Stalberg gagne la confiance de Boucher

Viktor Stalberg revendique deux buts et une passe... (Archives, AFP)

Agrandir

Viktor Stalberg revendique deux buts et une passe en 11 matches avec les Sénateurs.

Archives, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Guy Boucher ne tarissait pas d'éloges envers Viktor Stalberg mardi soir après le gain de 3-2 de ses Sénateurs contre les Bruins à Boston.

«J'ai aimé voir aller un gars comme Stalberg. J'ai été obligé de le faire monter dans l'alignement. On pouvait voir qu'il a déjà été dans des matches à haute pression, dans des situations difficiles et que ça ne le dérangeait pas du tout. Il voulait être sur la glace dans ces moments-là et il a très bien géré ça. Il a été excellent pour nous. Il en va de même pour des gars comme (Tommy) Wingels, (Chris) Kelly, (Derick) Brassard, qui sont déjà allés loin dans les séries», a souligné l'entraîneur-chef des Sénateurs.

«Dans des moments où il y a de la pression, il faut se fier à des gars comme ça, qui ont de l'expérience», a-t-il ajouté.

La performance de Stalberg, l'attaquant suédois acquis des Hurricanes de la Caroline à la date limite pour les transactions, a amené Boucher à l'insérer sur un de ses deux premiers trios, aux côtés de Brassard et d'Alexandre Burrows, alors qu'il a relégué le jeune Ryan Dzingel à la quatrième ligne et qu'il l'a utilisé beaucoup moins.

Stalberg a deux buts et une passe en 11 parties depuis qu'il est arrivé dans la capitale, mais sa contribution va bien au-delà des points alors qu'il est tout simplement un joueur solide dans les deux sens. En troisième période contre Boston, il a bloqué un puissant tir à un moment donné et il a pris le chemin du vestiaire en rentrant au banc, mais il est revenu au jeu par la suite. 

«Il avait mal, mais il est revenu. Je l'aime beaucoup, c'est toute une acquisition. Lui, Wingels et Burrows, ce sont des gars qui ont déjà vécu de la pression. Ça nous aide beaucoup», a ajouté Boucher.

Dans un tel contexte où l'entraîneur fait confiance à des vétérans dans les situations corsées, on verrait donc bien mal comment un jeune de 20 ans issu des rangs collégiaux comme le premier choix Colin White pourrait se greffer à l'équipe si tard dans la saison. Mais ça, c'est une autre histoire vu que le club ne s'est toujours pas entendu pour un contrat avec l'ancien de Boston College, qu'il aimerait plutôt envoyer terminer la saison à Binghamton avec un simple contrat d'essai amateur, évitant ainsi de «brûler» une année de son contrat initital de trois ans.

Stalberg, pour sa part, estime s'être bien intégré à son nouveau club en l'espace d'un peu plus de trois semaines. «Je pense que ça va assez bien, la transition a été assez facile. C'est un gros changement par rapport à ce que je connaissais en Caroline avec la couverture médiatique. Mais pour ce qui est de rentrer dans le groupe, je connaissais plusieurs gars et je pense que ça s'est bien passé. Je dois encore travailler certaines choses sur la glace, mais ça devrait continuer à progresser», note l'attaquant qui a gagné une coupe Stanley avec Chicago en 2013.

Les Sénateurs en bref

Plaines LeBreton : un dossier qui avance

En entrevue à Sportsnet mercredi, le propriétaire des Sénateurs Eugene Melnyk a laissé entendre que les négociations avec la Commission de la capitale nationale pour finaliser l'entente qui permettrait à son groupe de développer les plaines LeBreton, incluant la construction d'un nouvel amphithéâtre pour accueillir son club, se poursuivent toujours. « Je n'ai pas trop le droit d'en parler en raison des ententes de confidentialité, mais j'espère que les négociations vont prendre fin d'ici la fin de l'année et qu'on pourra ensuite aller de l'avant pour obtenir les permis de construction (à la Ville d'Ottawa) et commencer la construction. On doit aller au centre-ville d'Ottawa. Pour nous, la location (de l'aréna) est très importante », a-t-il dit. Le nouveau président Tom Anselmi travaillerait en majorité sur ce dossier depuis son arrivée en poste. Melnyk a aussi déclaré que les problèmes d'assistance du club en début de saison étaient le résultat d'un « calendrier bizarre » en début de saison qui a été accepté erronément par « quelqu'un » dans son organisation qu'il n'a pas nommé.

Chances améliorées

Selon le site sportsclubstats.com, la victoire des Sénateurs mardi à Boston les a ni plus ni moins assurés d'une participation aux séries éliminatoires ce printemps. Ce site estime la probabilité d'une qualification au « détail » à 99,1 % pour la troupe de Guy Boucher, ses chances ayant augmenté de 2,3 % avec ce gain contre les Bruins. Le site, qui se base sur des simulations de saisons pour calculer les diverses probabilités, leur donne 68 % de chances de finir au deuxième rang de la division Atlantique et 1,1 % de chance de remporter la coupe Stanley.

Entre les lignes

Le gain de 4-1 des Sénateurs contre les Penguins le 12 janvier dernier leur a permis de freiner une série de quatre défaites contre Pittsburgh, qui a une fiche de 7-1-2 lors des 10 derniers duels entre les deux clubs...

Les Penguins se sont qualifiés pour les séries pour une 11e saison de suite avec leur gain de 3-1 à Buffalo mardi, ce qui est actuellement la deuxième plus longue séquence du genre dans la LNH derrière les 25 ans des Red Wings de Detroit, séquence qui devrait prendre fin ce printemps...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer