Ça se corse pour les Sénateurs

«On est quand même à une bonne place... (Patrick Woodbury, archives Le Droit)

Agrandir

«On est quand même à une bonne place en ce moment et il faut se regrouper et être meilleurs», signale l'entraîneur-chef des Sénateurs, Guy Boucher.

Patrick Woodbury, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

WINNIPEG - Les nuits sont longues dans la capitale manitobaine, chantait Pierre Lalonde, mais les Sénateurs d'Ottawa ont raccourci celle de jeudi à vendredi en restant un peu plus longtemps que prévu au Minnesota.

Après leur revers de 5-l aux mains du Wild, ils ont tenu une réunion d'une trentaine de minutes une fois leurs obligations d'après-match - les séances d'étirement et les entrevues avec les médias -complétées, repoussant d'autant leur vol nolisé vers Winnipeg, où ils affronteront les Jets samedi soir.

Clairement, l'entraîneur-chef Guy Boucher n'était pas satisfait de la tenue des siens malgré l'absence de son meilleur joueur et capitaine, Erik Karlsson, ainsi que de quelques autres piliers, Marc Méthot, Alexandre Burrows et Zack Smith en particulier, ce dernier ayant pris le chemin de l'infirmerie après la première période.

« On va trouver les solutions à l'intérieur de ce vestiaire, on l'a fait toute l'année, a dit le vétéran défenseur Dion Phaneuf après la rencontre. Nous avons fait du bon travail toute la saison pour se retrouver dans la position où nous sommes, et là, on est où on est. On doit retrouver notre façon de faire dans notre chambre. On a toujours réussi à se rassembler lorsque les temps sont durs et on va le faire à nouveau. »

Cette position, c'est le deuxième rang dans la division Atlantique avec 91 points, mais les trois revers de suite cette semaine ont permis aux Maple Leafs de Toronto de se rapprocher à deux points alors que les Bruins de Boston sont trois points derrière tout en ayant joué un match de plus. Tampa Bay (85) et la Caroline (84) soufflent dans le dos de toutes ces équipes, en plus.

« On n'obtient pas d'aide, mais heureusement, nous avions un petit coussin. Toutes les équipes connaissent des passages à vide, on doit juste s'en sortir et ça presse. On a six matches pour revenir dans le droit chemin pour arriver en séries sur une bonne lancée », soulignait l'attaquant Bobby Ryan après ce 11e match sans but pour lui, et 10e sans point.

Monter le jeu d'un cran

Boucher partageait quand même l'assurance de Phaneuf lors de son point de presse d'après-match. Malgré la tenue de la réunion inhabituelle d'après-partie, il n'a pas jugé bon de changer l'horaire de son club en tenant une séance d'entraînement à Winnipeg, estimant qu'il valait mieux à nouveau de donner une journée de congé à ses joueurs qui devront disputer les six dernières parties de la saison régulière en l'espace de neuf jours, d'ici à dimanche prochain.

« C'est certain que l'absence d'Erik fait mal, on parle du meilleur défenseur au monde. Marc Méthot joue avec lui et il affronte toujours les meilleurs avants adverses pendant plusieurs minutes. Sans eux, il faut que d'autres fassent ce travail qu'ils n'ont pas fait pendant la majorité de l'année. Ça demande une bien meilleure structure et un engagement de nos attaquants dans notre zone défensive, ce qu'on n'a pas fait en deuxième période (au Minnesota), ce qui n'est pas nous », a-t-il commenté.

« Ça va être difficile, ces blessures arrivent à un mauvais moment, mais il n'y a jamais de bon moment... On est quand même à une bonne place en ce moment et il faut se regrouper et être meilleurs. Les gars qui sont obligés de prendre plus de responsabilités que d'habitude vont être obligés de monter leur jeu d'un cran, ils n'ont pas le choix », a ajouté Boucher.

Le gardien Craig Anderson n'a accordé qu'un but douteux jeudi, le premier du Wild, mais il n'a gagné qu'un seul de ses six derniers départs et il sera intéressant de voir si Boucher se tournera à nouveau vers lui samedi soir au MTS Center. Son adjoint Mike Condon a été d'office pour le dernier gain de l'équipe, il y a 10 jours contre les Penguins de Pittsburgh.

« Il faut regarder vers l'avant. On a eu un mauvais match, mais demain est un autre jour. Si on s'apitoie sur notre sort dans ce match, ça va continuer lors du prochain. On doit mettre (le match de jeudi) derrière nous, apprendre de nos erreurs et être prêts », a souligné Anderson.

Qui sera en uniforme?

WINNIPEG - Qui jouera, et qui ne jouera pas contre les Jets ? Bien malin qui peut le prédire alors que les Sénateurs n'ont pas obtenu un congé complet vendredi à Winnipeg et que l'entraîneur-chef Guy Boucher n'a pas rencontré les médias. Il faudra attendre la séance d'entraînement matinale avant d'avoir une idée, et même là, ça pourrait aller à la séance d'échauffement avant de savoir si le pied gauche endolori du capitaine Erik Karlsson, blessé en bloquant un tir mardi à Philadelphie, sera suffisamment rétabli pour lui permettre de reprendra sa place à la ligne bleue et à la pointe de l'attaque à cinq, blanchie en quatre chances jeudi au Minnesota (le but de Mike Hoffman est survenu deux secondes après la fin d'une punition, cependant). Son statut est réévalué quotidiennement, tout comme ceux d'Alexandre Burrows, qui a raté la partie de jeudi, et de Zack Smith, qui a quitté ce match brièvement au premier tiers, puis pour de bon après le premier entracte. Les Sénateurs ont maintenant vu leurs différents joueurs rater un total de 185 parties cette saison.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer