Les Sénateurs se qualifient pour les séries

Les Sénateurs se concentreront maintenant sur leur adversaire... (Elise Amendola, Associated Press)

Agrandir

Les Sénateurs se concentreront maintenant sur leur adversaire en première ronde, possiblement ces mêmes Bruins qu'ils ont défait jeudi soir.

Elise Amendola, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

BOSTON - Les Sénateurs d'Ottawa ont trouvé des moyens de ramasser des points toute la saison en poussant des parties en prolongation.

Alors qu'il ne leur manquait qu'un autre pour assurer leur participation aux séries éliminatoires, ils l'ont obtenu en faisant du temps supplémentaire pour une 20e fois de la campagne. Par surcroît, ils sont même allés chercher un deuxième point important pour obtenir l'avantage de la glace en l'emportant 2-1 en tirs de barrage contre les Bruins de Boston au TD Garden, sans leur capitaine Erik Karlsson.

Ils ont balayé leur série contre les Bruins en saison régulière, avec quatre gains contre ces adversaires potentiels contre qui ils ont remporté leurs six derniers matches contre eux en remontant à l'an dernier. Leur dossier de 43-27-10 leur donne 96 points au classement et est bon pour le deuxième rang dans la division Atlantique, un point devant les Bruins qui n'ont plus qu'un match à jouer.

Encore Anderson

Le gardien Craig Anderson a effectué 28 arrêts pour mener les siens à ce gain, en plus d'arrêter les trois tireurs des Bruins lors du concours d'habiletés, couronnant une saison où il a été obligé de rater deux mois pour être au chevet de son épouse Nicholle, atteinte d'un cancer rare de la gorge.

« C'est une bonne sensation, ce n'était que juste qu'on le fasse dans un match de 1-1. Les gars étaient concentrés en défensive, ils ont bien joué en général. C'est bien mérité. Nous faisons les choses de la bonne manière, on s'en tient au script et on n'essaie pas d'écrire des chapitres différents. Les gars font leur travail et empêche l'adversaire de générer des chances, ça a été notre style de jeu toute l'année. C'est du hockey de séries », a commenté Anderson après coup.

« Il faut donner beaucoup de crédit aux gars qui ont été là toute l'année parce que Clarkie (MacArthur), moi et bien d'autres blessés ont raté beaucoup de temps », a-t-il ajouté.

Kyle Turris a réussi le seul but de la fusillade, alors que Derick Brassard a été arrêté après lui.

Un but d'Alexandre Burrows au deuxième tiers, son 15e de la saison (6e avec Ottawa), avait permis aux visiteurs de créer l'égalité 1-1. L'ancien Canuck a décoché un puissant tir de la ligne bleue et le gardien Tuukka Rask n'y a vu que du feu, voilé qu'il était par Viktor Stalberg. 

Les Bruins avaient profité d'une erreur du jeune défenseur Ben Harpur pour ouvrir le pointage, sa tentative de dégagement par le centre en désavantage numérique étant interceptée par Zdeno Chara, qui a ensuite refilé à Drew Stafford près du filet. Anderson aurait pu faire oublier cette gaffe, mais il a plutôt perdu l'équilibre sur la tentative d'enroulé de Stafford et la rondelle a dévié sur sa jambière pour aboutir au fond du filet.

Anderson s'est repris par la suite cependant, effectuant un gros arrêt en fin de période contre Frank Vatrano, qui remplaçait Brad Marchand dans l'alignement des Bruins, en plus de stopper David Pastrnak sur une longue échappée au deuxième tiers après une gaffe de Kyle Turris en zone adverse.

« Andy a été fantastique encore une fois, il a réalisé de gros arrêts. Celui sur l'échappée a été énorme. Nous ne leur avons pas donné trop de chances à part ça, c'était un match à notre style, du jeu très serré. On a joué des matches serrés toute l'année et c'est très satisfaisant de savoir que ce groupe va jouer en séries ensemble », a souligné le défenseur Dion Phaneuf. 

Les Bruins ont perdu un pilier en défensive eux aussi dans ce match, Torey Krug quittant au premier tiers avec une blessure au bas du corps.

« Je suis tellement fier de cette équipe, de toute l'organisation. Ça a vraiment été une affaire d'équipe cette saison. Encore (jeudi), nos thérapeutes ont fait un miracle pour permettre à Cody Ceci de revenir plus vite que prévu. Notre d.g. Pierre Dorion a fait tout un travail pour aller chercher des gars comme (Alexandre) Burrows, (Viktor) Stalberg et (Tommy) Wingels qui ont apporté de grosses contributions encore ce soir », a analysé l'entraîneur-chef Guy Boucher.

Les Sénateurs, qui retournent en séries pour la première fois depuis le printemps 2015, sont rentrés à la maison immédiatement après le match pour se préparer à leur dernier week-end, avec des matches contre les Rangers de New York samedi après-midi au Centre Canadian Tire et à Brooklyn dimanche contre les Islanders de New York.

Des sourires sur le banc

Il restait une fraction de seconde au cadran en fin de troisième période et la mise au jeu était dans le territoire des Bruins, ce qui fait qu'Alexandre Burrows et Derick Brassard, entre autres, ont pu se permettre de sourire sur le banc des Sénateurs alors que leur place en séries était assurée.

« On n'en avait pas parlé avant ça, on se concentrait sur ce qu'on avait à faire. Mais on savait en finissant le temps réglementaire que notre place en séries était assurée. Avec 0,1 seconde à faire, on disait aux arbitres de juste écouler le temps pour nous assurer notre place. Maintenant, on est soulagés », a dit l'unique compteur en temps régulier.

« Il n'y avait pas de soulagement quand j'ai compté, mais je savais que c'était un gros but. C'était un but typique de notre club. J'étais à ma place en haut de la zone, où le troisième attaquant a des responsabilités offensives autant que défensives. J'ai pris un bon tir et Viktor Stalberg était bien placé devant le filet pour faire un écran parce que Rask arrête ce tir 100 fois sur 100 s'il le voit bien », a dit Burrows.

Les Sénateurs ont porté leur fiche à 10 gains contre 10 revers lorsqu'ils vont en prolongation ou en fusillade, des points qui se seront avérés importants en cette fin de saison alors qu'ils avaient perdu cinq matches de suite avant leur gain contre Detroit mardi.

« Tous ces points en allant en prolongation se sont avérés importants, ça nous a donné le coussin dont on a finalement eu besoin », a commenté l'attaquant Mark Stone. À la fin, on voulait juste se rendre en prolongation, on jouait comme si on protégeait une avance d'un but. Après le dernier buzzer, on voulait le deuxième point. »

Guy Boucher a dit après le match qu'il n'a pas l'intention de reposer des joueurs en fin de semaine, sauf dans le cas d'Erik Karlsson « qui en a besoin »

>>> Le sommaire du match




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer