Un point très important

Colin White n'a joué que 7:19 minutes lundi... (Agence France-Presse)

Agrandir

Colin White n'a joué que 7:19 minutes lundi soir, mais il a eu l'occasion en tirs de barrage de donner la victoire au sien.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

DETROIT - Inspirés par le retour inattendu de leur capitaine Erik Karlsson, les Sénateurs d'Ottawa ont récolté un point qui goûtait aussi bon qu'un petit gâteau Vachon à leur dernier passage au Joe Louis Arena.

Ils se sont inclinés 5-4 en tirs de barrage lundi soir, et même s'il s'agissait d'un cinquième revers consécutif, ils ont amélioré leurs chances de participer aux séries en s'éloignant à quatre points du Lightning de Tampa Bay, tout en rejoignant les Bruins de Boston au troisième rang de la division Atlantique avec un match de plus à jouer qu'eux.

Karlsson a certes fait sentir sa présence avec un but et une passe, en plus d'être frustré à plusieurs occasions, surtout en prolongation quand le gardien Petr Mrazek s'est dressé avec sept arrêts sur les 41 réalisés dans ce match de fou. Il a joué plus de 30 minutes et il a été aussi arrêté pendant les tirs de barrage.

L'ancien gardien des 67's a aussi stoppé les sept tirs de la fusillade, dont le dernier de la recrue Colin White à son premier match dans la LNH, alors qu'Evgeny Schvechnikov a été le seul à déjouer Craig Anderson à l'autre bout, lui aussi à son premier match dans le circuit Bettman. Anderson a réalisé cinq de ses 29 arrêts en prolongation, quant à lui, au cours d'un cinq minutes à trois contre trois enlevant au possible.

Deux buts en avantage numérique de Gustav Nyquist en un peu plus de deux minutes avaient lancé les Red Wings en avant, mais Kyle Turris a répliqué 22 secondes après le second, avant de gagner une mise au jeu pour permettre à Fredrik Claesson de ramener les deux clubs à la case départ avec moins de huit minutes à faire au temps réglementaire.

« On s'est battu après une couple de buts bizarres pour revenir et on a contrôlé la majorité du match, a dit Karlsson. Plus le match avançait et mieux je me sentais. J'étais rentré à la maison samedi en me disant que je ne patinerais pas avant lundi. Quand je l'ai fait à 10 h au Sensplex, je me sentais assez bien pour jouer. On ne saura jamais si je l'aurais fait si on n'était pas dans cette situation, c'est là qu'on est et il faut composer avec », a dit Karlsson après coup.

Son but a été Karlsson un peu chanceux, son tir du coin de la patinoire trompant la vigilance de Mrazek entre les jambières.

Anderson pouvait sympathiser avec son vis-à-vis pour le but qui faisait 2-2, le deuxième des Wings ayant été similaire, Dylan Larkin le surprenant du coin de patinoire, en désavantage numérique par surcroît.

Anderson avait pourtant bien commencé le match avec plusieurs gros arrêts, dont un de la jambière aux dépens de Mike Green, au cours d'un premier tiers sans but.

Ça a commencé à se gâcher en début de deuxième période, alors qu'il a vu une passe de Frans Nielsen dévier sur le patin de Ben Harpur pour voir ensuite la rondelle rebondir ensuite sur lui et tomber dans le filet.

Alexandre Burrows a répliqué rapidement à ce filet, 66 secondes plus tard alors qu'il a pris un bon tir qui est passé par-dessus la mitaine du gardien des Wings. Derick Brassard avait frappé le poteau au premier tiers sur la meilleure chance de compter des Sénateurs.

Bobby Ryan s'est blessé au haut du corps en troisième période et il n'était pas disponible pour les tirs de barrage. Son cas sera réévalué mardi, a indiqué Guy Boucher.

« C'est un point de caractère qu'on est allé chercher là. C'est notre équipe cette saison, on ne lâche jamais. Erik nous a téléphoné ce matin pour dire qu'il s'en venait, il est un guerrier. Ça a soulevé les gars, il a eu un gros impact sur le match. Bien des choses nous arrivent, mais on continue à se battre. On a obtenu un point important et on doit continuer à avancer », a souligné Boucher.

Les deux clubs se retrouveront à nouveau mardi soir au Centre Canadian Tire, alors que les Sénateurs rentrent à la maison après une série de cinq matches à l'étranger où ils ont montré une fiche de 0-3-2.

Soirée mémorable pour White

DETROIT - Colin White va se souvenir longtemps de son premier match dans la LNH.

Il n'a joué que 7:19 minutes, mais il avait la victoire au bout de son bâton alors qu'il a été envoyé comme septième tireur de son club en fusillade.

« Quelqu'un sur le banc m'a dit que j'allais y aller si ça continuait encore un bout, donc j'ai commencé à penser à une feinte. Puis j'ai eu un coup de pied et j'y suis allé. Je pensais bien l'avoir, mais la rondelle a bondi alors que je voulais faire mon coup de revers. Ça reste toute une expérience, c'était fou en prolongation et en tirs de barrage. J'ai commencé à faire quelques jeux après une couple de présences », a raconté White après coup.

Guy Boucher a fait appel à White, a-t-il dit, « parce qu'eux y sont allés avec leur jeune (Schvechnikov). Il a bien fait dans une situation de pression, ce n'était pas évident, mais il a montré beaucoup de calme ».

Le centre Kyle Turris a participé à cette prolongation enlevante et il en était estomaqué après le match. « J'ai peine à reprendre mon souffle. On a quand même ramassé un gros point en revenant de l'arrière, on va espérer jouer tout aussi bien (mardi). C'était la prolongation la plus amusante que j'ai jamais vue, ça devrait toujours être comme ça, c'était très amusant », a noté Turris, qui a amorcé la remontée des siens avec son but en plus de gagner la mise au jeu qui a mené au but égalisateur de Fredrik Claesson.

« Ça nous prenait ça pour repartir dans la bonne direction », a-t-il ajouté.

Dans un autre ordre d'idée, Erik Karlsson a été très critique de la décision de la LNH de ne pas envoyer ses joueurs aux Jeux olympiques de 2018 à Pyeongchang, en Corée du Nord. « C'est de la merde, a-t-il lancé. Je ne comprends pas cette décision, on n'a rien à dire et c'est très malheureux pour le sport du hockey à travers le monde... Celui qui a pris cette décision ne sait pas ce qu'il fait.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer