Stone et Hoffman toujours absents

Mark Stone ratera probablement le match de vendredi,... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Mark Stone ratera probablement le match de vendredi, mais il est heureux de ne pas avoir de commotion cérébrale: «Quand tu en as déjà eu une cette saison, tu n'en veux pas une autre», se console-t-il.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

RALEIGH - Les Sénateurs d'Ottawa risquent de devoir se débrouiller à nouveau sans leurs deux nouveaux grands blessés, Mark Stone et Mike Hoffman, lorsqu'ils rendront visite aux Hurricanes de la Caroline vendredi soir.

Les deux attaquants qui n'ont pas terminé le match de dimanche dernier contre les Jets de Winnipeg étaient tous deux de retour à l'entraînement avec leurs coéquipiers jeudi au PNC Arena de Raleigh, et s'ils disaient tous deux se sentir de mieux en mieux avec leurs blessures respectives, leur entraîneur-chef Guy Boucher n'était pas trop optimiste quant à leur disponibilité pour le premier match d'une série de trois en quatre jours qui amènera ensuite son club en Floride.

« C'est encourageant de les voir sur la glace, mais la réalité est que Hoff n'a même pas pu pratiquer sur le jeu de puissance. Il est très peu probable qu'il puisse jouer (vendredi). Pour Stone, on va attendre de voir demain, mais il pourrait avoir besoin de plus de temps. Il n'a pas dépensé trop d'énergie à l'entraînement, on voulait juste qu'il fasse un peu d'exercice. La réalité est qu'ils vont probablement tous deux être absents », a commenté Boucher après la pratique.

Blessé au cou lorsque frappé à la tête par Jacob Trouba dimanche dernier, Stone a laissé entendre qu'il ressent encore des raideurs en se levant. « C'est très raide quand je me lève, mais ça s'améliore plus la journée progresse », a indiqué Stone, qui a reçu une rondelle égarée sur son casque alors qu'il s'apprêtait à sauter sur la glace pour l'entraînement. « Ça s'améliore un peu chaque jour. Si je me sens mieux demain, on va voir. »

Le meilleur attaquant des Sénateurs avec ses 22 buts et 47 points n'avait rien à redire sur la suspension de deux parties imposée à Trouba.

« J'ai déjà été dans cette situation, ayant été suspendu pour un coup du même genre. Ça se passe tellement vite que tu ne veux pas trop passer de jugement. Il a eu deux matches de suspension, c'est le minimum pour les coups à la tête. C'est malheureux que la ligue ait dit que je n'étais pas blessé, mais au moins, il semble que je ne serai pas absent longtemps... C'est comme un torticolis, j'en avais eu un en début de saison en rentrant dans la bande d'une drôle de façon et j'avais raté un match », a indiqué Stone.

Celui-ci se réjouissait surtout de ne pas avoir de commotion cérébrale. Il en avait subi une au début du camp d'entraînement, ce qui l'avait ralenti en début de saison. « C'est toujours positif quand on ne te diagnostique pas de commotion. Je n'ai pas eu mal à la tête, aucun symptôme. Quand tu en as déjà eu une cette saison, tu n'en veux pas une autre. Je me sens bien, ma tête est correcte, c'est juste mon cou qui est affecté », a-t-il ajouté.

Hoffman guérit aussi

Quant à Hoffman, blessé à l'aine en première période de ce même match contre les Jets, il estimait que la blessure guérissait bien. « Ça progresse et c'est tout ce qu'on peut demander à ce moment-ci. Chaque jour est critique, plus tu te reposes, mieux c'est, donc demain, ça devrait aller encore mieux. J'ai senti un étirement en prenant une enjambée et je suis parti au vestiaire immédiatement. C'est certain qu'on ne veut pas que ça s'éternise », a noté l'auteur de 19 buts et 39 points.

En cas de besoin, les Sénateurs utiliseront à nouveau les services des deux joueurs rappelés de Binghamton pour compenser, Casey Bailey et Max McCormick.

Lazar doit lancer plus souvent, selon Boucher

Guy Boucher est d'accord avec son patron Pierre Dorion pour dire que Curtis Lazar a connu son meilleur match contre les Devils mardi, mais il en veut plus de sa part.

«Il a la possibilité de faire le même genre de travail que (Jean-Gabriel) Pageau fait maintenant. Il le sait et il a une bonne chance de bien faire avec le temps de glace qu'il obtient présentement. On lui a parlé cependant de lancer plus souvent au filet, il a un bon tir et il doit le laisser partir plus souvent», a dit l'entraîneur au sujet de l'attaquant qui n'a décoché aucun lancer à ses quatre derniers matches.

Le principal intéressé, lui, a aimé jouer près de 13 minutes. «En jouant plus, je sentais que mon jeu s'améliorait. Le défi maintenant est de bâtir là-dessus et de le faire un autre soir... Tout ce que je veux, c'est jouer. Quand je suis sur la glace, je peux oublier toutes les rumeurs, mon nom qui est partout sur les réseaux sociaux. Si je ne suis pas ici la semaine prochaine (après la date limite des échanges), ce sera un nouveau départ, mais j'aimerais rester ici et bâtir sur les deux saisons et demie passées avec cette équipe. Mais ce n'est pas dans mes mains, mon agent a eu une bonne conversation avec Pierre (Dorion). La prochaine semaine va être intéressante en tout cas», a-t-il noté.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer