Giroux y croit encore

Claude Giroux était le deuxième meilleur marqueur des... (Agence France-Presse)

Agrandir

Claude Giroux était le deuxième meilleur marqueur des Flyers grâce à ses 55 points cette saison avant le match de mardi soir.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

PHILADELPHIE - Ses Flyers n'étant pas encore éliminés mathématiquement, il était trop tôt, beaucoup trop tôt, pour parler à Claude Giroux de la possibilité de représenter à nouveau le Canada au Championnat mondial de hockey qui aura lieu à Paris en mai.

« Je n'y ai pas encore pensé. C'est certain qu'Équipe Canada a une bonne organisation et elle prend bien soin de ses joueurs. Mais ce n'est pas le temps de penser à ça comme c'est là », a répondu le centre franco-ontarien quelques heures avant d'affronter les Sénateurs au Wells Fargo Center.

En tant que capitaine des Flyers, Giroux n'est évidemment pas heureux de la position dans laquelle son équipe se retrouve, en danger de rater les séries éliminatoires pour une deuxième fois en trois ans, après avoir été éliminé par Washington en première ronde l'an passé, ce qui lui avait permis d'endosser l'unifolié au tournoi mondial de Moscou, aidant le Canada à remporter une médaille d'or.

« On a eu des hauts et des bas. On a eu notre série de 10 victoires de suite (fin novembre, début décembre), mais après ça, c'est allé downhill un peu. Mais on n'est pas loin d'où on veut être comme équipe, on doit continuer à s'améliorer. On a joué du bon hockey au cours du dernier mois. Nous avons souvent joué des bons matches sans obtenir le résultat souhaité. Quand tu regardes en arrière, il y a deux ou trois parties qu'on aurait pu gagner et on n'a pas trouvé le moyen d'y arriver. Ça fait que nous sommes dans la position où nous sommes présentement. Là, on doit trouver des moyens de gagner », a souligné Giroux, deuxième meilleur compteur des siens derrière Jakub Voracek avec ses 55 points avant le match de mardi.

Avec sept parties à disputer avant celui contre Ottawa, les Flyers accusaient six points de retard sur les Bruins de Boston, détenteurs du huitième et dernier rang donnant accès aux séries. Et trois autres clubs étaient devant eux (Tampa Bay, les Islanders de New York et la Caroline), ce qui fait que leurs chances étaient très minces.

« On ne peut pas regarder le portrait dans son ensemble, qu'il faut gagner beaucoup de matches pour se qualifier pour les séries. On doit y aller un match à la fois, se concentrer sur Ottawa, et ensuite on pensera au match suivant », a ajouté Giroux, qui s'est fiancé à Ryanne Breton en décembre dernier lors d'un passage à Ottawa, le couple ayant l'intention de passer à l'église à l'été 2018.

Prenant exemple sur son capitaine, l'attaquant Pierre-Édouard Bellemare ne voulait pas trop discuter du Championnat mondial tant que les Flyers ne sont pas mathématiquement éliminés. 

« On m'a souvent posé la question et j'ai du mal à parler de la fin de saison avant le temps. Je ne suis pas le genre de joueur qui peut se projeter en avant dans le temps, je dois rester dans le présent avec le rôle que j'ai », a dit l'attaquant de quatrième trio, candidat des Flyers au trophée Masterton pour la persévérance et l'esprit d'équipe.

« Mais si les Flyers ne sont pas des séries, il y a peu de chances que je n'aille pas au "Mondial" pour aider l'équipe de France. Je pense qu'on va avoir une bonne équipe, mais qu'on va aussi avoir le groupe le plus dur qu'on a jamais eu », a noté Bellemare, en parlant du groupe B qui comprend aussi le Canada, la Finlande, la République tchèque, la Suisse, le Bélarus, la Norvège et la Slovénie.

« Pour nous, c'est important de rester dans le groupe A (du Championnat mondial) pour montrer aux jeunes ce qu'il faut pour arriver à jouer où je suis, dans la LNH », a ajouté le membre des « Bleus » depuis 2004, qui est originaire de la région parisienne.

Ryan à la maison

Bobby Ryan... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit) - image 3.0

Agrandir

Bobby Ryan

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

En quête d'un premier but en 10 parties mardi au Wells Fargo Center, l'attaquant Bobby Ryan espérait qu'un passage à la résidence familiale en banlieue de Philadelphie, au New Jersey, lui ferait du bien. « Je ne sais pas combien d'amis et de membre de la famille vont être là, je n'ai pas eu besoin de laisser trop de billets, ce qui est bien. J'ai passé la soirée de lundi avec mon père. Ce serait bien de compter à la maison, je n'ai jamais compté ici, pas même lors des tirs de barrage. Ça doit être parce que je mange trop au King of Pizza (un restaurant de la région) les veilles de matches... Je ne sens pas plus de pression de marquer, tant qu'on gagne, je m'en balance. Ça fait quatre ans que je dis ça à l'occasion », a-t-il réitéré.

Jokipakka patiente

L'attaquant Zack Smith représentait un cas douteux pour le match de mardi soir alors qu'il était affaibli par un virus. Il a finalement été en mesure d'affronter les Flyers, une décision qui a été prise après la période d'échauffement. Dans l'éventualité où il n'aurait pas joué, Guy Boucher avait l'intention d'utiliser un alignement à sept défenseurs pour permettre à Jyrki Jokipakka, l'arrière obtenu dans l'échange qui a envoyé Curtis Lazar à Calgary, d'effectuer ses débuts dans l'uniforme des Sénateurs vu qu'il a donné un autre match de repos à Viktor Stalberg, blessé au haut du corps. Le Finlandais devra donc attendre encore, lui qui a été laissé de côté pour les 14 derniers matches. Lazar, en passant, n'a joué que deux matches avec les Flames, obtenant une passe sur un but dans un filet désert.

Entre les lignes

L'espoir des Sénateurs Colin White portera le numéro 10 mercredi soir alors qu'il effectuera ses débuts professionnels avec les Senators de Binghamton lors d'un match à domicile contre le Crunch de Syracuse, dirigé par Benoît Groulx. Le DG Pierre Dorion et son adjoint Randy Lee seront sur place pour l'occasion alors que le club négocie toujours un premier contrat professionnel pour le centre issu de Boston College, qui a accepté de signer un contrat d'essai amateur...

Les Senators pourraient avoir un autre nouveau joueur dans leur alignement, l'ancien des Patriotes de l'UQTR et des Voltigeurs de Drummondville Charles-David Beaudoin, un défenseur, ayant paraphé un contrat d'essai professionnel après avoir disputé cinq parties avec Tulsa de la ligue East Coast.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer