Les sénateurs ont joué de prudence pour MacArthur

Clarke MacArthur... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Clarke MacArthur

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pierre Dorion veut qu'un truc soit clair. La décision de ramener Clarke MacArthur dans la formation débutante n'a pas été prise à la légère.

« Toutes les parties impliquées dans la décision ont constaté qu'il ne ressent plus de symptômes. Nous avons suivi le protocole à la lettre. Nous lui avons fait passer son test de base. Nous avons demandé à plusieurs médecins indépendants de l'examiner. Ça, c'est vraiment important que vous le sachiez », a déclaré le directeur général des Sénateurs dans son point de presse improvisé, sur l'heure du souper.

Quand un joueur tente un ultime retour au jeu après avoir subi quatre commotions cérébrales assez sérieuses en l'espace de 18 mois, il faut jouer de prudence.

« Nous avons eu toutes les conversations qui étaient nécessaires. Nous avons parlé à Clarke, mais nous avons aussi parlé avec des membres de sa famille. Nous avons discuté avec son agent », explique Dorion.

Quelque chose de gros s'est forcément produit dans les derniers mois.

Le 20 janvier dernier, dans un hôtel de Toronto, Dorion avait déclaré que MacArthur devait mettre une croix sur son projet de retour au jeu en 2016-17.

Abattu, l'ailier gauche de 31 ans avait alors choisi de quitter le Canada. Il s'était exilé en Floride, là où on s'intéresse très peu au hockey, pour commencer à vivre comme un « retraité ».

Dorion jure qu'il n'a jamais cru que les carottes étaient cuites. « Je me suis peut-être mal exprimé à ce moment-là. J'étais déçu pour lui. »

Guy Boucher était lui aussi convaincu que MacArthur serait capable de revenir au jeu. « Quand il a passé son test, je croyais bien que ça y était. Il se sentait bien. Le processus semblait suivre son cours. Quand nous avons appris qu'il avait échoué le test, nous étions tous très déçus. Nous avons simplement choisi de mettre ce dossier sur la glace. »

Si le retour de MacArthur se préparait depuis un certain temps, Boucher, Dorion et les autres dirigeants des Sénateurs ont cru bon garder bien des gens dans le noir.

Les joueurs ont été mis devant le fait accompli aux environs de 16 h 30, lorsque la formation pour le match contre les Red Wings a été inscrite sur le tableau du vestiaire.

« J'ai vu de grands sourires illuminer leurs visages. C'est une belle journée pour nous », assure le coach.

Si MacArthur conserve son poste dans les derniers matches de la saison, il ne faut pas s'attendre à ce qu'il joue un rôle prépondérant.

« Je ne connaissais pas Clarke avant d'arriver à Ottawa. J'avais simplement entendu parler de lui. En parlant aux gars durant l'été, j'ai compris qu'il jouait un rôle majeur au sein de l'organisation. Quand il s'est blessé, au camp, j'ai eu l'impression que c'était la fin du monde. Les gens avaient beaucoup de peine pour lui. »

« Un grand leader nous revient. Sa contribution dépassera largement ce qu'il pourra faire sur la patinoire. »

Ryan blessé

Un joueur de perdu, un de retrouvé. Juste avant d'annoncer le retour de MacArthur, Pierre Dorion a débuté sa conférence de presse en annonçant qu'un nouveau joueur se retrouve parmi les blessés.

« L'état de santé de Bobby Ryan sera évalué de manière quotidienne. Je crois qu'il nous reviendra à temps pour participer aux séries », dit-il.

Même chose pour Zack Smith et Cody Ceci. Ils devraient tous les deux jouer la semaine prochaine.

Reste le délicat dossier de Marc Méthot. « Je n'ai rien de nouveau à dire à son sujet. Je devrais avoir des nouvelles à communiquer dans les prochaines heures. »

Un 900e match pour Phaneuf

Comme prévu, Dion Phaneuf est devenu mardi le 440e patineur à disputer 900 matches dans la LNH. Le défenseur robuste, qui est âgé de 31 ans, atteindra un autre plateau jeudi soir à Boston. Il jouera alors un centième match dans l'uniforme rouge et noir d'Ottawa.

Melnyk sur The Players' Tribune

Pour une deuxième fois en l'espace de quelques mois, un membre de l'organisation des Sénateurs a choisi de se confier au populaire site Internet The Players' Tribune. L'attaquant Bobby Ryan l'a fait, l'été dernier, pour parler du décès de sa mère au terme d'un court combat avec la maladie. Dans les dernières heures, le propriétaire de l'équipe, Eugene Melnyk, a choisi de raconter les semaines qui ont précédé sa greffe du foie, au printemps 2015. Il ne s'était encore jamais confié de cette façon. Dans le long texte, il raconte notamment que, sans ses deux filles de 16 et 12 ans, il aurait difficilement pu passer à travers. « Tout ce processus m'avait vidé, tant physiquement qu'émotivement. Je n'avais plus la force de continuer à vivre. Je me préparais donc à mourir », raconte-t-il. M. Melnyk a depuis lancé une fondation, Le Projet organes, qui tente de soutenir les gens qui sont en attente d'une greffe.

Suspension à Binghamton

La période d'audition de Charles-David Beaudoin avec le club-école des Sénateurs sera écourtée. Le défenseur québécois a écopé d'une suspension de trois parties dans la Ligue américaine. On a voulu le punir pour une mise en échec dangereuse à l'endroit de l'espoir du Canadien de Montréal Daniel Carr. L'incident est survenu la fin de semaine dernière, dans un match présenté à St. John's. Beaudoin, qui est âgé de 23 ans, a défendu pendant cinq saisons l'honneur de sa ville natale, Drummondville, dans la LHJMQ. Il vient de faire le saut chez les pros après avoir passé deux années dans les rangs universitaires, chez les Patriotes de l'UQTR. Beaudoin pourra toujours prendre part aux trois dernières parties de la saison après avoir purgé sa suspension.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer