrait l'être lui aussi. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer