À quatre petits points d'une place en séries

Zack Smith a affronté les Flyers malgré des... (Archives, Agence France-Presse)

Agrandir

Zack Smith a affronté les Flyers malgré des symptômes d'empoisonnement alimentaire.

Archives, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ST. PAUL - Les Sénateurs ont laissé une victoire leur filer entre les doigts mardi à Philadelphie, mais ça ne les a pas empêchés de se rapprocher de leur objectif pour ce périple, qui est de revenir dans la capitale avec un « x » à côté de leur nom au classement, signifiant qu'ils se sont assurés d'une qualification en séries éliminatoires.

Leur « chiffre magique » pour s'assurer d'avoir une des deux places de « quatrième as » est de quatre points, alors que pour s'assurer du deuxième rang dans la division Atlantique, il est de six. Toute combinaison de points gagnés par eux, ou échappés par les clubs qui les pourchassent, en particulier le Lightning de Tampa Bay, qui occupe le neuvième rang dans l'Est, et le cinquième dans l'Atlantique.

« On l'a dit avant de partir, ce voyage est le plus important de la saison parce qu'on veut en profiter pour assurer notre place en séries, a souligné l'attaquant Zack Smith à l'arrivée de l'équipe à son hôtel voisin du XCel Energy Center, où il rendra visite au Wild jeudi soir.

«Une autre victoire serait un autre gros pas pour atteindre cet objectif, mais on ne prend personne à la légère, on va affronter une bonne équipe», a-t-il ajouté.

Smith a affronté les Flyers mardi soir lors du revers de 3-2 en tirs de barrage alors qu'il représentait un cas douteux en raison de ce qu'il pense avoir été un empoisonnement alimentaire. «Je me sens pas mal mieux maintenant qu'hier à la même heure. Quand je me suis levé en après-midi, je ne pensais pas pouvoir jouer, mais l'heure du match arrive et l'adrénaline embarque, tu te sens mieux et tu oublies comment tu te sens... J'ai retrouvé mon appétit et j'imagine que je vais pouvoir reprendre les quelques livres que j'ai perdues. Je ne devrais plus avoir à traîner un piano derrière moi (comme lors du match de mardi en tout cas », a-t-il blagué, se sentant un peu mal d'avoir donné de faux espoir au défenseur Jyrki Jokipakka de disputer un premier match dans l'uniforme des Sénateurs.

Léthargies

Les Sénateurs n'ont compté que 13 buts à leurs 8 dernières sorties et l'entraîneur-chef Guy Boucher aimerait évidemment les voir secouer leur torpeur en attaque. Smith n'a pas marqué à ses 12 derniers matches, alors que Bobby Ryan (10 parties sans but), Alexandre Burrows (8) et Mark Stone (7) sont aussi dans des léthargies.

«On a manqué trop de buts dans le match (à Philadelphie), c'est clair. Mais tant que les gars obtiennent des chances de marquer et qu'on joue des matches serrés en troisième période, on ne se plaindra pas... On obtient des chances de haute qualité et on n'a pas marqué, ce qui revient te hanter par la suite. Mais à 2-1, on aurait pu gagner ce match n'eût été une erreur (du gardien Craig Anderson)», a souligné Boucher après le match de mardi soir.

«Zack (Smith) est un gars tough, il tenait à jouer même s'il n'était pas à 100 %. J'ai trouvé que son trio (avec Derick Brassard et Mark Stone) a recommencé à trouver son rythme. Stone a raté quelques parties et Smith a été malade, on voit que la magie qu'ils avaient s'en revient et j'imagine que ça va être encore mieux à notre prochain match», a-t-il ajouté.

Karlsson blessé ?

Erik Karlsson... (Archives, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Erik Karlsson

Archives, La Presse

Cody Ceci a joué plus qu'Erik Karlsson (1:58 minute contre 48 secondes) en prolongation lors du match de mardi soir à Philadelphie, ainsi que pendant tout le match (26:24 minutes contre 24:54), ce qui a mené à de la spéculation que le capitaine des Sénateurs, auteur de son 15e but dans ce match, avait été blessé en bloquant un tir. Karlsson ne s'est pas adressé aux médias après le match, ni mercredi d'ailleurs, mais il boîtait un peu en rendant visite à Jonathan Pitre en arrivant au Minnesota, ajoutant de la crédibilité à la spéculation. On verra s'il sera en mesure d'affronter le Wild jeudi soir. S'il devait déclarer forfait, Jyrki Jokipakka pourrait obtenir la chance de disputer un premier match avec les Sénateurs, après 14 parties dans les gradins.

Borowiecki se défend

Mark Borowiecki a encore une fois eu besoin de lâcher les gants alors qu'un adversaire, en l'occurrence Radko Gudas, a voulu venger une mise en échec légale qu'il venait de donner mardi à Phlladelphie. Celui-ci lui a assené un coup de poing à la fin de l'affrontement, après qu'ils soient tombés sur la glace, ce qui ne fait pas vraiment partie du code des pugilistes dans la LNH. « J'en ressens un peu les effets. Je n'ai jamais fait ça, mais lui, il joue sur la ligne et parfois, tu vas aller au-delà. Ce n'est rien de sérieux, donc whatever... Je l'ai vu venir, il m'a regardé de travers. C'est malheureux, le règlement de l'instigateur n'est pas souvent appliqué dans mon cas parce que je n'attends pas pour lâcher les gants, ce que Luke Richardson m'avait dit de faire à mes débuts », a-t-il indiqué.

White récolte une passe à ses débuts chez les pros

L'espoir des Sénateurs Colin White a effectué ses débuts chez les professionnels mercredi soir dans un revers de 6-1 des Senators de Binghamton aux mains du Crunch de Syracuse, dirigé par l'entraîneur gatinois Benoît Groulx. Le centre qui a laissé Boston College dimanche pour accepter un contrat d'essai amateur a récolté une passe sur le premier but de la rencontre réussi en avantage numérique par Jason Akeson. Il a obtenu 2 tirs au but et a terminé sa soirée avec un différentiel de moins-2 alors qu'il a joué une partie du match entre Akeson et l'attaquant québécois Francis Perron.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer