Condon fait taire le canon

Mike Condon a fait un travail impeccable devant... (Agence France-Presse)

Agrandir

Mike Condon a fait un travail impeccable devant la cage des buts des Sénateurs jeudi soir face aux Blue Jackets, bloquant chacune des 42 rondelles dirigées vers lui.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Columbus) Marc Méthot a dit en matinée que son objectif était de ne pas entendre le bruyant canon que les Blue Jackets de Columbus font retentir après chacun de leurs buts.

C'est mission accomplie pour le défenseur des Sénateurs d'Ottawa et surtout le gardien Mike Condon, qui a effectué 42 arrêts pour blanchir l'équipe qui occupait le premier rang du classement général dans la LNH avant le match au compte de 2-0 jeudi soir au Nationwide Arena.

Condon méritait ainsi sa 12e victoire de la saison, égalant la récolte du gardien numéro un absent, Craig Anderson. Il a aussi autant de jeux blancs, trois, que lui.

« C'est drôle, les arénas font toujours des tests avec leur buzzer et tu te dis dans ta tête, pas ce soir. Je l'ai entendu pendant qu'on se réchauffait avant le match et je me suis dit que je ne voulais pas entendre ce son ce soir. C'est bien de ne pas l'avoir entendu. Les gars ont joué un match extraordinaire devant moi, faisant tout ce qu'ils devaient faire, bloquant des tirs et tout », a raconté Condon après le match.

Deux de suite

Kyle Turris déjoue Sergeï Bobrovsky... (Associated Press) - image 3.0

Agrandir

Kyle Turris déjoue Sergeï Bobrovsky

Associated Press

Des buts de Kyle Turris et Ryan Dzingel, lors de la 17e minute du premier et du deuxième engagement, ont lancé les Sénateurs sur la voie de ce deuxième gain de suite au cours de ce voyage qui se terminera samedi soir à Toronto. Ils avaient auparavant défait les Blues de St. Louis 6-4 mardi soir.

Turris a pu s'échapper grâce à une superbe passe de ligne bleue à ligne bleue d'Erik Karlsson, qui récoltait ainsi sa 30e passe de la saison. Le centre des Sénateurs a déjoué le gardien Sergeï Bobrovsky en allant sur son revers pour son 16e de la campagne, un sommet au sein de son équipe.

« Bob », comme est surnommé le cerbère des Jackets, a gardé son club dans le match au début du deuxième tiers en arrêtant Zack Smith sur une échappée où il a été accroché, puis quand Jean-Gabriel Pageau a obtenu une glorieuse chance de l'enclave. Mais il n'a rien pu faire quand Dzingel a fait dévier un tir/passe de Chris Wideman peu après la fin d'un jeu de puissance.

Pour Dzingel, un ancien des Buckeyes de Ohio State (université basée à Columbus), il s'agissait d'un premier but en neuf parties. Il a bien failli en ajouter un deuxième à sa présence suivante, mais Bobrovsky l'a volé de la mitaine.

Condon s'est chargé du reste, même s'il a failli se compliquer la vie en écopant d'une punition pour avoir retardé la partie en lançant la rondelle dans les gradins pour donner un avantage numérique de deux hommes aux Jackets pendant 61 secondes.

« On se sentait mal, mais les gars sur le banc se sont levés et ils se sont dits qu'il fallait écouler cette punition vu que Condo avait si bien joué. Et c'est ce qu'ils ont fait. On savait qu'on avait besoin d'un effort d'équipe pour gagner ce match contre un club qui joue en équipe tout le temps. Dans les 12 dernières minutes, il a fait de gros arrêts. »

Il a aussi joué un peu de chance tout de suite après sa punition alors que Seth Jones a frappé un poteau de plein fouet et que le retour est allé sous le gardien. « J'ai gaffé en voulant donner un break aux gars et en dégageant, je n'ai pas bien tourné mes poignets. J'espère n'avoir atteint personne dans les gradins. Le poteau, c'est un coup de chance, j'ai senti la rondelle dans mes jambières et j'ai juste serré le plus fort possible. Quand ça va bien, ces choses-là arrivent », a ajouté Condon.

Les Sénateurs (24-15-4) ont amélioré leur fiche quand ils comptent le premier but d'un match à 15-3-1, alors que celle quand ils mènent après deux périodes est un excellent 15-1-0. Ils n'ont jamais eu de complexe contre les Blue Jackets, ayant un dossier de 12-5-2-2 contre eux, avec six gains lors de leurs huit derniers duels.

Pour les Blues Jackets (30-10-4), il s'agissait d'un cinquième revers en huit parties depuis que leur séquence de 16 victoires d'affilée a pris fin.

Impossible de ralentir Dzingel

Ryan Dzingel... (Associated Press) - image 5.0

Agrandir

Ryan Dzingel

Associated Press

Un virus a circulé dans le vestiaire des Sénateurs jeudi et Ryan Dzingel était un des joueurs les plus affectés, nonobstant Mark Borowiecki qui a raté le match.

L'attaquant recrue des Sénateurs n'allait cependant pas rater le rendez-vous dans une ville où il a joué son hockey universitaire pour Ohio State.

« J'avais beaucoup d'amis et de la parenté qui était ici pour ce match. Il n'était pas question que je ne joue pas parce que j'étais malade. Plus le match avançait et mieux je me sentais », a-t-il raconté après le match où il a réussi le but d'assurance, son premier en neuf matches.

« Ça fait du bien de marquer parce que récemment, j'obtenais tant de chances de compter en jouant avec Kyle (Turris) et Bobby (Ryan) », a-t-il ajouté, lui qui a passé bien près d'en ajouter un deuxième tout de suite après sauf que Sergeï Bobrovsky l'a volé de la mitaine.

Passe magistrale

Erik Karlsson... (Associated Press) - image 7.0

Agrandir

Erik Karlsson

Associated Press

Le premier but a été réussi sur une passe magistrale d'Erik Karlsson à Turris. « Je l'ai taquiné en lui disant qu'il était temps qu'il me fasse une passe sur la palette. Non, sérieusement, c'était une superbe passe », a lancé Turris.

Karlsson a trouvé que son club a joué un fort match. « Ils ont un bon club et ils ont obtenu leurs chances, mais on a résisté. (Mike) Condon a fait les gros arrêts et notre désavantage numérique a excellé. On s'est bien battu même si plusieurs gars ne se sentaient pas trop bien. On a bien géré la situation, on s'est fié à notre système même si nos jambes n'étaient pas là », a noté le capitaine.

« J'ai beaucoup de respect pour nos joueurs, on a plusieurs gars qui étaient malades et qui ont joué quand même », a dit Guy Boucher.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer