Pageau, la carte cachée de Boucher ?

Jean-Gabriel Pageau a de nouveau touché la cible,... (Adam Hunger, Associated Press)

Agrandir

Jean-Gabriel Pageau a de nouveau touché la cible, dimanche.

Adam Hunger, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

BROOKLYN - Jean-Gabriel Pageau a formé un duo très fiable défensivement avec Tom Pyatt pendant toute la saison avec les Sénateurs, mais il pourrait obtenir des responsabilités offensives accrues en séries éliminatoires si Guy Boucher décide de poursuivre une expérience tentée samedi dans le gain de 3-1 contre les Rangers de New York.

L'entraîneur-chef des Sénateurs a laissé le centre gatinois avec son ailier gauche des dernières semaines, Mike Hoffman, mais il a placé Mark Stone sur leur flanc droit à compter du deuxième tiers. Cette nouvelle unité a été très dangereuse. Les trois joueurs ont récolté deux points chacun (un but et une passe pour Pageau et Hoffman, deux passes pour Stone).

« Ils m'ont donné de quoi penser et ça va être dans ma boîte d'outils, c'est certain. J'y pensais depuis trois matches, mais je ne voulais pas toucher trop de choses vu que le trio de Pageau, Pyatt et "Hoff" a été notre meilleur pendant un mois et demi. Je voulais essayer Stone avec (Kyle) Turris, vu qu'ils ont déjà eu du succès. Je ne voulais pas briser quelque chose qui marchait lors de matches importants, mais samedi, je me suis dit, "Oubliez ça, on l'essaie". Et ça a été une très bonne ligne », a indiqué Boucher quelques heures avant le dernier match de la saison régulière des siens à Brooklyn.

Boucher a aussi aimé le trio qu'il a formé avec Turris, Clarke MacArthur et Ryan Dzingel. « Il a été très dangereux aussi. » Il a gardé Derick Brassard entre Alexandre Burrows et Viktor Stalberg, « qui sont très fiables et qui ont fait une grosse différence, Burrows a compté à Boston (jeudi), Brassard samedi. C'est une ligne des séries », estime-t-il.

Boucher n'a pas poursuivi ses expériences dimanche alors qu'il a laissé de côté plus de la moitié de ses réguliers en attaque (Stone, Hoffman, Turris, Brassard et Stalberg).

Pageau, qui a récolté ses 99e et 100e points en carrière samedi contre les Rangers avant de marquer dimanche lors de son 191e match de suite en uniforme, est un bon soldat qui est prêt à jouer avec n'importe qui. Mais il a certes apprécié se retrouver au centre avec les deux ailiers les plus productifs de l'équipe (26 buts, 61 points pour Hoffman, 22 et 54 pour Stone).

« J'ai déjà joué avec ces gars-là. Je savais à quoi m'attendre. Je pense qu'eux aussi le savaient. On a gardé les choses simples comme toute l'année. Le système n'a pas changé. Les bonds sont juste bien tombés pour notre ligne », a souligné Pageau, qui avait terminé la saison dernière sur un premier trio entre Stone et Zack Smith.

« J'en arrache un peu offensivement et le coach a juste cherché à créer une étincelle en me faisant jouer avec des gars avec qui je n'avais pas joué beaucoup cette année. Ça a fonctionné assez rapidement », a noté Stone, qui a terminé la saison sans marquer à ses 15 derniers matches. Durant cette période, il s'est contenté de sept mentions d'aide. Il a surtout composé avec deux blessures qui lui ont fait rater neuf parties.

Parlant de léthargie, Derick Brassard a compté un premier but en 11 parties en déjouant son ancien coéquipier Henrik Lundqvist au deuxième tiers samedi. Le Gatinois pense être prêt pour les séries après une saison où il n'a pas produit autant (14 buts, 38 points) qu'il l'aurait espéré.

« J'essayais juste de faire mon travail et on va espérer que ce but aide pour la confiance. Je ne savais pas combien de temps ça faisait. Je pense que j'ai monté mon jeu d'un cran dans les quatre ou cinq derniers matches. C'est le temps de la saison où le caractère et la passion amènent ton énergie. Je vais essayer de jouer de la même façon que j'ai joué dans les dernières années en séries », a indiqué Brassard, qui a vu le joueur contre qui il a été échangé, Mika Zibanejad, marquer l'unique filet des Rangers aux dépens de Craig Anderson.

Les Sénateurs en bref

Retour de Ryan

Absent lors des trois derniers matches, l'attaquant Bobby Ryan est revenu au jeu pour le dernier match du calendrier régulier contre les Islanders alors que les trois autres blessés, Erik Karlsson, Marc Méthot et Zack Smith, ont tous poursuivi leur réhabilitation à Ottawa dimanche. Guy Boucher est certain que Karlsson sera de retour pour les séries, tout comme Smith, alors que Méthot semble un cas plus douteux, lui qui a recommencé à patiner il y a quelques jours malgré un petit doigt de la main gauche en piteux état, à ce qu'il paraît. Concernant Ryan, « je veux lui donner un bon temps de glace pour m'assurer qu'il est de retour en forme de match », a dit Boucher, qui l'a inséré sur un premier trio avec Colin White au centre et Clarke MacArthur à gauche. Karlsson, lui, a dit samedi qu'il « aurait pu jouer en fin de semaine, mais les gars ont fait du bon travail pour me permettre de me reposer ».

Du renfort

En laissant plusieurs vétérans à la maison, incluant le gardien Craig Anderson, les Sénateurs ont dû utiliser les trois derniers rappels de Binghamton auxquels ils avaient droit après la date limite des échanges du 1er mars pour faire venir Matt O'Connor de Binghamton pour agir comme adjoint à Mike Condon, en plus de rappeler aussi Nick Paul et le défenseur Andreas Englund. Ce dernier a formé un duo avec son compatriote Fredrik Claesson, ce qui a permis à Boucher de reposer Cody Ceci tandis que Jyrki Jokipakka a remplacé Dion Phaneuf et s'est retrouvé aux côtés de Ben Harpur.

Emery honoré

L'ancien gardien des Sénateurs Ray Emery a été intronisé au Temple de la renommée du hockey de Binghamton vendredi soir, un honneur qu'il a bien apprécié. « J'ai eu trois belles saisons à Binghamton, c'est là que tout a commencé pour moi en jouant avec des gars comme Jason Spezza, Brian McGrattan, Antoine Vermette et plusieurs autres », a confié celui qui était surnommé « Razor ». Âgé de 34 ans, Emery a pris sa retraite cette saison après avoir disputé une dernière campagne en Allemagne l'an dernier. « Difficile de croire que c'était il y a 10 ans qu'on était en finale de la coupe Stanley (avec Ottawa), il me semble que c'était il y a une éternité. J'ai eu une bonne carrière malgré des hauts et des bas, maintenant je me tiens occupé en aidant l'école de hockey de mon ami Eli Wilson et je vais suivre des cours de business », a-t-il ajouté.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer