Brad Shaw voulait revenir à Ottawa

Brad Shaw était un des entraîneurs d'Équipe Europe,... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

Brad Shaw était un des entraîneurs d'Équipe Europe, l'automne dernier à la Coupe du monde.

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

COLUMBUS - Guy Boucher a obtenu le poste d'entraîneur-chef des Sénateurs le printemps dernier et on sait que Bruce Boudreau a été un autre candidat sérieux au poste, avant d'accepter plutôt l'offre du Wild du Minnesota.

Parmi les nombreux autres entraîneurs qui ont obtenu des entrevues avec le nouveau directeur général Pierre Dorion, il y avait aussi l'ancien Sénateur Brad Shaw, qui était alors le bras droit de Ken Hitchcock avec les Blues de St. Louis, et qui est maintenant l'adjoint principal de John Tortorella avec les Blue Jackets.

« Ça s'est avéré une bonne expérience, c'était ma seule entrevue pour un poste d'entraîneur-chef. C'était un bon processus à vivre, d'avoir la chance de parler de hockey et d'expliquer ta vision du jeu ainsi que comment tu guiderais une équipe vers l'endroit où elle veut aller. Ce fut une bonne expérience et tout ce que j'ai appris ce jour-là devrait me servir pour la prochaine fois, si je suis assez chanceux d'en obtenir une autre », a confié Shaw.

Entraîneur par intérim des Islanders de New York à la fin de 2005-2006, en relève à Steve Stirling (maintenant entraîneur adjoint avec le club-école des Sénateurs à Binghamton), Shaw avait averti les Blues de St. Louis à la fin de la dernière saison qu'il quitterait pour explorer d'autres opportunités, après 10 saisons à travailler pour eux.

« En regardant en arrière, j'aurais probablement dû quitter St. Louis deux ans plus tôt. C'est difficile de quitter une bonne situation, quand l'équipe gagne beaucoup de matches. Une fois que j'ai pris la décision, je sentais que c'était trop tard. Mais je suis heureux d'avoir abouti ici », a-t-il indiqué.

« J'avais eu une entrevue avec "Torts" (Tortorella) il y a 11 ans pour aller à Tampa Bay, mais ça n'avait pas fonctionné pour des questions de budget. À l'époque, il avait une personnalité un peu plus volatile, à ce qu'on me dit. J'aime à quel point il est direct, il n'y a pas de programme secret avec lui. Il n'y a pas de zone grise, c'est blanc ou noir, ce que j'aime beaucoup comme scénario », a-t-il poursuivi.

Tortorella donne du crédit à Shaw pour les succès de son club en défensive, alors qu'il dit que c'est « la position la plus difficile à jouer, pas la plus importante parce que c'est celle de gardien ». Sa brigade compte quelques excellents jeunes en Seth Jones, Jack Johnson et Zach Werenski, en plus du Québécois David Savard, septième dans toute la LNH avec un différentiel de plus-21.

« Obtenir un entraîneur d'expérience pour la ligne bleue, le timing était parfait. Il est un entraîneur très cérébral, intellectuel. Il comprend les petites choses, le positionnement nécessaire pour avoir du succès », a souligné Tortorella.

L'ancien défenseur des 67's d'Ottawa, faut-il le rappeler, est un membre de l'édition originale des Sénateurs en 1992-1993, ainsi que de la suivante (il a aussi joué deux parties en 1994-1995). Il pourrait être invité à disputer un match d'anciens si jamais il y a un match en plein air.

« Ce serait amusant si je pouvais être là, mais c'est impossible de planifier pour ça. Quelqu'un m'a demandé aujourd'hui si j'avais joué pour cette équipe (les Sénateurs) et j'ai répondu que oui, mais nous n'étions pas très bons. Nous avions gagné 10 parties, dont une seule sur la route. J'ai quand même de bons souvenirs de cette longue saison, on savait que nous étions les agneaux sacrifiés pour jeter les bases de cette équipe. Je viens juste de vendre ma maison à Ottawa après 25 ans d'ailleurs », a-t-il raconté.

Et de 20 pour Condon

Le gardien Mike Condon... (PATRICK WOODBURY, Archives Le Droit) - image 3.0

Agrandir

Le gardien Mike Condon

PATRICK WOODBURY, Archives Le Droit

La pratique de Mike Condon au Nationwide Arena mercredi a pris fin de façon un peu prématurée quand Erik Karlsson l'a atteint dans les bijoux de famille.

Il n'est quand même pas question pour lui de céder sa place à Chris Driedger pour le match de jeudi soir, a confirmé Guy Boucher, qui demandera au gardien américain de participer à un 20e match consécutif.

« Erik avait lancé haut auparavant, et là, il voulait lancer plus bas. Ce n'était pas assez bas, a blagué Condon. Je vais être correct. J'aime l'idée de demeurer dans le filet et ne pas avoir à regarder dans le rétroviseur. » Condon n'a pas été à son meilleur dans le gain de 6-4 à St. Louis, redonnant espoir aux Blues en ratant un tir qui a fait 3-2 en fin de deuxième période.

Nicholle Anderson prend du mieux

Toujours au sujet des gardiens des Sénateurs, l'épouse de Craig Anderson, Nicholle, a publié une mise à jour de son état de santé cette semaine sur son blogue, écrivant qu'elle a eu sa dernière session de chimiothérapie au début de la semaine alors qu'elle devrait en avoir une dernière de radiation jeudi dans un hôpital de New York.

« Je chante I'm coming home, I'm coming home, tell the world I'm coming home. J'ai hâte de revenir au Canada et de retrouver une vie plus normale », a-t-elle écrit. Il ne serait donc pas trop surprenant de voir Anderson revenir dans le giron du club la semaine prochaine. 

Jeu de puissance amélioré

L'attaque à cinq des Sénateurs connaît une bonne séquence, avec quatre buts en neuf chances lors des quatre derniers matches, après avoir été blanchie à ses 14 occasions précédentes.

Guy Boucher attribue cette amélioration à une meilleure production de la deuxième unité, où on retrouve Derick Brassard, Bobby Ryan, Zack Smith, Ryan Dzingel et Chris Wideman.

« Pour être dans le top-10 en avantage numérique, ça te prend deux unités et on est en train d'en développer une deuxième. La première est excellente depuis le début décembre, à part pour la récente période où elle en a arraché », a indiqué Boucher mercredi, à la veille d'un affrontement contre des Blue Jackets qui sont premiers (25,2 %) à ce chapitre dans la LNH. Ottawa est 17e à 17,6 %.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer