Les Penguins déplumés

L'avantage numérique a fourni deux buts jeudi soir... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

L'avantage numérique a fourni deux buts jeudi soir et Mike Condon s'est chargé du reste.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Sénateurs d'Ottawa ont finalement réussi à dompter une de leurs bêtes noires jeudi soir au Centre Canadian Tire.

Devant 17 769 amateurs à Kanata, ils ont pris la mesure des Penguins de Pittsburgh 4-1 pour mettre fin à une séquence de séquence de quatre défaites consécutives contre eux.

Avant ce match, les Sénateurs avaient une fiche de 4-11-3 depuis janvier 2013 (incluant un affrontement en séries éliminatoires) contre la bande de Sidney Crosby, blanchi pour l'occasion même s'il a obtenu quelques bonnes chances de marquer.

Les visiteurs avaient une bonne excuse pour cette première série de deux revers de suite en temps réglementaire depuis le mois de décembre 2015, étant arrivés dans la capitale vers 3 h du matin dans la nuit de mercredi à jeudi après leur revers de 5-2 à Washington.

Il reste quand même que les locaux ne leur ont pas vraiment donné de chance de trouver leurs jambes, et que leur gardien Mike Condon a été solide avec 29 arrêts devant sa cage.

« Le début de match est toujours la clé contre un club qui joué la veille. Marquer en partant a été bon pour le momentum, mais nous avons été solides pour le reste du match », a souligné Condon, qui a sorti la mitaine contre Crosby en troisième période pour son arrêt le plus spectaculaire.

L'attaque à cinq d'Ottawa a donné le ton au match en comptant deux buts sur deux tirs aux deux premières occasions où elle a pu être déployée. Bobby Ryan a d'abord ouvert le pointage avec un tir sur réception à la sixième minute, puis Mike Hoffman a habilement redirigé la passe d'Erik Karlsson moins de quatre minutes plus tard.

Karlsson a été à l'origine du troisième but des siens au milieu du deuxième tiers, Tom Pyatt redirigeant son tir à travers le gardien Matt Murray, qui revenait au jeu après une absence de deux semaines en raison d'une blessure.

C'était 3-0 et les Sénateurs semblaient en parfait contrôle de la rencontre avec quelques arrêts importants du gardien Mike Condon, dont un superbe de la jambière aux dépens de Nick Bonino avec sa jambière placée sur la ligne des buts.

Avec 6,4 secondes à faire dans la période médiane, Conor Sheary a cependant redonné espoir aux visiteurs quand il a fait dévier un tir d'Evgeny Malkin derrière Condon. Mark Stone a cependant coupé court à ces espoirs de remontée en faisant dévier la superbe passe de Derick Brassard, sa deuxième de la rencontre.

« Le but qu'ils ont compté n'a rien changé à ce qu'on devait faire. C'était une bataille mentale à ce moment-là, c'est un choix : tu as soit peur de perdre, ou tu es affamé pour la victoire. On a fait ce choix entre la deuxième et la troisième, on est sortis forts, nous n'avons pas été passifs et on a obtenu un but de plus grâce à cette attitude », a souligné l'entraîneur-chef Guy Boucher.

Son homologue Mike Sullivan s'est fait expulser du match en fin de rencontre pour avoir trop protesté une décision d'un officiel. 

« J'ai été un peu surpris, mais ça va rester entre les arbitres et moi... Nous devons être meilleurs pour écouler les punitions ce soir. En tant que groupe, et ça commence avec moi, il faut être plus disciplinés », a dit Sullivan.

Son club a été blanchi en trois avantages numériques également alors que Jean-Gabriel Pageau et Zack Smith, qui a frappé deux poteaux, ont particulièrement excellé dans cette phase du jeu.

Les Sénateurs essaieront maintenant de coller une troisième victoire de suite samedi soir en recevant leurs rivaux régénérés de la Bataille de l'Ontario, les Maple Leafs de Toronto.

Un but qui ne soulage pas Ryan

Bobby Ryan a marqué son premier but en six... (Etienne Ranger, Le Droit) - image 3.0

Agrandir

Bobby Ryan a marqué son premier but en six matches.

Etienne Ranger, Le Droit

Alors Bobby Ryan, soulagé d'avoir compté un but après les événements du dernier week-end ?

« Non », a sèchement répliqué l'attaquant des Sénateurs qui avait été retranché de l'alignement samedi dernier contre Washington, pour des questions de discipline si on se fie aux rumeurs courant au CCT, alors que la version officielle parlait d'un « problème personnel complexe ».

« Je n'ai pas été à cet endroit sur la glace (au haut du cercle de mises au jeu) beaucoup cette année, je suis surtout placé devant le filet, ce qui est OK, a-t-il pris le soin de préciser. J'ai réussi à trouver un peu d'espace et "Wides" (Chris Wideman) a mis la rondelle sur un tee pour moi. J'ai été un peu chanceux parce qu'il (le gardien Matt Murray) s'est déplacé à travers son filet, mais je vais le prendre. »

Ce but, son premier en six matches, portait la récolte de Ryan dans l'uniforme des Sénateurs à 173 points, ce qui l'a fait passer devant Alexandre Daigle au 19e rang de l'histoire du club.

Auteur de deux passes dans ce match, le capitaine Erik Karlsson a apprécié le travail de son club. « On a pris les devants et on s'en est tenu à notre plan de match par la suite. Le jeu de puissance a marché, ça va et ça vient habituellement et on va espérer bâtir là-dessus », a-t-il.

« Limités au minimum »

Avec Marc Méthot, Karlsson a été utilisé pour tenter de neutraliser la ligne de Sidney Crosby, comme il l'avait fait dimanche contre Connor McDavid, des Oilers. « Je suis content de ne pas les affronter tout le temps. Quand on est à la maison, on peut matcher comme on le veut et il faut jouer comme ça contre de bons clubs avec d'excellents joueurs. Ils ont obtenu leurs chances de compter, mais on les a limités au minimum », a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer