Un but chargé d'émotions pour MacArthur

Clarke MacArthur a célébré avec beaucoup d'émotion son... (Sean Kilpatrick, La Presse canadienne)

Agrandir

Clarke MacArthur a célébré avec beaucoup d'émotion son but dans le match de samedi.

Sean Kilpatrick, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

BOSTON - Deux jours plus tard, Clarke MacArthur flottait toujours sur un nuage après avoir compté son premier but en près de deux ans.

Après quatre commotions cérébrales en l'espace de 18 mois qui ont mis sa carrière en danger, l'attaquant des Sénateurs d'Ottawa était particulièrement heureux d'avoir secoué les cordages dans une victoire, celle de 4-3 en prolongation remportée samedi après que son club ait comblé un recul de deux buts au troisième tiers.

Il appréciait tous les appuis reçus depuis, ainsi que le geste de son coéquipier Bobby Ryan, qui a ramassé la rondelle quand il a créé l'égalité 1-1 en deuxième période, soulevant la foule du Centre Canadian Tire avec une célébration chargée d'émotions. 

« Je vais la garder, cette rondelle. C'est un beau souvenir pour moi, un but dans le cadre d'une grosse victoire en séries et ça me montre que je suis vraiment de retour maintenant. C'était une bonne idée qu'il (Ryan) récupère ce disque pour moi », a confié MacArthur au Droit après l'exercice matinal des siens au TD Garden.

Pour Ryan, qui lui a fait une belle passe dans l'enclave pour lui permettre de compter en avantage numérique, c'était la moindre des choses. « J'avais un feeling qu'il aimerait l'avoir, peut-être pas dans le moment présent, mais éventuellement. Ce premier but en revenant après tout ce qu'il a vécu, il va s'en rappeler longtemps. C'est symbolique et il m'a remercié tout de suite après sur le banc, je me doutais que ça voudrait dire beaucoup pour lui alors qu'en séries, on préfère habituellement retourner au centre le plus vite possible pour la mise au jeu suivante, c'est assez rare qu'on ramasse une rondelle », a-t-il raconté.

MacArthur a dit après coup que dans les instants qui ont suivi, il a senti que « toute la ville voulait que je compte, après avoir entendu parler de mes tentatives de retour depuis deux ans. C'est probablement le meilleur moment que j'ai eu au hockey ».

Il a partagé ce moment avec ses parents, Dean et Deborah, venus de la Saskatchewan pour un premier match « depuis belle lurette », ainsi qu'avec son épouse Jessica et ses deux jeunes enfants, sa fille de quatre ans Emery et son fis de deux ans Gus. « Ils ne comprennent pas trop ce qui se passe, a-t-il dit de ses rejetons. Ma fille a cependant trouvé que c'était pas mal bruyant. »

Dans la foulée de ce filet, son premier depuis le troisième match de la série contre le Canadien de Montréal en avril 2015 alors qu'il était revenu assez rapidement de sa première commotion subie deux mois plus tôt, MacArthur a reçu de nombreux messages d'appuis.

« C'est incroyable la réaction au cours des deux derniers jours. C'est la nature humaine, les gens vont encourager un gars qui en a arraché, ou qui a été victime de certaines circonstances. J'ai reçu des tonnes d'appuis en ce sens, c'est remarquable le nombre de gens qui ont eu des commotions cérébrales et qui disent que je leur donne espoir. Ils ne savent pas ce que ça signifie pour moi », affirme celui qui a été blanchi lors des quatre derniers matches du calendrier régulier avant de se retrouver en séries éliminatoires.

Soulagé de savoir qu'il est « encore capable de compter », MacArthur en veut évidemment plus alors que la série se déplaçait à Beantown. « C'était tout un high (samedi) avec notre remontée, mais tu ne veux pas te laisser trop emporter. C'est 1-1 dans la série et on doit continuer. Les Bruins ont perdu des joueurs, mais ils jouent bien quand même. Ils ont un bon système et on en a plein les bras », a ajouté MacArthur.

Brassard tourne la page

Le Gatinois Derick Brassard n'a pas trop fait de cas des propos peu flatteurs de son capitaine Erik Karlsson à son endroit après le deuxième but des Bruins samedi, compté sur une gaffe du gardien Craig Anderson. Les caméras de télévision ont capté celui-ci lui criant d'un bout à l'autre du banc de « travailler plus fort ». Justice poétique peut-être, Brassard a plus tard compté le but égalisateur en troisième période, sautant dans les bras de Karlsson après sa savante passe transversale. « J'ai tourné la page et on va de l'avant. On n'en a pas reparlé », a confié Brassard au Droit lundi matin.

Harpur pour Borowiecki

Blessé à une jambe lorsqu'il est entré dans la bande patins en premier au premier tiers du match de samedi, le défenseur Mark Borowiecki a dû déclarer forfait pour le match de lundi soir et Guy Boucher a décidé d'y aller avec Ben Harpur plutôt que Fredrik Claesson pour le remplacer. « Ben s'est vraiment développé, il a été nommé le joueur le plus utile de son club dans la Ligue américaine hier... Claesson a bien joué lors de son dernier match (premier de la série, en l'absence de Marc Méthot), mais on veut avoir le plus de gars possible qui sont frais et prêts à jouer », a dit Boucher pour expliquer sa décision. « Depuis que j'ai été rappelé de Binghamton, je suis là pour ajouter de la profondeur. Les entraîneurs ont déjà dû utiliser neuf ou 10 défenseurs en séries, donc ils m'ont dit d'être prêt pour ma chance », a dit Harpur.

Krejci de retour

Les Bruins avaient toujours quatre défenseurs réguliers au rancart pour le match de lundi soir (Torey Krug, Brandon Carlo, Adam McQuaid et Colin Miller), mais ils ont au moins eu du renfort en attaque alors que l'ancien Olympique David Krejci et l'attaquant Noel Acciari ont pu réintégrer l'alignement. Krejci a raté les deux premières parties en raison d'une blessure au haut du corps. « C'était frustrant de ne pas être capable de jouer après avoir disputé les 82 parties de la saison régulière. J'ai fait l'échauffement du premier match, mais c'était impossible de jouer. Ça allait mieux (dimanche) et ça s'est encore amélioré aujourd'hui, donc on verra après l'échauffement », avait dit lundi matin le centre du deuxième trio des Bostonnais.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer