Un Hoffman plus fiable

Mike Hoffman affirme que peu importe sur quelle... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit)

Agrandir

Mike Hoffman affirme que peu importe sur quelle ligne il est appelé à jouer, il est satisfait.

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a un peu plus d'un an, en décembre 2015, Mike Hoffman avait été muté temporairement du premier au quatrième trio à la faveur du défenseur Mark Borowiecki en raison de ses carences en défensive.

Les choses ont bien changé pour l'attaquant des Sénateurs d'Ottawa alors que contrairement à son prédécesseur Dave Cameron, Guy Boucher lui fait de plus en plus confiance dans les situations corsées.

Le match de dimanche contre les Oilers d'Edmonton en est un bon exemple, alors que Hoffman a été muté à la gauche de Jean-Gabriel Pageau et Tom Pyatt sur le trio chargé pendant la majorité du match d'affronter la ligne du meilleur compteur de la LNH, Connor McDavid. Ce dernier a bien obtenu deux passes dans le gain de 5-3 des Sénateurs, mais c'était lors d'occasions où il s'est retrouvé sur la glace contre les lignes de Kyle Turris et Derick Brassard, respectivement.

Hoffman était aussi sur la patinoire en fin de rencontre pour protéger une avance d'un but et c'est ainsi qu'il a obtenu une passe sur le but dans un filet désert de Turris qui scellait l'issue de la rencontre, étant employé à ses côtés à la place de Bobby Ryan tandis que Chris Kelly le remplaçait en fin de rencontre avec Pageau et Pyatt.

« Oh que oui », a rétorqué l'entraîneur-chef des Sénateurs quand il s'est fait demander par Le Droit si Hoffman s'était amélioré en défensive.

« Ça ne date pas du dernier match, ça remonte à environ 15 parties. Il va dans la bonne direction à ce niveau. Il est un joueur offensif donc parfois, il va revenir à ses tendances. C'est pourquoi en fin de troisième, après une couple de revirements, des passes vers l'arrière qui auraient pu être coûteuses contre un McDavid avec une avance d'un but, je l'ai remis dans une situation où son esprit était au bon endroit. Mais j'ai adoré sa ligne pendant la majorité du match, il y a eu un repli où il a rattrapé McDavid en zone neutre, et on parle probablement du joueur le plus rapide de la ligue. C'est impressionnant et ça illustre qu'il est prêt à bien jouer en défensive et payer le prix. Il est un bien meilleur joueur défensif qu'au début de l'année », a ajouté Boucher.

Ce dernier a indiqué qu'il trouve que son club est mieux équilibré avec un joueur comme Hoffman sur un troisième trio - même s'il n'aime pas chiffrer ses lignes de cette façon - puisqu'il a l'occasion d'affronter des défenseurs de moins bonne qualité, notamment.

Pas d'objection

Le principal intéressé, lui, ne s'objecte pas à cette dernière mutation qui l'écarte du « top 6 » du club, lui qui se débrouillait pourtant bien aux côtés de Derick Brassard et Mark Stone.

« Peu importe sur quelle ligne ils (les entraîneurs) me demandent de jouer, je suis heureux de le faire. On dirait que ça cadre un peu mieux avec notre équipe de s'aligner de cette façon, ce qui est excellent. Ça ne me dérange vraiment pas de jouer avec ces gars-là (Pageau et Pyatt). On joue contre les meilleurs trios adverses et c'est facile pour l'entraîneur de décider qui envoyer sur la glace contre eux vu que ça va bien », a noté Hoffman, qui a commencé à jouer avec eux à son retour d'une suspension de deux parties en décembre, vu que Zack Smith a bien complété le duo de Brassard et Stone.

« Je ne change pas ma façon de jouer, j'essaie toujours de faire des jeux et utiliser ma vitesse. Mon approche ne change pas, à part de m'ajuster à leurs tendances qui peuvent être différentes de celles de Stone ou 'Brass' (Brassard). C'est peut-être juste un peu plus simple... Mais c'est bon pour la confiance d'avoir un entraîneur qui compte sur toi, qui croit en toi. C'est bon pour l'équipe », a ajouté Hoffman.

Celui-ci a aussi marqué son 11e but de la saison en avantage numérique contre les Oilers..

La suite mais pas la fin

Bobby Ryan... (Patrick Woodbury, Archives Le Droit) - image 3.0

Agrandir

Bobby Ryan

Patrick Woodbury, Archives Le Droit

La petite tempête déclenchée par le retranchement de Bobby Ryan samedi dernier s'est résorbée un peu lundi, même si les raisons nébuleuses évoquées par l'attaquant américain et son entraîneur Guy Boucher causent énormément de spéculation.

Dans ses seuls commentaires à ce sujet, Ryan a dit dimanche être sur la même longueur d'onde que son patron, affirmant qu'il s'agissait d'une question « complexe » qui a été réglée « à l'interne ».

Boucher a laissé entendre lundi, en réponse à la seule question qui lui a été posée par Le Droit à ce sujet, qu'il n'avait pas eu vent des déclarations de son décevant attaquant, qui arrive à la mi-saison avec une maigre récolte de 7 buts et 14 points.

« Je ne l'ai pas écouté. Je suis certain qu'il a bien géré ça. On garde les choses à l'interne pour des raisons personnelles. Quand il y a des raisons claires et directes, j'ai été très ouvert depuis le début de l'année. Quand c'est personnel, je suis très respectueux par rapport à ça », a-t-il lancé.

Terrain glissant

Les Sénateurs se sont contentés d'un entraînement hors glace lundi après avoir joué deux parties en 24 heures. Seuls quelques joueurs ont été mis à la disposition des médias, et ceux qui ont été invités à se lancer sur ce terrain glissant ont bien évité les pelures de banane.

« Au courant d'une saison, il y a tellement d'occasions où des joueurs rentrent et sortent de l'alignement, à cause de blessures, de rappels, de suspensions ou quoi que ce soit. Tout le monde ici est professionnel et quand ça arrive, quelqu'un d'autre a une chance de faire le travail», a noté Mike Hoffman.

Le Gatinois Derick Brassard était d'accord : « Rien ne change pour nous. Pendant une saison, il va y avoir des blessures et bien d'autres choses qui vont arriver, comme la situation de Craig Anderson cette année... Si vous en parlez à l'entraîneur, il va toujours dire qu'il veut y aller avec les gars qui sont capables de jouer. Comme joueurs, on pense de la même façon, on joue avec les gars qui sont là et sont prêts à aller à la guerre chaque soir », a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer