Même Neil n'y pouvait rien

Kevin Labanc a battu Mike Condon pour le... (Adrian Wyld, La Presse canadienne)

Agrandir

Kevin Labanc a battu Mike Condon pour le but de la victoire en fusillade.

Adrian Wyld, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En voyant les serviettes placées sur les sièges du Centre Canadian Tire en matinée pour souligner ses 1000 matches dans la LNH, Chris Neil a dit qu'il « se croyait en séries éliminatoires ».

Quelques heures plus tard, après une cérémonie où il a été honoré devant ses partisans et sa famille pour avoir atteint ce plateau important, il aurait pu procurer une victoire dramatique en fusillade à ses Sénateurs d'Ottawa mais Martin Jones a résisté à son quatrième tir à ce concours puis Kevin Labanc a tranché pour procurer une victoire de 4-3 aux Sharks de San Jose et décevoir les 17 273 amateurs sur place.

« C'est ma feinte que j'utilise toujours en pratique. J'ai regardé le gardien après et il a dit : "Woh". Il fallait juste que je soulève la rondelle. Ça a presque marché et je suis heureux d'avoir eu l'occasion d'y aller. Je pense que mes coéquipiers ont plaidé pour moi, ils m'ont bien appuyé toute la soirée alors que c'était un match chargé d'émotions pour moi », a dit Neil après sa première tentative en carrière lors des tirs de barrage.

Les Sénateurs (16-11-3) subissaient ainsi un troisième revers de suite pour la première fois de la saison, même s'ils ont au moins récolté un point de classement. Ils avaient gagné leurs cinq derniers matches contre les Sharks.

Au cours des deux premières périodes, les deux équipes s'étaient échangé des buts de haute qualité et c'était 2-2 après 40 minutes de jeu.

Joe Pavelski a ouvert le pointage peu après la fin d'un avantage numérique en profitant d'une superbe passe sans regarder de l'ancien 67 Logan Couture. Bobby Ryan répliquait cependant 62 secondes plus tard en convertissant une belle passe du revers de derrière le filet de Ryan Dzingel.

Au deuxième tiers, Brent Burns a redonné les devants aux visiteurs en contournant assez facilement le défenseur recrue Ben Harpur avant de déjouer le gardien Mike Condon habilement.

Kyle Turris a cependant créé l'impasse à nouveau avec un tir sur réception précis quand il a accepté une passe tout aussi précise de Mark Stone, qui s'est retourné rapidement dans le coin de la patinoire pour lui refiler le disque.

Les locaux ont survécu à une punition majeure infligée à Mike Hoffman pour avoir assené un double-échec à Couture à mi-chemin en troisième période. Hoffman a été expulsé du match et pourrait devoir expliquer son geste au préfet de discipline de la LNH. Les Sharks pensaient avoir rompu l'égalité pendant ce long jeu de puissance quand Patrick Marleau a déjoué Condon, mais Guy Boucher a protesté qu'il y avait eu hors-jeu sur la séquence et les officiels lui ont donné raison.

Dion Phaneuf semblait avoir procuré la victoire aux Sénateurs avec un but en supériorité numérique peu après, à 16:14, sur une autre superbe passe, d'Erik Karlsson celle-là. Mais Chris Tierney a fait 3-3 avec 2:28 à faire au temps réglementaire en sautant sur le retour d'un tir de Burns bloqué devant.

« C'était un match difficile, ils ont un bon club qui n'abandonne pas. Ils ont eu un coup de chance pour faire 3-3 alors qu'on avait tué la majeure et qu'on avait pris les devants 3-2 », a dit Condon, qui a fait face à 29 tirs contre 31 pour Jones.

Les Sénateurs vont maintenant avoir deux jours pour se préparer pour la visite des Devils du New Jersey samedi soir, premier d'une série de deux parties en 24 heures qui se poursuivra le lendemain à Brooklyn contre les Islanders de New York.

«C'était un jeu dangereux»

Le 1002e match de Chris Neil aura été fertile en rebondissements.

Un incident impliquant Erik Karlsson, atteint au visage par un bâton élevé de Marc-Édouard Vlasic en deuxième période, a notamment été un élément important de ce revers de 4-3 en fusillade des Sénateurs contre les Sharks.

Vlasic n'a pas été puni sur le jeu et Kyle Turris s'en est pris à lui, écopant d'une punition d'instigateur d'une bataille qui est accompagnée d'un 10 minutes d'inconduite.

«C'était un jeu dangereux, j'étais sur la glace et j'ai tenté de récupérer mon bâton et il a failli m'arracher la tête. J'ai été chanceux, c'était intentionnel. Je dois remercier "Turry" de s'être porté à ma défense. Je suis content aussi de ne pas avoir perdu mon cool après, j'aurais bien pu faire quelque chose de stupide», a commenté Karlsson.

«N'importe qui aurait fait la même chose après un tel coup à notre capitaine et le meilleur joueur de la ligue selon nous. J'ai juste voulu parler à Vlasic et il a lâché ses gants en premier, j'ai été surpris d'avoir la punition comme instigateur», a dit Turris, qui a marqué le deuxième but des siens mais a été stoppé en fusillade.

«Nous avons montré beaucoup de caractère dans ce match. Les joueurs étaient dévoués, ils voulaient payer le prix. Pas mal mieux que lors du match précédent (à Anaheim), a analysé l'entraîneur-chef Guy Boucher. Pour Neil, je savais que si on avait besoin de joueurs d'extra, il était le premier que j'utilisais. Je l'avais vu compter en pratique et il l'a presque fait ce soir. Les gars auraient été heureux s'il avait compté. C'est un gros point de caractère contre les finalistes de la coupe Stanley.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer