Méthot fier de son plus-15

Guy Boucher n'hésite pas à utiliser le terme... (archives, Agence France-Presse)

Agrandir

Guy Boucher n'hésite pas à utiliser le terme «exceptionnel» quand il parle de la saison de Marc Méthot (3).

archives, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Marc Méthot était de retour lundi sur une patinoire qu'il a bien connue en grandissant, mais qui est maintenant méconnaissable, l'aréna Potvin du secteur Gloucester ayant été amalgamé au nouveau Richcraft Sensplex avec ses quatre glaces.

L'occasion d'un entraînement dans la communauté, devant environ 400 écoliers du secteur, était bien choisie pour parler au défenseur franco-ontarien originaire du sud d'Ottawa de parler de son excellente campagne 2016-2017, illustrée particulièrement par son différentiel de plus-15.

Cette statistique n'est pas toujours révélatrice de la qualité du jeu d'un joueur en particulier, celui-ci pouvant se retrouver sur la glace sans avoir eu un quelconque impact sur un but marqué par son club ou alloué par celui-ci. Mais dans le cas de Méthot, ça montre quand même qu'il s'est avéré un excellent partenaire pour Erik Karlsson sur la première paire.

« J'ai été moins-2 l'autre soir (à Buffalo), c'est ça la game, certains soirs, tu ne seras pas parfait et ils vont capitaliser sur tes erreurs. Mais je suis fier de ça (son plus-15), c'est quand même une statistique qui n'est pas toujours constante, tu peux sauter sur la glace et ils comptent un but alors qu'il n'y a rien que tu peux faire. Mais après plus de la moitié de la saison, il y a quand même une petite histoire là. Sauf que ça peut changer très vite, comme on l'a vu l'autre soir.

L'arrière à caractère défensif, qui est toujours en quête d'un premier but cette saison (il a huit passes), ne sait pas trop comment expliquer qu'il a un tel différentiel alors que celui de Karlsson est de zéro.

«C'est différent pour lui. Il joue sur l'avantage numérique et si on alloue un but pendant ce temps-là, ça ne l'aide pas. Il est aussi sur la glace en fin de match quand on retire notre gardien si on cherche à combler un déficit. Alors pour lui, c'est plus difficile de garder un différentiel positif», estime-t-il.

Saison exceptionnelle

Quoi qu'il en soit, l'entraîneur-chef Guy Boucher pense qu'il n'y a pas de doute que Méthot connaît une grosse saison.

«Pour être franc, depuis le début de la saison, il est exceptionnel. Tout le monde me dit que c'est sa meilleure saison ici (à Ottawa). Je suis vraiment content et il faut qu'il continue comme ça parce qu'on en a vraiment besoin. Ce n'est pas juste le fait qu'il joue avec Erik, il n'est pas toujours avec lui. C'est juste qu'il est gros. Notre système l'aide, parce que quand tu gardes ça simple pour lui, il peut être très intense et utiliser sa vitesse, son jump et sa gap (NDLR: espace entre lui et les attaquants), ce qui est probablement sa grande force, pour forcer le jeu en zone adverse et en zone neutre», souligne Boucher.

Méthot confirme qu'il adore le système qui permet aux arrières de l'équipe de foncer à l'intérieur de la ligne bleue adverse pour enrayer les sorties de zone adverses.

«J'adore ça le nouveau système, j'aime le fait qu'on ait plus de support maintenant. Avoir le troisième attaquant qui se tient haut dans la zone, ça nous aide. On peut être plus agressif. Et en même temps, on a beaucoup amélioré les choses dans notre zone défensive. Ça aide mon jeu à moi ainsi qu'à des gars comme 'Boro' (Mark Borowiecki) et Dion (Phaneuf). Avec un meilleur appui, il y a moins de pression défensivement», note Méthot.

Soirée de sensibilisation pour la santé mentale

Les Sénateurs profiteront de la visite des Blues de St. Louis mardi soir au Centre Canadian Tire pour tenir leur soirée annuelle de sensibilisation Le Hockey en parle Bell pour la santé mentale.

Ils sont associés avec l'organisme Do It for Daron (DIFD) pour une septième année de suite dans « un effort pour inspirer les conversations et éduquer les partisans sur la santé mentale des jeunes », spécifie le club dans un communiqué, tout en recueillant des fonds pour le « Projet BRiDGES » du Bureau des services à la jeunesse.

Celui-ci a été créé pour répondre à un nombre grandissant de jeunes et de familles qui ont besoin d'un accès aux services de crise de santé mentale au cours des nombreuses dernières années.

Les conjointes des joueurs de l'équipe participeront à l'événement en vendant des bracelets, des tuques et des mitaines pour recueillir des fonds, et les amateurs pourront également faire une contribution en textant DIFD à 45 678 pour faire un don de 5 $.

Chlapik à l'honneur

L'espoir des Sénateurs Filip Chlapik continue à s'imposer cette saison dans la LHJMQ, qui lui a décerné lundi son titre de première étoile de la dernière semaine. L'attaquant des Islanders de Charlottetown a récolté 12 points, dont neuf passes, en quatre parties au cours de la période visée, où il a aussi présenté un différentiel de plus-7.

Vendredi, il a récolté son deuxième tour du chapeau de la campagne dans un gain de 13-2 contre Moncton. Chlapik a devancé Vitali Abramov, des Olympiques de Gatineau, pour le titre. Il est maintenant le septième meilleur compteur du circuit Courteau avec ses 71 points, dont 28 buts, en seulement 40 parties.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer