Méthot proche d'un retour

Méthot semblait plus optimiste qu'il y a quelques... (Étienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

Méthot semblait plus optimiste qu'il y a quelques jours.

Étienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Sénateurs d'Ottawa pourraient récupérer leur première paire de défenseurs pour le deuxième match de leur série contre les Bruins. La grande question est de savoir à quel point Erik Karlsson et Marc Méthot sont près d'être à 100 %.

L'arrière franco-ontarien avait l'air nettement plus à l'aise de prendre des tirs et d'effectuer des passes malgré son auriculaire amoché, vendredi, durant un entraînement au Sensplex. Son entraîneur Guy Boucher attendra cependant à samedi avant de décider s'il revêtira son uniforme pour la première fois en trois semaines.

Quant à Karlsson, qui n'avait pas son coup de patin explosif habituel, mercredi, a laissé entendre qu'il n'est pas en parfaite santé. Il se dit «juste assez bon» pour jouer. Il a quand même pratiqué avec ses coéquipiers vendredi, notamment pour travailler les entrées de zone lors des avantages numériques.

«Je me sens mieux, ça progresse chaque jour. J'ai patiné un peu et c'est ça qui est ça. Je tenais à être là pour travailler certaines petites choses avec les gars. La journée de repos supplémentaire aide, pas juste 'Meth' et moi, mais tout le monde qui a quelque chose», a souligné Karlsson.

«Je me sentais assez bien pour jouer et nous avons joué un match décent, moi comme tout le monde», a-t-il ajouté ensuite.

Karlsson a joué tout juste un peu plus de 24 minutes, mercredi ce qui est inférieur à sa moyenne en saison régulière. Il n'a eu qu'une présence lors des sept premières minutes du deuxième engagement, ce qui a fait sourciller plusieurs observateurs. Sa période la plus occupée a été la troisième, alors qu'il a joué neuf minutes sans être sur la glace pour aucun des deux buts des Bruins.

«Il se sent bien, il a joué un bon match», a noté Boucher.

Ce dernier a réitéré qu'une décision concernant Méthot sera prise en considérant à quel point il est en mesure d'effectuer des lancers assez puissants.

«Il était prêt à jouer lors du dernier match, donc il se rapproche d'un retour. La question est de savoir s'il peut lancer la rondelle, sous pression, quand on va en avoir besoin. On en est là», a indiqué Boucher.

Celui-ci a laissé entrevoir la possibilité d'y aller avec sept défenseurs pour avoir une police d'assurance (Fredrik Claesson) au cas où Méthot devait déclarer forfait en cours de route. «Nous n'avons pas pris de décisions. Ne vous fiez pas aux trios qui étaient sur la glace. Ils pourraient changer, comme mercredi.»

Optimisme

Méthot, de son côté, semblait plus optimiste qu'il y a quelques jours. «Il y a plein de facteurs, on va en discuter avec les soigneurs et les entraîneurs, a-t-il dit. Je veux juste être un joueur efficace et aider l'équipe quand je vais jouer, je ne veux pas faire mal à l'équipe en revenant de façon prématurée. Ça pourrait être demain ou lors du prochain match, on verra... Je suis beaucoup plus confortable, mais on doit tous être sur la même page. Je suis quasiment là, pour ce qui est de prendre des tirs pour sortir de la zone en désavantage numérique et jouer de façon physique. Et je suis habitué à jouer avec de la douleur, j'en ai souvent sans que vous le sachiez.»

Méthot ne pense pas que les Bruins vont chercher à frapper sa main blessée, qui risque d'être gelée pour l'occasion. «Pas du tout», a-t-il dit.

Prêts pour un match en après-midi

Il y a quelques années, les Sénateurs avaient une fiche pitoyable lors des matches présentés en après-midi. «Ça fait quelques années. Nous avons changé d'entraîneurs à quelques reprises, depuis, je pense», a blagué le gardien Craig Anderson vendredi, à la veille d'un deuxième match contre les Bruins qui sera présenté à 15 h au Centre Canadian Tire. «Peu importe l'heure où le match débute, tu dois être prêt. Quand il n'y a pas de pratique matinale, tu devrais être un peu plus frais et dispos. La routine est un peu différente, mais ton échauffement mental et physique ne change pas vraiment, peu importe l'heure du match», a-t-il dit plus sérieusement. Les Sénateurs ont présenté une fiche de deux gains contre deux revers cette saison lors des matches présentés en après-midi, alors que les Bostonnais y sont plus habitués, ayant présenté un dossier de 8-3 lors de ceux-ci.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer