Alfie entre dans la légende

«Ottawa, c'est chez moi. (...) J'ai passé presque... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

«Ottawa, c'est chez moi. (...) J'ai passé presque tous les grands moments de ma vie dans cette ville. Je vous remercie», a déclaré Daniel Alfredsson.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Il s'agit sans l'ombre d'un doute du plus grand honneur que j'ai reçu dans ma vie. Je suis incroyablement fier de voir mon numéro retiré, ici, à Ottawa. Je ferai partie de la famille des Sénateurs pour toujours.»

Daniel Alfredsson est demeuré maître de ses émotions, jeudi, durant la longue cérémonie au terme de laquelle son numéro 11 a été hissé au plafond du Centre Canadian Tire.

Il a pourtant vécu plusieurs moments très touchants, avant le match qui a opposé les Sénateurs aux Red Wings de Détroit.

Lors de cette journée spéciale où il est devenu le premier joueur de l'histoire moderne de l'organisation à recevoir pareil honneur, il était entouré des gens qu'il aime le plus. Son épouse Bibbi et ses quatre fils l'accompagnaient sur le tapis rouge. Ses parents, Margareta et Hasse, étaient venus de Suède spécialement pour l'occasion. Sa soeur, Cecelia, avait également fait le voyage.

Son frère, Henric, a pris la parole au nom de la famille.

«Les gens qui m'ont croisé aujourd'hui peuvent vous dire que je n'étais pas très à l'aise. Beaucoup de gens m'ont apporté leur soutien tout au long de cette journée. Il aurait été facile pour moi de tomber dans un état de panique.»

«Toute cette journée fut pour moi complètement irréelle.»

Alfredsson devait pourtant - un peu - savoir à quoi s'attendre.

Depuis le jour où il a fait ses débuts dans la Ligue nationale de hockey, au début de la saison 1995-96, les partisans des Sénateurs ont souvent eu l'occasion de lui exprimer leur gratitude et leur admiration.

Ils ont réservé des centaines d'ovations au joueur qui détient à peu près tous les records d'importance de l'organisation.

En décembre 2014, Alfredsson avait déjà vécu une soirée d'adieu touchante, quand il avait signé un contrat d'un jour lui permettant de terminer officiellement sa carrière dans l'uniforme des Sénateurs.

«Il y a deux ans, j'ai vécu une soirée spéciale, en effet. J'étais sur la patinoire avec les gars pour la période d'échauffement. J'ai eu l'occasion de passer quelques minutes, tout seul, dans le vestiaire, pour bien comprendre que c'était ma dernière fois. Aujourd'hui, c'est différent. C'est une soirée où je peux me permettre d'être fier de tout ce que j'ai accompli. C'est pourquoi elle a une signification toute particulière.»

Sur l'immense tapis rouge qu'on avait placé au centre de la glace, Henric Alfredsson et l'ancien défenseur des Sénateurs Wade Redden ont été les premiers à prendre la parole.

L'homme de la soirée s'est ensuite emparé du micro pour livrer un long discours de remerciements dans lequel il n'a oublié personne.

Il a commencé par le commencement, avec les gens qui lui ont transmis sa passion du hockey.

«Maman, après une victoire comme après une défaite, tu m'accueillais toujours à la maison avec des sandwiches et du chocolat chaud. Je t'aime.»

«Papa, tu as été un mentor. Merci pour tous tes conseils, même pour ceux que je ne voulais pas écouter. Merci de m'avoir souvent rappelé que le hockey est un jeu qu'il faut prendre le temps d'apprécier.»

Alfredsson a remercié plusieurs anciens dirigeants, anciens entraîneurs. «Bryan Murray nous a donné du pep. Il nous a enseigné une nouvelle façon d'attaquer. Il nous a surtout enseigné ce qu'était une bonne personne.»

Il a salué ses anciens coéquipiers Wade Redden, Chris Phillips, Andreas Dackell, Jason Spezza, Zdeno Chara, Marian Hossa, Patrick Lalime et Chris Neil.

Il a conclu son discours en s'adressant directement aux partisans.

«Ottawa, c'est chez moi. J'ai appris à jouer au hockey et je suis devenu un père de famille ici. J'ai pleuré, j'ai gagné, j'ai perdu dans cette ville. J'ai passé presque tous les grands moments de ma vie dans cette ville. Je vous remercie.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer