Les Sénateurs ajoutent de la profondeur à l'attaque

Tommy Wingels... (Archives, Associated Press)

Agrandir

Tommy Wingels

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pas facile, ces jours-ci, de compléter une transaction dans la Ligue nationale de hockey.

Pierre Dorion semblait plutôt fier de son coup, mardi après-midi, après avoir conclu son dernier coup. Il s'agit pourtant d'un truc relativement mineur. Il a fait l'acquisition d'un plombier des Sharks de San Jose, Tommy Wingels. En retour, il a cédé deux attaquants des ligues mineures, Buddy Robinson et Zack Stortini. Il s'est également défait de son choix de septième ronde au prochain repêchage amateur.

« J'ai l'impression d'avoir passé les deux derniers mois au téléphone, à la recherche d'un joueur capable d'ajouter de la profondeur à notre attaque », s'exclame le directeur général des Sénateurs.

« En ce moment, il n'est pas simple de transiger. C'est sans doute pourquoi les transactions sont si rares. Il m'a fallu travailler très fort pour conclure celle-là. »

Wingels, un Américain de 28 ans, a passé toute sa carrière, jusqu'ici, dans l'organisation des Sharks. Il a disputé 337 matches avec eux au cours des sept dernières saisons.

Il a déjà démontré de belles aptitudes à l'attaque. Il a connu deux saisons consécutives de plus de 15 buts, entre 2013 et 2015.

Sa production a toutefois chuté. Il était utilisé de façon sporadique par ses entraîneurs depuis quelque temps.

« Les choses évoluent. De jeunes joueurs poussent, ils tentent de se faire une place. Ça peut nous mener à prendre de grandes décisions », a simplement commenté le DG des Sharks, Doug Wilson, dans un communiqué.

Wingels touche un salaire légèrement supérieur à 1,7 million $ US cette saison. Pour conclure le marché, Wilson était prêt à retenir environ 30 % de cette somme sur sa propre masse salariale.

« Aujourd'hui, j'ai l'impression d'avoir fait l'acquisition d'un vrai bon joueur d'expérience. Il a quand même fait partie d'une équipe qui s'est rendue finale le printemps dernier. Tommy peut nous aider en désavantage numérique. Il possède une bonne vitesse. Il est tenace. Il s'implique dans l'échec-avant », résume Dorion.

« Il peut certainement nous aider à l'attaque. J'aime sa façon de foncer vers le filet adverse. Durant sa carrière, il a marqué la plupart de ses buts en fonçant de manière agressive vers le filet. Mais nous croyons qu'il va d'abord nous aider avec ses habitudes de travail et avec sa détermination. »

En somme, celui qui portera le numéro 57 à Ottawa devrait être un bon soldat dans le quatrième trio.

Boucher responsable

Les Sénateurs ont justement des problèmes avec leur quatrième trio, ces jours-ci. Guy Boucher en parlait ce week-end. Il en a rajouté une couche mardi matin.

« J'aime notre chimie. Notre jeu de puissance fonctionne bien. Enfin ! Mais je dois reconnaître que nous devons travailler sur notre profondeur ces temps-ci », a-t-il avoué durant sa conférence de presse d'avant-match.

« Je n'ai pas nécessairement besoin qu'on me donne de nouveaux joueurs, intervient-il rapidement. La complicité, c'est quelque chose qui se cultive. On peut créer de la profondeur, dans une équipe de hockey, en trouvant les combinaisons qui fonctionnent. En tant qu'entraîneur, j'ai la responsabilité de trouver les combinaisons qui fonctionnent. C'est ce que j'essaie de faire. Je mélange les ingrédients, à la recherche de ce qui va finir par fonctionner. »

On saura dans les prochaines heures comment Boucher compte utiliser son nouveau joueur.

Wingels a passé la soirée de mardi à voyager. Il devrait prendre part à sa première séance d'entraînement avec les Sénateurs, mercredi.

Il est ailier. Il lance de la droite, mais on dit de lui qu'il peut évoluer sur les deux flancs.

Boucher pourrait choisir de laisser le jeune Curtis Lazar, qui éprouve un début de saison difficile.

Les deux vétérans qui évoluent à ses côtés, Chris Kelly et Chris Neil, ne se sont pas davantage signalés dernièrement.

« Ça ne clique pas entre ces trois-là. Match après match, ça ne clique pas. »

La grippe frappe encore !

Mike Hoffman... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit) - image 3.0

Agrandir

Mike Hoffman

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Le coriace virus qui s'est attaqué au vestiaire des Sénateurs a fait une autre victime.

Malade, Mike Hoffman n'a pas été capable de s'entraîner avec ses coéquipiers, mardi matin. Les dirigeants des Sénateurs ont rapidement indiqué que leur plus dangereux buteur représentait un cas douteux pour le match en soirée. Ils ont donc rappelé Casey Bailey de Binghamton, par mesure préventive.

« Nous ne pouvons pas utiliser la grippe pour motiver des contre-performances, parce que nous venons de récolter sept points sur une possibilité de huit en affrontant des équipes de fort calibre, intervient Boucher. Si c'est l'effet que le virus a sur nous, j'aimerais que l'on continue à le combattre jusqu'à la fin de l'année ! » Un autre malade, Mark Borowiecki a raté un quatrième match d'affilée.

Heureux pour Zack Smith

Zack Smith... (Archives, La Presse canadienne) - image 5.0

Agrandir

Zack Smith

Archives, La Presse canadienne

Zack Smith a été victime de quelques railleries, mardi matin, quand les journalistes se sont précipités vers lui dans le vestiaire. Le robuste attaquant vient de signer un nouveau contrat d'une valeur de 13 millions $ US et tous ses coéquipiers semblent bien contents pour lui. Personne, toutefois, ne semble aussi heureux que Boucher. « Je suis tellement content ! Zack a des qualités assez rares. D'abord, il est capable de jouer avec nos joueurs les plus talentueux. Il est capable de compléter leurs jeux. Il a suffisamment de vitesse pour les suivre. Il est aussi robuste, il est capable d'utiliser cette facette de son jeu dans toutes les situations. Nous l'utilisons en double dans les désavantages numériques. Il gagne de grosses mises en jeu tout en jouant à l'aile. Bref, il est partout », résume l'entraîneur-chef.

Ovechkin le passeur

Les bonnes équipes n'ont pas d'histoires, dit le vieil adage. Deux heures avant le match, les journalistes de Washington étaient à la recherche de nouvelles questions à poser à l'entraîneur des Caps, Barry Trotz.

Durant le point de presse d'avant-match, il a été brièvement question des talents de passeur d'Alexander Ovechkin.

« Les gens ont tendance à croire qu'il n'est qu'un franc-tireur. À mon arrivée, je me suis tout de suite rendu compte qu'il était aussi capable de passer », a répondu le coach. Le capitaine des Caps a effectivement récolté une mention d'aide, de manière spectaculaire, dans le match de lundi, contre les Hurricanes de la Caroline. Il n'a quand même pas franchi le plateau des 30 passes payantes une seule fois depuis 2011. « Il demeure quand même un passeur sous-estimé », croit Trotz.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer