L'animosité grimpe d'un cran

Marc Methot s'en est pris à Brad Marchand... (Archives, Agence France Presse)

Agrandir

Marc Methot s'en est pris à Brad Marchand des Bruins lors d'une des nombreuses échauffourées de lundi soir.

Archives, Agence France Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

BOSTON - Les joueurs des Bruins n'ont pas aimé voir le match de lundi soir prendre fin quand leur joueur, Riley Nash, a écopé d'une punition pour avoir répliqué à un coup de coude à sa tête de Bobby Ryan, qui a tourné le fer dans la plaie en allant ensuite marquer le but gagnant en prolongation.

Les partisans bostonnais n'ont pas apprécié non plus, lançant des déchets en direction du banc des visiteurs quand ils sont passés dans le couloir menant à leur vestiaire. Un amateur particulièrement fringant a tenté d'arracher le bâton des mains du défenseur Chris Wideman, si on se fie aux images captées par une caméra de télévision, le capitaine Erik Karlsson l'aidant à le récupérer en lui assenant un coup de bâton sur les mains.

« Les clubs s'aiment de moins en moins, c'est normal

en séries. »

Alexandre Burrows

« Je n'ai pas trop vu ce qui s'est passé. Comme Bobby a dit après le match, j'étais tellement content qu'on ait marqué, j'étais un des premiers à sauter sur la glace. Avec la pluie de bouteilles et même de rondelles qui ont été lancées, c'était assez dangereux, donc on est sorti rapidement et moi, je n'ai rien vu de ça », a indiqué l'attaquant Alexandre Burrows.

« J'ai essayé de quitter le plus rapidement possible, ce sont des partisans passionnés et ils ont bien montré à quel point à la fin », a noté le centre Kyle Turris, qui a aidé à préparer le but de Ryan en prolongation.

« Moi, j'ai quitté le banc peu après qu'on ait compté et je n'ai eu connaissance de rien. On n'en a pas parlé, il n'y a rien à dire là-dessus », a déclaré l'entraîneur-chef Guy Boucher.

« Ça montre juste à quel point ils sont passionnés. Les partisans à ce temps-ci de l'année peuvent devenir un peu fous, on a juste essayé de débarquer de la glace le plus vite possible. J'ai évité tout ça en passant rapidement », a noté le défenseur Cody Ceci.

Ces amateurs menaçaient de faire sauter le toit du TD Garden quand les Bruins ont comblé leur recul de trois buts en deuxième période.

Les Sénateurs doivent s'attendre à un bien meilleur début de rencontre des joueurs en noir et jaune mercredi soir lors du quatrième match, surtout quand un de leurs leaders, Patrice Bergeron, a déclaré que « notre début de match a été terrible, ça ne peut pas arriver à ce temps-ci de l'année ».

« On sait qu'il va falloir essayer de traverser la tempête et trouver un moyen de prendre le momentum, sortir la foule du match », a dit Ceci.

« Ça va être une bataille, probablement le match le plus intense de la série. Ça a été physique lors du dernier match (44 mises en échec des Bruins, 38 des Sénateurs) et ça va certes continuer. Ce sont des matches amusants à disputer, nous allons être prêts », a assuré Turris.

« Les clubs s'aiment de moins en moins, c'est normal en séries, a dit Alexandre Burrows pour sa part. On s'attendait à ça, surtout devant leurs partisans qui sont assez bruyants. Pour nous, ça ne change rien, on se concentre match par match. Le prochain va être le plus gros, c'est certain. »

« L'urgence augmente des deux côtés de match en match, ça donne du bon hockey alors que les matches sont de plus en plus difficiles à gagner. C'est serré. Je m'attendais à une série de sept matches, le septième nécessitant deux ou trois prolongations, je pense encore la même chose. On ne regardera pas plus loin que la première période du match de mercredi », a mentionné Boucher.

Ryan, en passant, a dit après le match que l'arbitre Eric Furlatt, qui a appelé la punition à Nash, lui a donné « un break, qu'on va prendre », en ne lui imposant pas une punition à lui aussi sur cette séquence qui a fait rager les Bruins.

« C'était un geste égoïste de ma part, je ne pouvais pas faire ça, peu importe ce qui était arrivé auparavant... Il est venu me frapper alors que j'étais déjà à genou, avec un coude ou un poing. J'ai juste tenté de le repousser. Il a embelli ça un peu. Quand même, ça ne peut pas arriver », a dit Nash après le match dans le vestiaire des Bruins.

La passe de Karlsson

Une douzaine d'heures plus tard, la passe soulevée d'Erik Karlsson pour envoyer Mike Hoffman marquer le premier but du match en échappée lundi soir faisait toujours jaser dans le camp des Sénateurs. 

Guy Boucher a dit qu'il ne s'y attendait pas, « mais pour avoir dirigé les Sidney Crosby, Steven Stamkos et John Tavares, ces gars spéciaux, c'est ce qu'ils font, ils font quelque chose avec rien. C'est pourquoi ils sont qui ils sont. C'est incroyable, mais ils font ça régulièrement. Ça, c'était du génie. À l'autre bout, il faut regarder Hoffman, qui a capté la passe. Ce n'est pas le premier beau jeu qu'ils font cette année », a-t-il dit.

« C'est incroyable de le voir faire ça, match après match », a pour sa part noté Cody Ceci.

La gaffe de Ryan

Bobby Ryan est parti pour connaître de bonnes séries avec ses deux buts et deux passes en trois parties, incluant son but gagnant de lundi. Guy Boucher a particulièrement aimé le voir rebondir après avoir eu l'air un peu fou sur le deuxième but des Bruins, quand il a fendu l'air sur une rondelle bondissante, puis qu'il a perdu un gant et son bâton en tentant d'empêcher David Backes de compter. « Il continue à faire les bonnes choses qu'il faisait en fin de saison et il est récompensé. J'aimerais juste qu'il ne se fasse plus déshabiller comme sur ce but. On fera la vente de garage après la saison, a blagué Boucher. Il est dans un bon état d'esprit et c'est pourquoi notre club a du succès, tout le monde contribue d'une façon ou d'une autre. »

Entre les lignes

Autre élément qui permet à Derick Brassard d'exceller dans cette série contre les Bruins : le Gatinois est dominant dans le cercle des mises au jeu, en ayant remporté 18 sur 24 (75 %) lundi, même s'il a été confronté souvent à Patrice Bergeron (13 en 29, 45 %) au cours de la soirée. « C'est toujours mieux quand tu commences avec le contrôle de la rondelle », a dit Brasard à ce sujet, créditant ses ailiers pour la récupération de plusieurs rondelles. Kyle Turris a aussi bien fait (10 en 15)... Les Sénateurs ont une fiche de 7-2 dans les matches numéro quatre d'une série qu'ils mènent par 2-1... Craig Anderson a un taux d'efficacité de ,892 en séries jusqu'à maintenant, mais Guy Boucher a dit qu'il n'a aucune inquiétude à son sujet. « Il a deux victoires contre un, c'est bon pour moi », a-t-il noté.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer