Des Sénateurs peu inspirés

Kyle Turris a décoché deux tirs en 20... (Associated Press)

Agrandir

Kyle Turris a décoché deux tirs en 20 minutes 10 secondes de travail jeudi soir.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ST. PAUL - La présence de leur partisan numéro un, Jonathan Pitre, n'a pas trop inspiré les Sénateurs d'Ottawa finalement.

Privés de leur première paire de défenseurs, leur marge d'erreur était très réduite et ils en ont commis plusieurs sur lesquelles le Wild du Minnesota a capitalisé en route vers un gain de 5-1 devant leurs 19 044 partisans au XCel Energy Center jeudi soir.

Sans leur capitaine Erik Karlsson et son partenaire Marc Méthot, blessés, les hommes de Guy Boucher ont perdu l'ailier gauche Zack Smith en cours de route en plus de ne pas avoir Alexandre Burrows dans l'alignement et sans tous ces piliers, ils n'avaient tout simplement pas assez de munitions contre un club affamé qui n'avait qu'une victoire à ses 10 sorties précédentes (1-7-2).

Les Sénateurs (41-26-9) n'ont donc pas amélioré leurs chances de participer aux séries éliminatoires, d'autant plus que tous les clubs qui les pourchassent pour le deuxième rang de la division Atlantique, les Maple Leafs de Toronto, les Bruins de Boston et le Lightning de Tampa Bay, ont gagné jeudi soir. Le Canadien a aussi pris une sérieuse option sur le premier rang avec leur gain contre la Floride, leur avance sur les Sénateurs étant de six points avec six matches à jouer pour ces derniers.

«Sans de gros morceaux, on voulait prouver qu'on a quand même de bons joueurs et qu'on a de la profondeur, mais on a juste commis trop d'erreurs et à 3-1, la frustration a pris le dessus», a souligné l'attaquant Mark Stone, auteur d'une passe dans ce revers.

Nino Neiderreiter a dirigé l'attaque du Wild avec deux buts, le second étant le 22e du numéro 22. Il a converti une superbe passe d'Eric Staal de derrière le filet pour rompre l'égalité de 1-1 à la huitième minute de jeu du deuxième tiers, ce dernier ayant soutiré le disque assez facilement au défenseur Fredrik Claesson.

L'attaquant suisse du Wild avait créé l'égalité à peine 47 secondes après que Mike Hoffman ait ouvert le pointage en fin de première période. Un tir apparemment inoffensif de la pointe a été dévié par Dion Phaneuf devant Craig Anderson par Dion Phaneuf et il a accordé un mauvais retour sur lequel Neiderreiter a sauté même s'il avait Jyrki Jokipakka sur le dos.

«Nous avons fait des erreurs qu'on ne fait pas d'habitude et la rondelle s'est retrouvée dans le fond de notre filet. Évidemment, sans "Karl" et "Meth", ça nous taxe. On a perdu des gros morceaux, on va espérer qu'ils reviennent bientôt», a souligné Phaneuf.

Hoffman avait compté deux secondes après la fin d'une attaque à cinq en prenant un tir sur réception qui est passé entre les jambières du gardien Alex Stalock, rappelé pour l'occasion. L'ancien Shark avait l'occasion de jouer un premier match pour l'équipe de son patelin, lui qui est originaire de St. Paul. Il a été solide face aux 19 tirs des visiteurs. 

Joel Eriksson Ek, fraîchement débarqué de Suède, a ajouté un but d'assurance en fin de deuxième tiers qui a brisé les reins des visiteurs. Matt Dumba et Jason Pominville, à son 900e match en carrière, en ont rajouté en troisième pour enlever tout espoir de remontée aux visiteurs.

«À partir du gardien et vers l'avant, ce n'était pas assez bon. On doit tous être meilleurs que ça... Les blessures ne sont pas une excuse, tout le monde en a à ce temps-ci de l'année. Regardez Pittsburgh qui a huit ou neuf joueurs au rancart», a dit Anderson, qui a une fiche de 1-3-2 à ses six derniers matches. Il a fait face à 26 tirs.

Les Sénateurs, qui subissaient seulement leur cinquième revers de la saison quand ils ont compté le premier but (27-5-3), ont pris le chemin de Winnipeg immédiatement après le match et ils profiteront d'une journée de congé complète dans la capitale du Manitoba vendredi avant d'affronter les Jets samedi soir.

>> Sommaire du match

Tina Boileau inspire aussi Boucher

Jonathan Pitre a apprécié la visite des Sénateurs chez lui mercredi, mais il en va autant pour les joueurs ainsi que pour les entraîneurs de l'équipe. 

Guy Boucher a mentionné jeudi matin que c'était un autre bel exemple de la sensibilité développée au sein de l'équipe cette saison avec des épreuves comme la commotion cérébrale de Clarke MacArthur et la maladie de la conjointe de Craig Anderson. 

« À l'intérieur de la chambre et au sein de l'organisation, nos gars ont montré qu'ils sont sensibles à ce qui se passe autour d'eux. Ce qui est arrivé (mercredi), c'est juste un autre exemple de notre monde qui se préoccupe d'autrui. C'est la marque de commerce de cette équipe depuis plusieurs années, bien avant que j'arrive ici. C'est fantastique de pouvoir apporter un soutien à quelqu'un qui a traversé tant d'épreuves. C'est une inspiration pour tout le monde de le voir, tout comme sa mère. Comme parent (de trois enfants), c'est émotif, pour être bien honnête, de voir ce qu'elle fait. Tu regardes ça et tu te comptes chanceux de ne pas avoir à vivre ça, mais en même temps, c'est inspirant de voir quelqu'un qui vit ça tous les jours et qui sourit quand même à la vie. C'est ce qui m'a impressionné le plus, de voir comment le jeune et sa mère étaient heureux, à quel point ils sont optimistes et positifs dans ces circonstances », a souligné Boucher.

Le jeune homme de Russell, qui doit retourner dans un hôpital du Minnesota vendredi pour d'autres traitements pour contrer sa maladie (l'épidermolyse bulleuse), a assisté au match de jeudi. Il a été invité par le Wild à accompagner le Consul général canadien au Minnesota, Khawar Nasim, pour lancer leur traditionnel cri « Let's play hockey » lancé par des personnalités avant chaque match au XCel Energy Center.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer