Pas de panique dans le vestiaire

Les Bruins pourchassent les Sénateurs au classement. «Ça... (Archives, Agence France-Presse)

Agrandir

Les Bruins pourchassent les Sénateurs au classement. «Ça devrait donner du bon hockey», prédit Dion Phaneuf.

Archives, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Boston) Un balayage presque complet aux mains des Canadiens de Montréal en fin de semaine n'a nullement découragé les Sénateurs d'Ottawa.

Au lendemain de leur quatrième défaite de suite, dont deux en prolongation ou tirs de barrage, leur entraîneur-chef Guy Boucher n'a pas commandé d'entraînement punitif à Boston, où ils sont débarqués tard dans la nuit de dimanche à lundi. Comme prévu, il leur a accordé une journée de repos, une autre, et n'a commandé que quelques réunions à l'hôtel, sauf pour les réservistes qui ont patiné et lancé sur le gardien substitut Mike Condon en matinée.

Pour le vétéran défenseur Dion Phaneuf, c'était la meilleure façon de faire.

« Là où on en est rendu dans le calendrier, il serait pas mal difficile d'aller sur la glace aujourd'hui. On va jouer un troisième match en quatre soirs, avec du voyagement en plus. Le coach a été très bon toute l'année avec le repos, il y croit beaucoup. Il a un horaire bien planifié, on connaît son plan et ces jours de repos sont bons pour nous. On trouve un moyen de se ré-énergiser. On s'en va dans un autre amphithéâtre où il y a beaucoup d'énergie, ça va encore être une atmosphère de séries alors qu'on affronte un club qui nous pourchasse. On sait où on est au classement, et on sait où ils sont. Ça devrait donner du bon hockey », a commenté Phaneuf lundi, à sa sortie d'une réunion sur l'heure du midi.

Cet amphithéâtre est le TD Garden de Boston, où ils affronteront les Bruins mardi soir dans un autre match qui pourrait décider de leur classement final dans la division Atlantique et/ou l'association Est.

Les Sénateurs ont un léger avantage alors que leurs adversaires étaient à Toronto lundi soir pour affronter les Maple Leafs. Ils les attendent donc dans leur ville, chose qui n'arrive pas très souvent au fil d'une saison. Avant cette partie, Ottawa avait quatre points d'avance sur les Bostonnais, qu'ils ont vaincus à leurs deux précédents duels cette saison, tous deux au Centre Canadian Tire.

« Il n'y a pas de panique dans ce vestiaire, on sait qu'on a un bon club. On semble toujours rebondir quand on connaît des temps difficiles. On regarde vers l'avant, on va chercher à revenir fort mardi à Boston, ces deux points sont importants pour se qualifier pour les séries. Ce serait bien de finir au premier rang, mais l'important est d'être des séries », a dit l'attaquant Tom Pyatt après le revers de 4-1 à Montréal dimanche où il a été l'unique compteur des siens.

Les Sénateurs n'ont connu qu'une autre séquence de quatre défaites consécutives cette saison, du 27 décembre au 7 janvier, alors qu'ils n'ont récolté qu'un point de classement (0-3-1).

« La force de notre club toute l'année a été de retrouver notre façon de jouer rapidement quand on s'en éloigne. On peut dire que c'est rebondir, ou tout autre terme que vous voulez utiliser. On trouve un moyen de revenir à la charge. Nous avons confiance en nous à ce point-ci de la saison, nous avons fait beaucoup de bonnes choses pour nous placer dans la position où nous sommes. On n'aime pas ce qui s'est passé en fin de semaine, mais ça arrive au fil d'une saison et ça s'adonne que ça arrive maintenant. Mais on a confiance et on va s'en sortir en revenant à notre structure de jeu », a assuré Phaneuf.

L'entraîneur-chef Guy Boucher n'a pas rencontré la presse lundi, mais il avait blagué après le match de dimanche que « demain est une nouvelle journée, on regarde en avant et on a des matches contre Boston puis Pittsburgh, toutes des parties faciles ».

Et après la visite des Penguins jeudi, les Sénateurs disputeront un troisième match en huit jours contre Montréal, faut-il le rappeler.

Pas d'entente avec White

Non, Colin White n'est pas débarqué en sauveur à l'hôtel des Sénateurs à Boston lundi. Le choix de première ronde en 2015 de l'équipe n'a toujours pas réussi à s'entendre avec le club pour un premier contrat professionnel. «On ne commente pas les négociations de contrat avec nos joueurs et lorsqu'on aura quelque chose à annoncer, on va l'annoncer», a déclaré le DG adjoint Randy Lee en entrevue à TSN1200 lundi. L'agent du centre de 20 ans qui a vu sa saison avec Boston College prendre fin samedi, Kent Hugues, n'a pour sa part pas donné suite à une demande d'entrevue du Droit. On présume que celui-ci exige que le contrat initial de White comme recrue entre en vigueur dès cette saison, ce qui lui permettrait d'en écouler la première des trois années, tandis que le club aimerait qu'il se contente de signer un contrat d'essai amateur pour aller terminer la campagne avec les Senators à Binghamton, son contrat de la LNH, qui doit obligatoirement être à deux sens, n'entrant en vigueur que la saison prochaine.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer